Les professionnels franciliens de transport et de logistique - Des emplois accessibles aux actifs peu qualifiés, mais des conditions de travail difficiles

Par : Agnès Goubin (Défi métiers), Béatrice Pardini (Défi métiers) - Mars 2019

© Pixabay Des perspectives favorables de création d’emplois dans le domaine professionnel de transport et de logistique questionnent les difficultés de recrutement rencontrées par les employeurs franciliens.

Dans cette seconde synthèse de l’étude sur les professionnels franciliens de transport et de logistique, la question des modes d’alimentation des emplois et des pratiques de recrutement des employeurs est abordée.

Avec notamment le fort développement du e-commerce et les nombreux départs en retraite, les emplois de transport et de logistique devraient repartir en hausse dans les cinq prochaines années. Or dès aujourd’hui, les employeurs disent rencontrer des difficultés à pourvoir leurs postes vacants, en particulier pour les conducteurs. En effet, bien qu’il s’agisse pour la plupart d’emplois accessibles avec un bas niveau de qualification (permis et habilitations constituant le sésame), la demande sociale n’est plus au rendez-vous. Que ce soit pour les conducteurs ou pour les opérateurs logistiques, les conditions de travail sont difficiles et peu attractives : horaires décalés, port de charges lourdes, gestes répétitifs, embouteillages, conditions climatiques, etc.

Pour pallier ces difficultés, les employeurs multiplient les canaux de recrutement : Pôle emploi, réseaux sociaux, arrière des camions, restaurants routiers, etc. Dans la logistique, ils font appel à l’intérim qui permet à la fois de répondre à la saisonnalité de l’activité, mais également de remédier aux difficultés de sourcing et, d'éviter, en raison d’un fort turnover, des procédures de recrutement à répétition.

Les acteurs de l'AIO ont saisi les opportunités offertes par ce domaine professionnel. Il est important de continuer à former des demandeurs d’emploi, sans toutefois se limiter aux habilitations et axer davantage sur les certifications qui visent à sécuriser les parcours professionnels (les Bacs pro ou titres professionnels). La formation continue devra également permettre aux actifs de s’adapter aux évolutions des activités vers d’avantage de contacts directs avec le client final et d’usage des outils numériques.

Téléchargez la synthèse

Tags : transport | logistique | recrutements | mutations économiques