VAE et Fest : un duo gagnant ?

19 Novembre 2020

VAE et Fest : un duo gagnant ? © Cottonbro (Pexels) VAE et Fest se fondent sur une logique commune, à savoir que les personnes apprennent en réfléchissant sur une situation de travail réelle qu’elles ont vécue. Pour autant, comment les deux dispositifs s’articulent-ils entre eux ?

Sana El Madjoubi, intervenant au nom de l’Opco EP, Opco des entreprises de proximité, a apporté son éclairage sur ce sujet lors d’une journée de professionnalisation avec les conseillers des centres conseil en VAE organisée par Défi métiers le 12 novembre.

Si VAE et Fest sont fondés sur une logique commune, les deux dispositifs se distinguent néanmoins par leurs objectifs : il s’agit d’obtenir une certification en faisant notamment valoir son expérience pour la Validation des acquis de l’expérience (VAE), tandis qu’il s’agit de se former dans une situation de travail donnée avec l’appui d’une personne expérimentée pour la Formation en situation de travail (Fest), par exemple se former à la conduite de réunions par visioconférence, ou encore se former à exercer des soins dans un établissement plutôt qu'au domicile d’un particulier.

La Fest se présente donc comme un élément formatif à combiner éventuellement avec d’autres modalités dans un parcours de formation. Elle pourrait également se combiner avec un parcours en VAE lorsque l’expérience de la personne apparaît insuffisante au regard du référentiel de la certification visée. Dans ce dernier cas, le recours à la Fest se réaliserait soit avant passage devant le jury pour éviter une VAE partielle (on parle alors de parcours « VAE hybride »), soit après le passage devant le jury pour obtenir la validation totale, c’est-à-dire la certification convoitée. Dans ce dernier cas, le candidat bénéficie d’une capacité de réflexivité sur l’activité menée, acquise lors de son parcours en VAE, qu’il pourra mobiliser en Fest lors des séquences de réflexivité avec son accompagnateur/tuteur (en savoir plus).

La complémentarité entre VAE et Fest est soulignée dans un récent rapport au premier ministre intitulé « Favoriser l’emploi des travailleurs expérimentés ». Considérant l’intérêt de « rendre les pratiques de formation plus "accueillantes" et valorisantes pour les travailleurs expérimentés, leurs identités professionnelles et leurs compétences », les auteurs insistent sur la nécessité de « former autrement en s’appuyant sur les savoirs issus de l’expérience et en les valorisant davantage ». Renversant l’approche traditionnelle de la formation, VAE et Fest incitent par ailleurs les personnes réfractaires au modèle scolaire à se former.

Bien que la Fest, comme la VAE, optimise la durée et le financement des prestations de formation ou d’accompagnement en VAE, leur succès se fait attendre, comme si leur caractère innovant, même après plusieurs décennies d’existence pour la VAE, avait du mal à s’imposer.

L’hybridation VAE/Fest pourrait n’être qu’une vue de l’esprit. En effet, possible théoriquement, elle reste néanmoins soumise d’une part à l’appréciation des certificateurs/ leurs jurys (Vont-ils considérer la formation réalisée en Fest ? Quid de la légitimité de la Fest à leurs yeux ?), d’autre part à la mobilisation de la Fest par les employeurs et son financement par les Opco (opérateurs de compétences).

Françoise Lemaire

Tags : VAE | fest | Opco EP | formation | Défi métiers