Un rapport émet des propositions pour faciliter l’entreprenariat

27 Janvier 2016

Un rapport émet des propositions pour faciliter l’entreprenariat © Fotolia Les recommandations de ce rapport visent à laisser se développer une offre de biens et de services produite par des personnes peu qualifiées mais motivées par un projet entreprenariat officialisé.

Catherine Barbaroux a remis courant janvier au ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, ses recommandations pour dynamiser l’entreprenariat en France, simplifier la  création et la croissance des entreprises individuelles. Ce rapport s’inscrit dans un processus continu de transformations juridiques et administratives et d’initiatives publiques, initié au début des années 2000, en faveur de la création et du développement des entreprises.
 
Le Baromètre « Envie d’entreprendre », cité dans le rapport, souligne que l’envie d’être indépendant est la première raison qui pousse à la création d’entreprise. Les formes d’entreprise individuelle et le régime du micro-entrepreneur priment donc sur le souhait de créer une entreprise avec des associés.
 
Mais de nombreux freins à la création d’entreprise existent : le manque de fonds personnels, la conjoncture économique, la complexité des démarches administratives, le manque d’expérience professionnelle, la crainte de pertes de revenus, le manque d’informations, la crainte de sacrifices dans la vie personnelle, le manque de réseau professionnel.
 
Pour lever ces freins, le rapport formule plusieurs préconisations, parmi lesquelles :

  • assurer la promotion de l'entreprenariat en valorisant les réussites des créateurs, en particulier ceux qui travaillent en individuel, et montrer concrètement que les parcours de succès se développent dans des domaines variés ;
  • faire du soutien à l’entreprenariat une « grande cause nationale » ;
  • saisir les potentialités du numérique au profit des entreprises, notamment des plus petites : le numérique peut être mobilisé utilement par les entrepreneurs à des fins de formation, d’autodiagnostic et d’accompagnement tout au long de leur parcours ;
  • renforcer les appuis et les accompagnements en les optimisant : lancer une grande étude sociétale sur l’entreprenariat, construire dans chaque région une politique en faveur de l’entreprenariat en lien avec l’ensemble des acteurs de l’accompagnement ;
  • ajuster les exigences de qualification professionnelle tout au long de la vie de l’entreprise.

Plus globalement, le rapport met en évidence la diversité et l’importance des chantiers qui peuvent être menés au profit des entrepreneurs unipersonnels. Il confirme également la nécessité de constituer un Comité de pilotage de la réforme de l’entreprenariat individuel, associant les parties prenantes, et un Comité opérationnel, chargé de préparer et d’assurer le suivi de la mise en œuvre des décisions.
 
Consulter le rapport "Lever les freins à l'entreprenariat individuel"
 
Faïssa Moustapha

Tags : création d'entreprise