La formation au cœur du nouveau contrat de filière Mode et Luxe

11 Janvier 2019

© Fotolia La formation, défi majeur pour la filière Mode et Luxe, est un axe essentiel du contrat signé. Le système d’enseignement de la mode va être réorganisé, avec l’ouverture à la rentrée 2019 du nouvel Institut français de la mode.

« La mode, depuis 10 ans, est redevenue une industrie conquérante, un fleuron majeur de notre économie grâce à un savoir-faire exceptionnel », rappelait Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, lors de la signature du contrat de filière Mode et Luxe le 8 janvier à la Cité de la mode et du design. La filière pèse 154 milliards d’euros et représente 600 000 emplois directs.

Adapter et développer

La formation, défi majeur pour la filière, est un axe essentiel du contrat signé. Celui-ci propose d’adapter et de développer la formation aux métiers techniques, pour lever les difficultés de recrutement, intégrer 10 000 salariés en production par an pendant cinq ans et en accompagner 130 000 sur les évolutions technologiques. Le nombre d’apprentis dans la filière devra augmenter de 20 % d’ici 2022.

Le système d’enseignement de la mode va être réorganisé, avec l’ouverture à la rentrée 2019 du nouvel Institut français de la mode, né de la fusion de deux entités - l’École de la chambre syndicale (ECSCP) axée sur la technique et la création, et l’IFM, axé sur le management de la mode. « Le nouvel IFM a vocation à être la plus grande et la meilleure école de mode au monde, qui réunira la création, le management et les savoirs-faire », a souligné Ralph Toledano, président de la Fédération de la haute couture et de la mode. Après une année transitoire, tous les enseignements seront regroupés à la rentrée 2020 sur le site de la cité de la mode et du Design, dans des locaux réaménagés, avec le concours de la Caisse des dépôts.

Alternance et formation continue

Les deux écoles proposent déjà 16 programmes de formation, du CAP au Bac + 5, dont 8 titres reconnus au RNCP [1] et 8 parcours en alternance. « Nous allons créer un Bachelor en modélisme en alternance, et une formation au management via l’apprentissage qui accueillera 20 étudiants à la rentrée prochaine, explique le directeur de l’ECSCP, il sera désormais possible de se former du CAP jusqu’au Master par la voie de l’apprentissage. » Le nouvel IFM comptera 1 000 étudiants dont 300 en alternance. Pour favoriser la mixité, une Fondation financera plus largement des bourses d’études, ainsi que des travaux de recherche.

La formation continue n’est pas en reste : des modules variés, du séminaire court au parcours certifiant, accueillent 3 000 participants par an. « Nous allons développer des parcours de reconversion pour demandeurs d’emploi, sur 12 ou 18 mois », ajoute le directeur. Par ailleurs, deux nouveaux cursus en formation initiale ouvriront en 2019 : un Bachelor et un Master en création de mode.

Hormis la formation, les trois autres axes du contrat de filière sont : le soutien aux PME sous-traitantes du secteur avec la création d’un accélérateur sectoriel ; l’accompagnement financier des entreprises émergentes ; et le développement durable avec la création de dispositifs de traçabilité et de recyclage textile.

Mariette Kammerer (Centre Inffo pour Défi métiers)

Notes

[1] Registre national de la certification professionnelle

 

Tags : filière | formation | mode | PME | RNCP