Insertion des jeunes : généralisation du Pacte 2ème chance

12 Janvier 2016

Insertion des jeunes : généralisation du Pacte 2ème chance © Fotolia Une circulaire précise les modalités de déploiement du dispositif visant à accompagner les jeunes résidant dans 100 territoires prioritaires, sans qualification et se trouvant en risque de basculement dans la délinquance.

Les préfets de départements ont été invités par une circulaire du 8 décembre à mettre en œuvre le Pacte de la 2ème chance dans 100 quartiers désignés comme « ultra prioritaires » d’ici au 1er février 2016. La généralisation de ce dispositif, déjà expérimenté dans le Rhône depuis 2013, avait été annoncée par Manuel Valls lors du Comité interministériel du 6 mars 2015 sur l’égalité et la citoyenneté.

A noter : en Ile-de-France, le dispositif du Pacte de la 2ème chance a été lancé dès le 1er juillet 2015 dans le département de Paris.

Un suivi pour les jeunes en rupture des quartiers de la politique de la ville

Le Pacte de la 2ème chance vise à proposer un suivi individualisé et renforcé aux jeunes les plus en difficulté, afin de répondre à un double enjeu : trouver des solutions d’insertion durable pour ces jeunes et renforcer  la cohésion sociale des quartiers de la politique de la ville.

Le dispositif s’adresse à des jeunes volontaires âgés de 16 à 25 ans, sans emploi, diplôme ou formation menant vers l’emploi, en situation de pré délinquance ou de délinquance avec un fort risque de récidive.

Ceux-ci doivent résider dans l’un des quartiers prioritaires de la politique de la ville (zones de sécurités prioritaires, réseaux d’éducation REP/REP+ ou projets de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine), dont la liste figure à la fin de la circulaire.

Mieux coordonner les dispositifs existants

Le déploiement du Pacte de la 2ème chance prévoit la mise en place sur chaque territoire prioritaire d’une ou plusieurs « cellules opérationnelles », composées notamment d’un membre du corps préfectoral et de membres des différentes structures en charge du suivi et de l’insertion des jeunes (protection judiciaire de la jeunesse, Pôle emploi, mission locale, etc.).  

Chaque cellule prendra en charge 6 jeunes en continu pour une durée estimée en moyenne à 3 mois. Un « suivi actif » sera délivré à chaque jeune (contacts téléphoniques fréquents, accompagnement des démarches, etc.) en s’appuyant sur les différentes solutions d’insertion existantes (E2C, Epide, Garantie jeunes, etc.).

Les cellules s’appuieront également sur un réseau d’entreprises partenaires, qui s’engageront à embaucher dans la mesure du possible au moins un à deux jeunes par an.

Consulter la circulaire relative à la mise en œuvre du Pacte de la 2ème chance

Raphaëlle Pienne

 

Tags : école de la 2ème chance | jeune | insertion