En Ile-de-France, un besoin de 13 300 nouvelles personnes par an sur les métiers de production du BTP

20 Mai 2022

© Pexels La CERC-IDF, en partenariat avec l’Observatoire des métiers du BTP de Constructys, a publié récemment des tableaux de bord régionaux emploi-formation pour la branche du bâtiment et des travaux publics (BTP).

Le travail de la cellule économique régionale de la construction Ile-de-France (CERC-IDF) et de l’observatoire des métiers du BTP publié début mai prend la forme de deux tableaux de bord régionaux, l’un pour le bâtiment et l’autre pour les travaux publics, accompagnés d’une synthèse. Ceux-ci présentent les spécificités territoriales en Ile-de-France liées à l’activité, à l’emploi et à la formation, ainsi que les tendances et baromètres prospectifs par métier.  

50,8 % des recrutements jugés difficiles

En Ile-de-France, le secteur du BTP mobilise 264 910 salariés et 31 454 travailleurs non-salariés, dont 210 950 salariés et 30 784 travailleurs non-salariés dans le seul bâtiment. Les salariés du BTP franciliens sont pour 60,3 % des ouvriers (dont 47 % peu qualifiés).

Les entrepreneurs du secteur doivent affronter une partie de turn-over (22,8 %) et des difficultés de recrutement. Dans les métiers de la production, 50,8 % des recrutements sont jugés difficiles.

L’étude estime en outre que pour répondre aux départs définitifs (départs en retraite, sorties définitives du secteur, etc.) mais également aux recrutements liés à l'activité, le secteur a besoin de 13 300 primo-arrivants chaque année sur les métiers ouvriers / de la production.

Un fort recours à l’alternance

En Ile-de-France, 18 154 jeunes suivent une formation initiale aux métiers du BTP dont 58 % par la voie scolaire et 42 % en apprentissage. Ceux-ci sont 47 % à préparer un diplôme de niveau 3 (CAP, BEP). Les apprentis du secteur sont employés pour 27 % d’entre eux dans une entreprise comptant moins de dix salariés.

En 2020, 31 856 salariés des entreprises du BTP de la région ont suivi une formation continue et 1 145 salariés étaient en contrat de professionnalisation. Dans le bâtiment, le recours à la formation continue est concentré sur les entreprises de plus de dix salariés et sur certains corps d’état (maçonnerie, électricité, chauffage/génie climatique). Dans les travaux publics les formés se concentrent dans les grandes entreprises et dans certaines spécialités (terrassement, génie civil, construction de routes, canalisations).

 

Consulter les tableaux de bord régionaux du BTP

 

Raphaëlle Pienne

 

Tags : BTP | observatoire de branche | prospective | apprentissage