Des propositions pour améliorer Erasmus +

05 Septembre 2017

Des propositions pour améliorer Erasmus + © Fotolia Dans un rapport, l’agence Erasmus + France Education Formation propose plusieurs évolutions pour le programme d’échanges européen.

Erasmus fête cette année ses 30 ans. Mais une autre étape importante s’annonce pour le dispositif d’échanges européen : une nouvelle programmation, qui couvrira la période 2020-2027. 

Dans cette perspective, l’agence Erasmus + France Education Formation a formulé une série de propositions visant à le faire évoluer.

Simplifier l’administratif et augmenter les budgets d’Erasmus +

Afin d’accompagner la montée en puissance du programme, l’agence préconise notamment une augmentation significative de son budget accompagnée d’une simplification administrative accrue.

Elle propose ainsi de généraliser l’utilisation de bourses forfaitaires, à l’image des bourses pour les étudiants, pour tous les programmes de mobilité (dont ceux des apprentis et des demandeurs d’emploi), ainsi que la simplification des candidatures, en particulier pour les mobilités extra-européennes.

L’agence appelle également à poursuivre l’augmentation du budget dédié à Erasmus +, afin de pouvoir doubler le nombre de mobilités à l’horizon 2027. Elle propose en outre de trouver d’autres ressources (mécénat social / entreprises) et de « désanctuariser » les fonds des prêts étudiants pour financer des bourses de mobilité supplémentaires.

Renforcer la mobilité de la formation professionnelle

La mobilité des apprentis et des bénéficiaires de la formation professionnelle pourrait également s’inspirer avec profit des pratiques développées pour l’enseignement supérieur, estime l’agence. Elle propose ainsi la mise en place d’une « charte qualité » pour les porteurs de projets et une simplification des réponses aux appels à proposition. A l’image de l’enseignement supérieur, les établissements devraient également pouvoir se regrouper en consortia.

Autres idées défendues par l’agence : inscrire directement les mobilités dans les cursus des apprentis et des stagiaires, pour valider de facto les crédits acquis en mobilité, et ouvrir la dimension hors Europe aux apprentis ainsi qu’aux bénéficiaires de la formation professionnelle.

Consulter les propositions, à retrouver dans un dossier réalisé pour les 30 ans d’Erasmus +

Raphaëlle Pienne
 

Tags : Erasmus+ | Europe