Dans un paysage de la formation rénové, le réseau des Carif-Oref se réinvente

14 Octobre 2019

© Défi métiers A l’occasion de leurs rencontres inter-régionales 2019 à Lille du 9 au 11 octobre, les Carif-Oref se sont réunis avec l’Etat, les Régions et les partenaires sociaux pour réfléchir aux défis à relever dans le nouveau paysage de la formation.

En préambule, René Bagorski, président de l’Afref, a souligné que la loi du 5 septembre 2018 est d’abord « une loi sur la gestion des compétences plutôt que sur la formation ». A l’instar des réformes précédentes, elle implique de nombreux acteurs avec des compétences passant parfois de l’un à l’autre, et s’appuie sur de nouveaux dispositifs tel le Pic, dont le Pacte est la déclinaison régionale.

Pour Bruno Clément-Ziza, chef de projet Pic à la DGEFP, avec laquelle le Réseau des Carif-Oref (RCO) fait l'objet d'une nouvelle convention au périmètre étendu, « l’échelon régional reste le bon échelon pour mettre en place les politiques de formation ». Rappelant que « l’Etat n’est pas compétent en matière de formation », il souligne que les Carif-Oref sont « garants de l’équilibre, voire de l’équilibrisme, des rôles partagés entre Etat et Région. »

Eclairer les choix

La loi « avenir professionnel » fait de chacun un « auteur de son parcours professionnel territorialisé ». A cet égard, les intervenants se sont accordés à dire que l'observation des territoires, sans laquelle aucun choix éclairé n’est possible, est une compétence reconnue des Carif-Oref.

« Lorsque nous avons des interrogations sur des spécificités territoriales, nous nous tournons vers le Carif-Oref » explique Françoise Durand, responsable emploi formation au Medef Normandie. A même de pressentir les évolutions qui s’amorcent, notamment en termes de besoin en compétences, « les Carif-Oref nous permettent d’objectiver, de décloisonner nos silos d’observation et sont le relais des branches qui ne sont pas présentes dans nos régions. »

Pour Véronique Dessen-Torres, directrice du pôle Territoires et Partenariats de France compétences, les Carif-Oref doivent être à l’articulation entre le national et le régional. « Il faut que ce qui est structuré en transversal par les observatoires de branche puisse être exploité par les observatoires régionaux du réseau » indique-t-elle.

La conseillère spéciale au Haut-commissariat aux compétences et à l’inclusion pour l’emploi, Carine Seiler a quant à elle rappelé que les Carif-Oref sont également les « meilleurs experts de la relation emploi-formation. »

Une addition de valeurs ajoutées

A titre d’illustration, Corinne Lafitte, directrice de Cap Métiers Nouvelle Aquitaine, a évoqué les axes forts de l’implication des Carif-Oref dans le déploiement des pactes régionaux : diagnostics, collecte de l’offre, professionnalisation, information, évaluation, etc. De même, « le rôle des Carif-Oref dans l’orientation, nouvelle compétence des Régions, est majeur » a rappelé David Duval, conseiller Formation professionnelle, Education et Emploi à Régions de France, institution qui a d’ailleurs auditionné le RCO en juin en vue de mettre en place un conventionnement.

« L’ADN des Carif-Oref est d’être dans l’accompagnement et l’animation des acteurs. C’est aussi l’ADN de leur réseau » a indiqué Muriel Vergès-Caullet, sa vice-présidente. Si la réforme de 2018 et les attentes des financeurs viennent sur certains points le « bousculer », le RCO a cette « capacité à se réinventer » assure-t-elle, soulignant que le réseau doit aussi « mieux donner à voir tout ce qu’il fait. »

« Les Carif-Oref sont encore trop discrets » reconnaît Bernard Barbier, directeur de Défi métiers. Mais la transformation est en marche avec un nouveau site, « un fonctionnement interne renouvelé » et une « culture de réseau qui se construit. »

Les conditions sont donc réunies pour que le RCO joue pleinement son rôle de grand ensemblier et continue d’innover à travers l’offre de service de ses 19 entités régionales et 600 professionnels aux expertises fortes. « Le défi est énorme et les équipes des Carif-Oref ont énormément à proposer » prévient Laurent Baudinet, secrétaire général de l’U2P Nouvelle-Aquitaine et tout nouveau président du RCO.

Patricia Holl

Tags : intercarif | carif-oref | RCO