Bilan positif pour la mise en oeuvre du CPF et du CEP, mais des améliorations nécessaires

13 Avril 2016

Mise en oeuvre du CPF et et du CEP : bilan positif, mais des améliorations nécessaires © Cnefop A l’occasion de sa séance plénière du 12 avril, le Cnefop a validé à l’unanimité son premier rapport sur la mise en œuvre du Compte personnel de formation (CPF) et du Conseil en évolution professionnelle (CEP).

Le Cnefop avait prévu de rédiger deux rapports distincts, l’un sur le CPF, l’autre sur le CEP, à l'issue de la première année d’existence de ces dispositifs. Finalement, c’est un unique rapport de plus d’une centaine de pages qui a été présenté. Si le bilan de la mise en œuvre des deux dispositifs est globalement positif, le Cnefop pointe dans ce document l’ensemble des difficultés rencontrées et formule 46 recommandations visant à améliorer le service rendu aux bénéficiaires.

L’ambition du CEP s’inscrit dans la durée

Le déploiement du CEP a été marqué par la diversité des situations initiales des opérateurs. Pour les Fongecif  et Opacif, le CEP a nécessité une restructuration de l’offre de services, voire une réorganisation, tandis que les acteurs historiques du Service public de l’emploi ont considéré le CEP comme un prolongement de leur activité. Les enjeux du déploiement ont par ailleurs été différents selon le niveau de service mis en oeuvre.

Environ 732 000 personnes ont bénéficié d’un CEP en 2015. Mais la réussite du CEP ne se mesurera pas au nombre de bénéficiaires : c’est la réelle contribution à la sécurisation des parcours qu’il faut apprécier, notamment au travers d’un tableau de bord commun à tous les opérateurs.

L’ambition confiée au CEP de développer l’autonomie de la personne nécessite de porter une attention particulière aux conditions de professionnalisation des conseillers et de renforcer l’information des bénéficiaires. La consolidation du déploiement du CEP passe par un soutien aux opérateurs combinant l’animation de niveau national et celle confiée aux Régions.

Le CPF, accélérateur de réformes

L’élaboration des listes de formations « éligibles » au CPF a eu des effets vertueux sur le dialogue autour des besoins de formation au sein des branches et des Coparef, mais s’est heurtée à plusieurs difficultés :

  • un objet « formation éligible » difficile à cerner ;
  • un temps important d’appropriation de la méthodologie de construction des listes, puis de leur élaboration ;
  • une première version de la plateforme du CPF n’offrant pas les services nécessaires à la mobilisation en autonomie du CPF.

Au 1er janvier 2016, ont été publiées 138 listes de Commissions paritaires nationale pour l'emploi, 46 listes régionales et une liste nationale interprofessionnelle (V4). En 2015, près de 2,5 millions de personnes ont ouvert leur compte et 212 000 dossiers de formation ont été validés.

Le Cnefop juge nécessaire de simplifier l’ingénierie du CPF et renforcer l’articulation entre le Droit au retour en formation initiale des jeunes et la mobilisation du CPF. Par ailleurs, des sujets restent à approfondir, telle la connaissance de l’importance du poids économique des formations obligatoires réglementées dans le plan de formation des entreprises de certains secteurs.

Consulter le rapport

Patricia Holl

Tags : CEP | CPF | Cnefop | réforme de la formation professionnelle