Améliorer l’efficacité des apprentissages avec le micro-learning

20 Mai 2020

Améliorer l’efficacité des apprentissages avec le micro-learning © Antoine Makarenko (Pexels) Les appels à profiter de la période de confinement pour se former pouvaient aisément se heurter à la problématique du temps à dégager. Un webinaire 360Learning appelait à ne pas sous-estimer les vertus du micro-learning.

Crise sanitaire ou pas, un obstacle majeur à l’accès en formation est très certainement la question du temps. Chez 360Learning, on croit fermement que des micro-apprentissages peuvent s’intégrer avec pertinence dans l’agenda d’une personne en activité. Outre qu’« apprendre rend heureux », estime Audrey Jarre, Learning engagement coach, l’introduction de séquences de micro-learning permettrait de rythmer le quotidien et d’accroître l’efficacité des apprentissages.

Vite appris, vite pratiqués

Le micro-learning ? « Des séquences courtes d’apprentissage, entre 30 secondes et 10 minutes », explique Audrey Jarre. Avantage ? « Ces modules facilement accessibles et peu chronophages demandent un temps de concentration moindre et peuvent être inclus dans la routine de l’apprenant. » Bonne nouvelle, quand la densité est moindre mais la fréquence plus élevée, « les apprentissages se révèlent plus efficaces », assure la Learning engagement coach. Ceci, d’une part, parce qu’ils répondent aux grands principes des neurosciences cognitives en matière de concentration et de répétition, mais aussi parce que les contenus plus courts sont plus pertinents, car destinés à n’être consultés que lorsqu’ils apparaissent intéressants pour l’apprenant à un moment T. Cette relation étroite entre le suivi d’une formation et l’existence d’un besoin favorise une mise en pratique immédiate qui, là encore, renforce l’acquisition de compétences. Pour Audrey Jarre, c’est également l’appétence à la formation qui s’en trouve renforcée : non seulement sept modules de cinq minutes sont plus attractifs qu’une formation de 35 minutes, mais la granularisation du parcours entraîne un effort de scénarisation qui « attise la curiosité » et incite à poursuivre.

Ressource utile

En termes de retour sur investissement, les avantages sont là aussi multiples. Moins longs à produire, les contenus voient leurs coûts de création mieux maîtrisés et plus facilement mis à jour. Moins longs à suivre, ils mobilisent moins le temps de l’apprenant. À l’heure où entreprises et individus sont sommés de devenir apprenants, le micro-learning est aussi de nature à favoriser une « approche proactive de l’apprentissage » : la formation est moins perçue comme une obligation que comme une ressource utile à la résolution de situations-problème. Dans une logique de juste à temps individualisé, le micro-learning répond aux besoins immédiats de l’entreprise et du collaborateur.

Conseils

Parce que tout ne se prête pas à l’apprentissage express, 360Learning recommande aux entreprises de faire l’inventaire des compétences pertinentes à développer en micro-learning dans le cadre du plan de formation. Il faut ensuite rester réaliste sur les objectifs et veiller à n’assigner qu’un seul objectif de formation par contenu. Pour tirer le meilleur parti de leur brièveté, les modules doivent, enfin, être facilement mobilisables sur tous types de supports et donc adaptés à une consultation sur smartphone.

Nicolas Deguerry (Centre inffo pour Défi métiers)

 

Tags : microlearning | pédagogie | ingénierie de formation | formation