Tardis : des recruteurs virtuels pour acquérir les codes sociaux de l'entretien d'embauche

28 Octobre 2014

Nicolas Sabouret - Coordinateur scientifique du projet Tardis

Nicolas Sabouret En cours de développement, la plateforme de simulation Tardis permettra notamment aux missions locales d'entraîner les jeunes à l'acquisition des codes comportementaux devant être mobilisés en entretien d'embauche.

« Le logiciel est capable de repérer les signaux non verbaux durant l'entretien de recrutement et peut y réagir en temps réel. »
Qu'est-ce que Tardis ?
Tardis, ou "Training young adult's regulation of emotions and development of social interaction skills", est un projet financé par la Commission européenne, qui a débuté en novembre 2011. Il vise à réaliser un simulateur d'entretiens d'embauche avec des agents virtuels, pour un public jeune suivi par des structures d'insertion. Le projet associe 10 partenaires dans quatre pays différents : France, Pays-Bas, Royaume-Uni et Allemagne. Il est pour l'instant développé en langues anglaise et française.
Quelles sont les origines du projets ?
L'idée est venue d'un constat : celui que nous savions réaliser des agents virtuels de plus en plus réalistes, capables de percevoir et de restituer des émotions. Parallèlement, différents acteurs de l'insertion que j'avais rencontrés m'avaient fait part des difficultés de certains jeunes qui, indépendamment de leurs diplômes et de leurs compétences, avaient du mal en entretien de recrutement car ils ne maîtrisaient pas les codes sociaux et les attitudes de cet exercice : parler avec enthousiasme, ne pas avoir un regard trop fuyant, ne pas parler trop timidement, etc. Ils avaient du mal à entraîner ces jeunes car le seul moyen de le faire est de les confronter à un entretien réel, ce qui demande d'avoir des ressources suffisantes.
Comment cela fonctionne-t-il ?
Grâce à un micro et à une caméra, le logiciel est capable de repérer les signaux non verbaux durant l'entretien de recrutement et peut y réagir en temps réel. Face à un comportement qui n'est pas approprié, le recruteur virtuel va par exemple froncer les sourcils. Nous avons pour l'instant développé deux prototypes. Une première version reprend le scénario classique d'un entretien d'embauche. Dans une autre version, qui fonctionne davantage comme un jeu sérieux, l'entretien est divisé en plusieurs phases, avec des objectifs à réaliser. Pour chaque type d'entretien, un outil permet ensuite au jeune et à son accompagnateur d'analyser ensemble le déroulé de l'exercice, de voir quelles attitudes ont pu poser problème, ou s'il présentait des signes de stress, et à quel moment.
Quels sont les retours des utilisateurs qui ont déjà testé Tardis ?
Tardis a été testé par une soixantaine de jeunes et par des conseillers de la mission locale du Val-d'Oise Est, qui est partenaire du projet. Il a également été présenté à l'une des antennes du YMCA à Londres et à une classe de collégiens de 3ème et leurs professeurs en Allemagne. Les retours ont été très positifs. Les jeunes sont enthousiastes : ils trouvent amusant et apprécient le côté jeu vidéo du simulateur. Ils sont aussi plus confiants et apprécient d'avoir un « droit à l'erreur », de pouvoir faire autant d'essais qu'ils le souhaitent. La réaction des conseillers a été tout aussi positive. Ils ne voient pas le simulateur comme un moyen de les remplacer, mais comme un nouvel outil pour entraîner les jeunes à passer des entretiens de recrutement.
Quand Tardis sera-t-il mis à la disposition du public ?
Le projet Tardis doit s'achever en décembre 2014, et nous prévoyons de mettre le simulateur d'entretiens de recrutement à la disposition des structures d'insertion au début de l'année 2015. Il sera accessible grâce à une plateforme open-source gratuite. Nous réfléchissons néanmoins à un modèle économique, avec la société allemande qui développe l'outil, en envisageant de proposer des services supplémentaires qui seront payant. Il s'agira par exemple de décliner pour une entreprise des scénarios différents pour des publics spécifiques. Si Tardis a été d'abord réalisé pour les jeunes en insertion professionnelle, il peut en effet être susceptible d'intéresser un public beaucoup plus large, rencontrant des difficultés liées aux codes de comportements sociaux devant être mobilisés lors d'un entretien d'embauche.

Pour en savoir plus : http://www.tardis-project.eu/

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne (juin 2014)

Tags : entretien d'embauche | missions locales