Simplon.co : une formation gratuite et solidaire à la programmation informatique

05 Mai 2014

Frédéric Bardeau - Cofondateur de l'école Simplon.co

Frédéric Bardeau Ouverte en octobre 2013 à Montreuil, Simplon.co propose une formation intensive et gratuite au développement web et mobile. Basée sur un fonctionnement solidaire, l'école est ouverte à des profils atypiques.

« Notre recrutement repose sur la mixité des origines et des profils. »
Comment est née Simplon.co ?

L'idée de l'école est venue de deux étudiants dont j'étais le professeur au Celsa. Ceux-ci m'ont parlé de leur projet d'ouvrir un centre de formation intensive au développement web et mobile, sur le modèle des « Bootcamps » qui ont fleuri depuis 5 ans aux USA. Ces formations forment là-bas en quelques mois des développeurs pour répondre aux besoins des start-up. Mais alors que ces formations sont payantes aux Etats-Unis, ils souhaitaient, eux-mêmes étant boursiers, que l'école puisse être gratuite et qu'elle soit un levier pour l'insertion.

A qui s'adresse cette formation ?

L'école s'adresse à trois catégories de publics. D'abord à des personnes défavorisées vis à vis de l'emploi : chômeurs de longue durée, allocataires du RSA, jeunes des quartiers, personnes handicapées, personnes issues de diasporas, ou encore élèves décrocheurs sans qualification. Les femmes, qui sont sous-représentées dans les métiers du développement web et mobile, forment une seconde catégorie. Enfin, la formation s'adresse également aux personnes qui souhaitent développer un projet numérique en faveur de l'intérêt général.

Notre recrutement repose sur la mixité des origines et des profils. Dans la première promotion de Simplon.co, qui compte 30 élèves, il y a aujourd'hui des personnes de 18 à 52 ans, dont 40 % de femmes et 14 nationalités. Les niveaux de qualification sont aussi très variés, il y a un quart de personnes sans qualifications, 50 % de niveaux bac à bac + 3, et un quart de bac + 3 et plus.

Quelle est la pédagogie mise en œuvre ?

Simplon.co propose une formation accélérée de 6 mois à la programmation. Il s'agit d'apprendre le code, langage du numérique, des machines. Comme une langue étrangère, il s'apprend grâce à une immersion complète, qui permet à nos élèves de devenir « bilingues » une fois la formation terminée. Ainsi 80 % du temps de la scolarité est utilisé à programmer. Nos élèves travaillent sur les projets des entreprises partenaires de Simplon.co, comme Orange ou Sfr, ou sur ceux d'entreprises clientes, l'école fonctionnant comme une junior entreprise. Cela leur permet de s'initier à respecter un cahier des charges et des délais, et leur fait une expérience qu'ils pourront faire valoir ensuite sur le marché du travail.

Comment l'école se finance-t-elle ?

La gratuité de la formation est assurée grâce à un « business model », qui se décompose en trois types de financement : le mécénat d'entreprises partenaires, les ventes de prestations assurées par la junior-entreprise, et des subventions que nous percevons par exemple du Conseil régional d'Ile-de-France. Nous aimerions d'ailleurs diversifier ce dernier type de financement et travailler davantage avec les acteurs de l'emploi, tels que Pôle emploi, les Conseils généraux ou certaines Opca de référence de la branche comme le Fafiec.

Par ailleurs, certains de nos élèves n'auraient pas pu suivre notre formation, même gratuite, s'ils n'étaient pas rémunérés. Nous avons donc dû développer des solutions : certains sont en contrat de professionnalisation, d'autres perçoivent des bourses, d'autres encore ont pu être embauchés en contrat unique d'insertion (CUI-CAE) ou en Emploi d'avenir grâce à une association que nous avons créée.

Pensez-vous développer l'école ?

Nous préférons maintenir une promotion restreinte afin de conserver une pédagogie efficace. Mais nous avons ouvert d'autres lieux et projetons d'en ouvrir encore à l'avenir en France et à l'étranger. Nous avons également un partenariat avec une association d'insertion à Villeneuve-la-Garenne (92), auprès de laquelle nous détachons des formateurs. Actuellement, 15 jeunes en Emploi d'avenir y suivent une formation de six mois au développement web. Ce type de partenariats profite à l'ensemble des parties prenantes, et nous aimerions les multiplier.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne (mars 2014)

Tags : économie sociale et solidaire | financement solidaire | informatique