Les Cours d’adultes de Paris diversifient leur offre de formation

06 Septembre 2021

Hugues Pouyé - Chef du bureau des formations linguistiques du Service des Cours d'adultes de Paris (SCAP)

Hugues Pouyé Les Cours d’adultes de Paris (ex-Cours municipaux d’adultes) renforcent et diversifient leur offre de formation à destination des publics éloignés de l’emploi ou en reconversion.

« Les Cours d'adultes de Paris souhaitent s’inscrire davantage dans l’écosystème de la formation professionnelle à Paris et en Ile-de-France. »
Les Cours municipaux d’adultes (CMA) sont récemment devenus les Cours d’adultes de Paris (CAP), pouvez-vous nous dire ce que cela change pour ce dispositif ?
Changer de nom, c’est marquer une étape nouvelle et offrir une identité renouvelée à ce dispositif né dans le sillon de l’éducation populaire, portée par les idéaux de la Révolution française. Outre la réorganisation interne à laquelle cela a correspondu, ce changement est l’expression de nouvelles dynamiques indispensables dans un contexte de mutations profondes impactant toute la société. Nous en retiendrons trois majeures.

Tout d’abord, la volonté, pour les CAP, de s’inscrire davantage dans l’écosystème de la formation professionnelle à Paris et en Ile-de-France, en renforçant les partenariats avec les entreprises et les acteurs de l’emploi, de la formation.

Ensuite, le souhait de toucher de nouveaux publics, d’une part, en étoffant l’offre de formation en distanciel, sans le faire aux dépens du présentiel (jugé indispensable) et ce, d’une manière éprouvée sur le plan pédagogique (quelle est la réelle plus-value formative du distanciel ? Comment l’articuler au présentiel ? Quelles compétences s’y développent mieux ?) et, d’autre part, en ouvrant des champs nouveaux de formation (à destination des personnes en situation de handicap, à de nouveaux métiers, formation de formateurs…).

Enfin, troisième dynamique : le renforcement de l’offre de formation et d’accompagnement des publics dont les besoins sont jugés prioritaires (migrants, jeunes peu ou pas qualifiés, femmes, seniors sans emploi…).

Pouvez-vous nous donner un aperçu plus précis de votre offre de formation 2021-22 ?
Dans l’offre linguistique, le département langue française s’est diversifié dans ses contenus et formats. Il propose désormais une offre de formation à distance accrue en Français langue étrangère (FLE), l’ouverture d’une offre de formation de formateurs de français auprès de publics peu ou pas scolarisés, la semestrialisation de cours, jusque-là exclusivement annuels, en français pour ces mêmes publics, l’ouverture d’une préparation aux tests résident et naturalisation (Test de connaissance du français - TCF, Test d’évaluation de français - TEF)...

Le département langues étrangères couvre désormais 13 langues, dont le taïwanais, la « langue et culture mandingues » et les formations d’un niveau supérieur au niveau B1 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) se recentrent sur les compétences spécifiques, hors CECRL, culturelles ou professionnelles.

Concernant les formations professionnelles gérées au sein du Bureau des formations professionnelles dirigé par Didier Fort, l’offre, jusqu’ici assez largement modulaire, s’est structurée en 46 métiers et 17 parcours certifiés. Par ailleurs, une valorisation de la validation des compétences est mise en place à travers la création d’un Openbadge Ville de Paris valable pour certaines formations professionnelles et permettant de mettre en exergue acquis, savoir-faire et compétences transversales. Est à noter aussi le développement de l’écoresponsabilité dans différents domaines de formation.

L’ensemble de cette offre, avec plus de 100 nouveautés, est à découvrir sur le site de la Ville de Paris, la période d’inscription se clôturant le 8 septembre. Qu’attendez-vous de votre collaboration avec Défi métiers ?
Défi métiers recense, dans un spectre très large, la diversité des formations existantes en Ile-de France, au service des bénéficiaires, des acteurs de l’emploi, de la formation. Les CAP souhaitent intégrer davantage cet écosystème dans un souci de complémentarité avec les parcours existants et de construction partenariale avec tous les acteurs concernés, dans l’esprit qui a présidé à la naissance et au développement de Réseau EIF-FEL.

Pour en savoir plus, consultez le site de la Ville de Paris.

Propos recueillis par le Hélène Lerosier (septembre 2021)

Tags : formation linguistique | cartographie RCO | Département de Paris | Défi métiers | RCO