Le projet Fab’Map facilite l'insertion professionnelle des publics fragiles

10 Juin 2021

Estelle Caillaud-Guillotin - Conseillère en formation continue au Cafoc de Versailles et Cheffe de projet CDRIML Ile-de-France

Estelle Caillaud-Guillotin Le CDRIML est partenaire du projet Fab’Map qui créé des « maillons de parcours » afin de faciliter l’insertion professionnelle des publics peu ou pas qualifiés en menant de pair le renforcement des savoirs de base et la préparation à un emploi choisi.

« Ce projet a un parti pris valorisant pour les bénéficiaires : identifier leurs compétences transverses en passant par les situations professionnelles pour lever les freins d’apprentissage. »
En tant que cheffe de projet du CDRIML, pouvez-vous nous rappeler ses missions ?
Le CDRIML, Centre de ressources illettrisme et maîtrise de la langue, est porté par le GIP-FCIP de l’Académie de Versailles et financé par la Région Ile-de-France. En tant que centre de ressources, il informe, oriente et professionnalise les acteurs franciliens de la formation et de l’emploi sur les thématiques de l’illettrisme, de la maîtrise de la langue et des compétences de base professionnelles. Il contribue également à la sécurisation des parcours par le conseil et la mise en lien sur le territoire.
Pouvez-vous présenter le projet « EaSI Fab’Map » et comment le CDRIML y a été associé ?
Le projet Fab’Map, la « Fabrique à mailler les parcours », financé par le programme européen EaSI, vise l’accès à la qualification et à l’insertion professionnelle des publics peu ou pas qualifiés en créant des liens entre le renforcement des compétences de base, le projet professionnel et les différents dispositifs existants. Dès la réponse à l’appel d’offre Fab’Map, le CDRIML était considéré comme expert des ingénieries pédagogiques destinées aux publics éloignés de la langue et des compétences de base. J’ai donc rejoint, en octobre 2019, le projet Fab’Map qui m’a tout de suite paru novateur pour sa considération portée aux personnes éloignées de la langue. On sort du prisme « apprend le français d’abord » : il n’est pas tant question du repérage (parfois stigmatisant) que du positionnement et de l’orientation professionnelle des bénéficiaires.
Quel est votre rôle au sein du projet Fab’Map ?
Je participe à la création d’une formation sur l’ingénierie APC (Approche par compétences transverses graduées), adossée à la carte des compétences transversales Rectec et à celle de la Région Ile-de-France. L’idée est que le bénéficiaire identifie une famille de métiers, suive un maillon de parcours à visée professionnelle jusqu'à valider une certification professionnelle (diplôme ou titre) totale ou partielle, en graduant les compétences acquises sur des référentiels dédiés. J’accompagne également l’appropriation de cette ingénierie, notamment auprès des organismes de formation Nuevo et Gidef qui participent à l’expérimentation sur les métiers du nettoyage et du bâtiment travaux publics.
Vous avez animé en février un séminaire pour présenter « La Fabrique à mailler les parcours ». Selon vous, en quoi l’approche Fab’Map est-elle innovante ?
Ce projet a un parti pris valorisant pour les bénéficiaires : identifier leurs compétences transverses (et non leurs manques) en passant par les situations professionnelles pour lever les freins d’apprentissage. Et puis au niveau de l’ingénierie pédagogique, le fait de croiser deux cartes de positionnement (Rectec et Région Ile-de-France), plus les expérimentations terrains, les groupes de recherche-action, les retours d’expériences, tout cela nous invite à sortir de notre zone de confort. Enfin, la méthodologie de projet permet un déploiement progressif, avec une conceptualisation et des outils construits chemin faisant.
Quel est l’apport de l’expérience Fab’Map dans la sécurisation des parcours par le CDRIML ?
L’approche Fab’Map prend en compte les situations complexes, ce qui est à la fois une avancée, mais aussi un « chamboule-tout » dans les pratiques de formation. Cette expérience enrichit le CDRIML dans sa connaissance des dispositifs (pouvant s’articuler, ou pas), des référentiels autour des compétences transverses (CléA, carte de compétences Région Ile-de-France) et du territoire francilien. Si bien qu’aujourd’hui le CDRIML est identifié comme un catalyseur de la professionnalisation et de l’ingénierie partenariale pour créer de la continuité entre différents dispositifs, avec des outils communs et des ingénieries d’approches par compétences graduées.

Propos recueillis par Hélène Lerosier (mars 2021)

Tags : formation linguistique | cléA | illettrisme | RCO | carte de compétences