L'Apec se prépare à l'arrivée du conseil en évolution professionnelle

15 Octobre 2014

Bertrand Lamberti - Directeur de la stratégie de l’Apec

Bertrand Lamberti L'Association pour l'emploi des cadres (Apec), qui fait partie des opérateurs nationaux du futur conseil en évolution professionnelle, a commencé à préparer ses équipes à la mise en œuvre de cette nouvelle offre de service.

« Nous avons réussi à nous donner 4 à 6 semaines d’avance sur la mise en place des nouvelles prestations liées au CEP et seront fin opérationnels au 1er janvier 2015. »
La mise en place du conseil en évolution professionnel (CEP) va-t-elle bouleverser l’offre de service de l’Apec ?
L’arrivée du CEP ne constitue pas une révolution pour l’Apec, nous sommes plutôt dans une logique d’enrichissement de notre offre de service. Le fait que le CEP soit créé comme un droit universel constitue également un accélérateur de cette évolution. Dans le cadre de la sécurisation des parcours professionnels des jeunes et des cadres, mission régalienne de l’Apec confirmée lors de la refondation de notre Ani en 2011, nos conseillers et nos consultants interviennent sur la construction des parcours professionnels. Avec le CEP, cet accompagnement se trouve enrichi d’un nouveau volet : la construction des parcours de formation et le financement de la formation. Dans les faits, cela va permettre d’homogénéiser nos pratiques en interne, où la question du « projet de formation » était déjà abordée.
Quel sera le rôle respectif des conseillers et des consultants de l’Apec dans la mise en œuvre du CEP ?
Tous nos conseillers et nos consultants seront impliqués, mais à des niveaux différents. Le cahier des charges du CEP fixe 3 niveaux pour l’offre de service de conseil en évolution professionnelle. Le premier niveau, l’accueil et l’information des bénéficiaires, sera d’abord porté par les informations disponibles sur notre site internet et sera ensuite plutôt du registre de nos conseillers. Les 2ème et 3ème niveaux du CEP, le conseil et l’accompagnement, seront plutôt du ressort de nos consultants.
Comment sont-ils préparés ?
L’évolution de notre offre de service a été actée dès le mois de juin. Nous avons ensuite organisé entre juin et septembre des séances d’information pour nos conseillers et nos consultants. Il s’agit d’une phase d’acculturation et de compréhension du nouvel écosystème de formation issu de la loi du 5 mars 2014 et de ses enjeux. Ils devront en effet notamment être à même de répondre aux questions qui vont leur être posées sur les nouveaux droits du CEP et du compte personnel de formation (CPF).

A partir des mois d’octobre-novembre, nous allons mettre en place des sessions d’une journée complète, réalisées par des intervenants internes et externes, dans le cadre desquelles conseillers et consultants seront amenés à travailler sur des situations concrètes : à partir du projet d’un cadre, comment articuler projet professionnel et projet de formation ? Il s’agit ici d’aborder les conséquences de cette évolution de notre offre de service sur l’exercice de leur métier.

Nous allons par ailleurs professionnaliser un certain nombre de nos consultants, afin de les spécialiser sur le nouvel écosystème de formation et sur le suivi de ses évolutions à venir. Ils constitueront des ressources en interne, mais également en externe, auprès de nos partenaires et des financeurs.

Cette montée en compétence est-elle bien accueillie ?
Pour les consultants, cette évolution est cohérente avec leur métier et très intéressante. Elle permet de suivre de bout en bout le projet de la personne que l’on accompagne, même si à l’avenir tous les projets professionnels ne seront pas forcément suivis de projets de formation.
Tout sera donc prêt lors de l’entrée en vigueur du CEP, le 1er janvier prochain ?
Nos conseillers et nos consultants qui auront été formés au mois d’octobre pourront expérimenter le conseil en évolution professionnelle dès le mois de novembre. Globalement, nous avons réussi à nous donner 4 à 6 semaines d’avance sur la mise en place des nouvelles prestations liées au CEP et seront fin opérationnels au 1er janvier 2015.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne (septembre 2014)

Crédit photo : Rémy Lecourieux

Tags : CEP | réforme de la formation professionnelle | Apec