Grand Paris Express : des clauses d'innovation sociale au service des compétences

16 Mars 2021

Georges Etienne-Donisa - Responsable de l’unité emploi et insertion de la Société du Grand Paris

Georges Etienne-Donisa Pour que les retombées en matière d'emploi de la construction du Grand Paris Express profitent au plus grand nombre, la Société du Grand Paris a mis en place une politique exigeante vis à vis des entreprises.

« Nous avons mis en place une clause de développement d’emploi et de la formation qui nous permet d’identifier les besoins et de voir si suffisamment de personnes sont formées. »
Pouvez-vous présenter la Société du Grand Paris ?
La Société du Grand Paris (SGP) est l’entreprise publique créée par l’Etat en 2010 pour piloter le projet du Grand Paris Express. Au service de tous les Franciliens, la SGP s’appuie sur une équipe de spécialistes en ingénierie et conduite de projets pour bâtir ce nouveau réseau stratégique qui doublera la taille du réseau francilien de transport et verra la construction de 68 nouvelles gares. Depuis le début des travaux, plus de 6 000 entreprises, dont la moitié d’entreprises franciliennes, sont intervenues sur les chantiers du Grand Paris Express.
Quelles sont les principales caractéristiques des emplois liés à la construction du Grand Paris Express?
Au 1er octobre, on dénombre au total 7 000 personnes travaillant pour les chantiers liés au Grand Paris Express. Depuis le début des chantiers, 2 000 personnes en insertion y ont travaillé. Les emplois concernent en premier lieu les métiers du gros oeuvre et du génie civil, avec de gros besoins sur l’ensemble du territoire francilien. Avec la construction des gares qui débute, les métiers tous corps d’Etat (maçons, électriciens, peintres, etc.) viennent désormais alimenter les chantiers. Ce besoin va s’étoffer à mesure de l’évolution du projet. Les chantiers mobilisent également une main d’œuvre qualifiée, avec par exemple des métiers liés au Building information modeling (Bim) ou encore à l’environnement.
Quel rôle la Société du Grand Paris joue-t-elle en matière d’emploi ?
Nous faisons le lien avec les territoires et les entreprises pour qu’elles puissent recruter des personnes dont elles ont besoin au plus près des chantiers. Nous avons mis en place une politique de responsabilité sociale à travers des marchés intégrant des clauses de responsabilité sociale :

Une clause d’insertion par l’activité économique : au moins 10 % du volume horaire du chantier doit être réservé à des personnes très éloignées de l’emploi.

Une clause de développement d’emploi et de la formation : tous les trois mois, les entreprises doivent nous faire remonter leurs besoins prévisionnels en recrutements dans le cadre d’une gestion prévisionnelle territorialisée des emplois et des compétences dont les objectifs sont d’anticiper le recrutement, faciliter les actions de formation, sécuriser les parcours professionnels et favoriser les suites de parcours sur d’autres chantiers.

Une clause d’innovation sociale : des initiatives ayant pour objet l’expérimentation sociale, avec pour perspective l’emploi durable, peuvent être proposée par les entreprises en lien avec les territoires concernés.

Une clause d’accès des TPE/PME aux marchés : au moins 20 % du montant total du marché doit être réservé aux TPE/PME.

Ces clauses nous permettent d’alimenter les chantiers en compétences.

L’offre de formation classique répond-elle aux besoins en compétences sur ces chantiers ?
La clause de développement d’emploi et de la formation permet d’identifier les besoins et de voir si suffisamment de personnes sont formées. En complément de l’appareil de formation classique, qui propose des formations qualifiantes adaptées aux différents publics, les entreprises et les Opco ont travaillé sur la mise en œuvre de POEC (Préparations opérationnelles à l’emploi collectives). Il s’agit de formations courtes de 400h qui permettent à des demandeurs d’emploi d’acquérir des compétences correspondant à des besoins identifiés par les entreprises. Il faut que les territoires et les prescripteurs se saisissent de ces opportunités.
Quelle est la marche à suivre pour qui souhaite travailler sur un chantier du Grand Paris Express ?
En tant que coordinateur de la démarche, la Société du Grand Paris a mis en place un guichet unique sur chaque territoire impacté, actuellement 11 conventions ont été signées. Une cartographie interactive, accessible à partir de la page emploi de notre site, permet d’entrer directement en relation avec le référent de proximité et de lui envoyer son CV. Des outils pour les prescripteurs et pour les demandeurs d’emploi sont également accessibles sur cette page, notamment des fiches métiers et une visite virtuelle de chantier.

Propos recueillis par Patricia Holl (février 2021)

Tags : Société du Grand Paris | Grand paris express | bâtiment | travaux publics