Articulation et sécurisation des parcours grâce aux outils de la Région Ile-de-France

06 Janvier 2021

Patrick Coatanéa - Chef de service adjoint Conception et mise en œuvre des dispositifs, direction des parcours professionnels, Conseil Régional d’Ile-de-France

Patrick Coatanéa Enjeu majeur pour la Région Ile-de-France, la sécurisation des parcours des Franciliens éloignés de l'emploi s'appuie sur un outillage adéquat des prescripteurs et des bénéficiaires, et sur un travail partenarial entre les différents acteurs impliqués.

« Les liens entre les organismes de formation et leurs partenaires de l’orientation, de l’emploi et de la formation qualifiante sont valorisés dans nos cahiers des charges. »
Pouvez-vous présenter le service « Conception et mise en œuvre des dispositifs » (CMOD) ?
Le service CMOD de la direction des parcours professionnels est composé d’une vingtaine d’agents dont le rôle est le déploiement et l’accompagnement de dispositifs de formation professionnelle pour le développement des compétences clefs et l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi franciliens. Ce service intervient ainsi pour l’identification des besoins de formation, l’élaboration de cahiers des charges, le financement des dispositifs, et s’assure qu’ils sont mis en œuvre de manière qualitative sur tout le territoire de la Région.
L’ingénierie pédagogique est au cœur de vos préoccupations. Comment répond-elle à l’enjeu de sécurisation des parcours si essentiel dans le Pric ?
Cette sécurisation est particulièrement importante pour les publics éloignés de l’emploi accueillis dans les dispositifs régionaux, elle fait partie des priorités de la Région depuis de nombreuses années. Ainsi, les parcours et contenus des formations proposés sont individualisés pour être adaptés aux besoins des stagiaires. Les objectifs sont d’éviter au maximum les ruptures de parcours, et de préparer les suites de formation avec les stagiaires et les structures qui vont les accueillir en sorties positives.

Par ailleurs, dès 2010, la Région a créé la Carte de compétences régionale, véritable boussole pour les stagiaires et outil au service des acteurs de l’insertion pour développer une approche partagée. Elle permet au stagiaire d’identifier ses compétences, de les valoriser en rendant concret le portefeuille de compétences. Via ce portefeuille, l’ensemble des acteurs du parcours d’un stagiaire dispose d’informations précises sur les compétences qu’il a su développer et qu’il est en mesure de présenter lors d’entretiens de recrutement. La carte constitue un outil de dialogue entre les acteurs pour faciliter et consolider le passage des bénéficiaires d’une étape de leur parcours à une autre. Depuis 2018, elle intègre une correspondance avec les compétences du socle CléA afin de faciliter la préparation à cette certification.

L’articulation des parcours est fortement prise en compte dans les programmes « Compétences de base professionnelles » et « Avenir Jeunes ». Comment accompagnez-vous prescripteurs et formateurs à la construction de parcours ?
La démarche régionale autour de la carte de compétences joue un rôle important dans cette articulation car elle fédère les acteurs autour d’un référentiel commun. De plus, les liens entre les organismes de formation et leurs partenaires de l’orientation, de l’emploi et de la formation qualifiante sont valorisés dans nos cahiers des charges. Ces démarches, ainsi que la construction en commun de parcours avec les entreprises, les CFA et entre organismes de formation, constituent des actions partenariales au sein desquelles les complémentarités sont travaillées concrètement. Le rôle des chargés de mission dans l’animation de ces travaux est particulièrement important afin de faciliter et concrétiser la volonté régionale. Le CDRIML, financé par la Région, accompagne également des ingénieries partenariales à l’échelle territoriale.
L’information des prescripteurs est d’autant plus importante que les programmes sont ouverts à de nouveaux acteurs (IAE, ASL, Ofii, etc.). Quelle contribution attendez-vous de Défi métiers auprès des acteurs de l’éco-système d’intégration/de formation ?
Le rôle de Défi métiers est important car il donne une information complète et fiable sur l’ensemble de l’écosystème francilien de la formation, tous financeurs confondus. C’est une ressource précieuse lorsqu’il s’agit d’identifier les suites de parcours les plus adaptées en fonction des besoins des publics. Par ailleurs, les instances de relais d’information que sont les Jirif ont été renouvelées avec l’animation de webinaires thématiques. Nous avons pour objectif de renforcer la thématique de la sécurisation des parcours lors de ces réunions. Enfin, nous attendons un renforcement de l’usage des cartographies, notamment la cartographie linguistique, afin qu’elles deviennent des outils de référence pour tout l’appareil de formation et les prescripteurs.

Propos recueillis par Laurence La Pinta

Tags : Conseil régional d'Ile-de-France