Quelle poursuite d’études chez les diplômés du Bac pro en Ile-de-France ?

Par : Sophie Gonnard et Itto Mousset, sous la direction de Béatrice Pardini (Défi métiers) - Juin 2020

© Fotolia Alors que sa visée initiale était l’insertion professionnelle, le Bac pro offre aujourd’hui, comme les autres Bacs, la possibilité de poursuivre ses études. Qu’en est-il en Ile-de-France ? Quelles sont les spécificités des bacheliers professionnels ?

Cette note présente tout d’abord quelques éléments clés sur le Baccalauréat professionnel en Ile-de-France. La réforme du Bac pro en 2009, écourtant la formation à trois ans contre quatre auparavant, a conduit à un accroissement des effectifs en terminale professionnelle. Ils représentent aujourd’hui près d’un quart des inscrits. Si on compte un nombre très élevé de spécialités de Bac pro, quatre d’entre elles prédominent et regroupent, à elles seules, la moitié des effectifs (Gestion-administration ; Commerce ; Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés ; Accompagnement soins et services à la personne).
 
La note s’interroge ensuite sur la finalité de ce diplôme. Créé à l’origine pour permettre une insertion immédiate sur le marché du travail, la poursuite d’études est aujourd’hui plus fréquente chez les bacheliers professionnels. Ainsi, les deux possibilités, insertion ou poursuite d’études, sont aujourd’hui envisageables à la suite d’un Bac pro. Toutefois, avec l’élévation du niveau de diplôme des actifs et la baisse du taux d’insertion des bacheliers, c’est la question de la possibilité de l’insertion des bacheliers professionnels qui se pose aujourd’hui, particulièrement en Ile-de-France, où l’emploi est le plus qualifié.
 
Du côté de la poursuite d’études, les bacheliers professionnels présentent des spécificités avec une poursuite d’études qui ne s’effectue pas nécessairement dans le supérieur mais aussi dans des formations de niveau équivalent ou inférieur comme les mentions complémentaires ou les diplômes d’Etat du sanitaire. Quant aux bacheliers qui poursuivent dans le supérieur, la grande majorité s’oriente en Sections de techniciens supérieurs (STS). L’enjeu pour ces bacheliers, ayant des taux de réussite inférieurs aux autres, est aujourd’hui de valider leurs études dans le supérieur.
 
Peu de données sont actuellement disponibles à l’échelle régionale pour disposer d’une vue d’ensemble de cette poursuite d’études. La note propose quelques éléments d’éclairage lorsque les données le permettent et s’appuie également sur des estimations.

Poursuite d'études des bacheliers professionnels en Ile-de-France

Tags : formation professionnelle | baccalauréat professionnel | enseignement supérieur | RCO | Défi métiers