France Stratégie cartographie des compétences en pleine mutation

France Stratégie cartographie des compétences en pleine mutation

20 Mai 2021

France Stratégie cartographie des compétences en pleine mutation © Pexels Avec le plan de relance, l’identification et l’anticipation des besoins en compétences sont au cœur des enjeux de la formation. France Stratégie publie une cartographie des compétences techniques et transversales par métier et leur évolution.

La crise du coronavirus aura joué le rôle de catalyseur. Les inévitables reconversions professionnelles nées de la révolution numérique et écologique ont fait naître en urgence de nouveaux dispositifs comme TransCo. Le sujet, devenu prioritaire, nourrit les discussions en cours entre les partenaires sociaux et l’État.

Tous les acteurs en sont convaincus. Pour réussir la reprise, il est nécessaire d’adapter les outils et le contenu des formations. Encore faut-il identifier et anticiper les besoins du marché. France Stratégie a publié le 11 mai une cartographie des compétences techniques et transversales par métier entre 2012 et 2018 [1]. Rétrospectif, ce travail [2] s’est appuyé sur différentes sources issues de Pôle emploi, de la Dares et de l’OCDE et sur une méthodologie robuste [3]. L’étude révèle des lignes de force déjà à l’œuvre sous l’effet conjugué de la transformation numérique et écologique.

Des compétences techniques relativement stables

L’étude de France Stratégie scanne pour chaque métier les compétences techniques les plus demandées. Cette analyse montre une certaine permanence de savoir-faire associés au cœur du métier. C’est le cas des techniques agricoles, du soin des animaux pour les agriculteurs, des éleveurs ou encore du service en salle pour les employés de l’hôtellerie-restauration.

Au-delà de ce constat, France Stratégie fait apparaître les compétences techniques qui ont connu les plus fortes croissances entre 2012 à 2018. Au nombre de 20, elles accompagnent les évolutions du monde du travail et de l’économie. Les compétences en systèmes informatiques et de télécommunications avec en première ligne la maintenance, la sécurité et la protection informatiques traduisent la hausse continue des métiers de cadre.

Les compétences en efficacité énergétique restent, quant à elles, concentrées sur les métiers du bâtiment et de l’industrie. Autre tendance lourde révélée par l’étude, les besoins accrus en compétences d’accompagnement mobilisées par les professions du soin et de l’action sociale. En lien avec l’importance de plus en plus stratégique de la vente et de la relation clients dans une ère digitale centrée sur l’utilisateur, les compétences commerciales, de merchandising et de marketing sont de plus en plus prisées.

Des compétences transversales de plus en plus mobilisées

L’étude de France Stratégie confirme la place de plus en plus importante des soft skills dans les parcours professionnels. La gestion des risques, la capacité à travailler en équipe, les qualités relationnelles ou encore le management progressent dans de nombreux métiers. Les compétences en tâches complexes de littératie, numératie et numérique connaissent les plus fortes croissances depuis 2012.

A contrario, l’usage de compétences bureautiques élémentaires est en baisse. L’automatisation de ces tâches et l’atteinte d’un seuil élevé de ces compétences par les salariés expliquent ce déclin. Dans ce contexte, France Stratégie pointe le rôle décisif des situations de travail et du type d’organisation de l’entreprise dans l’apprentissage de ces soft skills.

Le prochain travail de l’institution portera sur une prospective sur dix ans des métiers. « Les métiers en 2030 » est attendue pour la fin de l’année 2021.

Catherine Trocquemé (Centre inffo [4] pour Défi métiers)

Tags : compétences [5] | évolution des compétences [6] | prospective [7] | métier [8] | formation [9]