Les professionnels des métiers de la santé et du social témoignent

Les professionnels des métiers de la santé et du social témoignent

24 Novembre 2020

Les professionnels des métiers de la santé et du social témoignent © Défi métiers En appui aux secteurs de la santé et de la cohésion sociale, Défi métiers propose une collection de 11 vidéos de professionnels qui témoignent sur leurs métiers, les conditions d'exercice et les perspectives d'évolution.

Aimer aider les autres est un prérequis pour s'orienter vers métiers de la santé ou du social. Le métier d'éducateur(trice) de jeunes enfants, par exemple, « ne doit pas être choisi par défaut » soulignent différents professionnels en exercice. Il ne s’agit « pas seulement d’aimer jouer avec les enfants mais aussi de leur apporter des soins ». Ce sont « des métiers qui sollicitent les muscles du dos [...], qui exigent une bonne santé physique ». Il faut également faire preuve de patience, de bienveillance et surtout « respecter les personnes. »

L’appui des collègues s’avère précieux quand les situations sont chargées émotionnellement ou/et quand elles nécessitent de croiser regards et points de vue afin de s’adapter à chaque situation, ou encore de faire face à la charge de travail qui « est partout ».

Autre point relevé au fil des témoignages, la nécessité de créer une relation de confiance, afin de répondre aux besoins des patients mais aussi de leur famille, par exemple pour les personnels intervenant en Epad, tels les aides-soignant(e)s. « La communication est très importante [...] Il faut être capable de se mettre à la place de la personne soignée, de l’écouter ». D’ailleurs, certains professionnels sont davantage séduits par l’aspect relationnel que par l'aspect technique de leur métier. « Des liens se créent avec les résidents. »

Si prendre soin des autres, faire face à des situations délicates n’est pas toujours facile, tant moralement que physiquement, les métiers de la santé et du social « apportent beaucoup à titre personnel [...] Ils permettent de mieux se connaître, d’avoir la satisfaction d’apporter du bien être au quotidien ». « Quand je me lève le matin, je me dis que je vais faire du bien aux gens qui m’attendent. C’est un beau métier » indique une aide-soignante.

De leur côté, les étudiant(e)s confirment l’intérêt des stages pour se confronter à la réalité du terrain, « se plonger » dans le milieu professionnel et identifier dans quel environnement, quels services on souhaite travailler. Si la formation, qui alterne stage et cours, est exigeante et « demande de se réadapter en permanence, de faire preuve de flexibilité », elle « vaut le coup » car elle permet de « sortir avec une valise d’outils ». « C’est génial parce qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire ! ». Par ailleurs, la formation débouche sans difficulté sur un emploi.

Enfin, deux témoignages portent sur les évolutions possibles dans ces secteurs. « Il y a de nombreuses possibilités d’évoluer dans la carrière », précise une jeune femme devenue infirmière après avoir été aide-soignante, grâce à l’appui de sa directrice adjointe. Autre exemple, la spécialisation en bloc opératoire pour un(e) infirmier(ère). « Le bloc opératoire est un univers clos, avec de hautes contraintes d’hygiène [...] Avec des journées de 10 ou 12 heures, la semaine de travail se condense sur 3 ou 4 jours, laissant du temps pour des activités extra professionnelles » précise une cadre coordinatrice chargée de formation.

Ces témoignages recueillis par Défi métiers sur le vif illustrent aussi la diversité des profils et des parcours des professionnels exerçant dans les secteurs de la santé et du social. Ils montrent que ces métiers sont ouverts à toutes celles et ceux qui sont animés d'une attention de soin envers autrui.

Voir la collection de vidéos « Métiers de la santé et carrières dans le secteur sanitaire et social » [1]

Françoise Lemaire (vidéos réalisées par Jonathan Singaye)
 

Tags : santé [2] | social [3] | sanitaire et social [4] | métiers porteurs [5] | RCO [6]