Professeur des écoles

Professeur des écoles

Part de l'Ile-de-France dans l'emploi national

19 %
406 568
Actifs en emploi
en France
Dont
78 143
Actifs en emploi
en Ile-de-France

Évolution des effectifs franciliens 2013-2018

+4 %

Un manque de vocations en Ile-de-France

Une famille professionnelle qui reste majoritairement féminine et qui peine à recruter, particulièrement en Ile-de-France.

  • Les activités et leurs évolutions

    Les professeurs des écoles sont en charge d'une classe de maternelle ou élémentaire et initient les enfants à la lecture, à l'écriture et au calcul et leur enseignent également les règles de la vie sociale.

    De nombreux parcours professionnels possibles, principalement au sein de l’Education nationale.
    Positionnement des métiers
    Source : Pôle emploi, répertoire ROME​

    Cette famille professionnelle renvoie à un seul code Rome, celui d’« enseignement des écoles » (K2106).
    Les directeurs d’écoles primaires et les instituteurs spécialisés appartiennent également au corps des professeurs des écoles.
     
    Evoluer vers plus de responsabilités
    En obtenant une qualification supplémentaire, les professeurs des écoles qui enseignent auprès des enfants peuvent devenir directeurs d’école : pour cela, ils doivent avoir été professeurs des écoles au moins 3 ans et s’inscrire sur une liste d’aptitude départementale. Une commission émet ensuite un avis après étude du dossier et entretien avec le candidat. Ce dernier, s’il est retenu, suivra une formation de 3 semaines avant de se voir attribuer un poste de direction, puis une formation de 2 semaines une fois en poste. Recrutés par examen, en candidat libre ou à l’issue d’une formation, ils peuvent également devenir dirigeants d’établissements spécialisés.
    Les professeurs des écoles peuvent également évoluer vers des métiers d’inspecteurs de l'éducation nationale et d’inspecteurs d'académie - inspecteurs pédagogiques régionaux. Ces supérieurs hiérarchiques des professeurs des écoles sont cadres supérieurs de l'Education nationale. Ils sont recrutés sur concours par liste d'aptitude ou par détachement. Les inspecteurs suivent une formation à l'Institut des hautes études de l'éducation et de la formation (IHEEF) dès leur réussite au concours.
    Evoluer vers plus de technicité
    Les professeurs des écoles peuvent se réorienter professionnellement, vers des métiers relativement proches. Ils ont la possibilité d’enseigner dans le second degré, après avoir fait valider leur projet, qui inclut trois dimensions : motivation, parcours et formation universitaire.
    Au sein de l’Education nationale, depuis 2017, les professeurs des écoles peuvent également devenir psychologues scolaires, dans le premier degré, ou conseillers d’orientation-psychologues et directeurs de centre d’information et d’orientation (CIO) dans le second degré. Ils sont recrutés par concours nationaux. Pour devenir psychologues, les candidats doivent justifier d’une licence en psychologie et, soit être inscrits en deuxième année de master de psychologie, soit détenir un master en psychologie au cours duquel ils auront validé un stage professionnel obligatoire.
    Les professeurs des écoles peuvent également évoluer vers des fonctions administratives techniques, sociales et de santé ou en bibliothèque, au sein de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur : personnels ingénieurs et personnels techniques de recherche et de formation (métiers accessibles via des concours ou des recrutements réservés), personnels de bibliothèques (concours, examens professionnels et recrutements sans concours).
    Il est également possible d’enseigner auprès d’adultes, dans des Greta (Groupements d'établissements pour la formation continue).
    Ils peuvent également devenir maîtres-formateurs dans le cadre de la formation initiale ou de la formation continue à travers les plans académiques de formation. Pour cela, ils doivent obtenir un certificat qui se passe sur deux ans (admissibilité la première année et admission la seconde).
    Sources : Devenirenseignant.fr et Pôle Emploi, Fiches IMT.

     

    Une diversité des tâches à effectuer très importante
    • Développer la démarche pédagogique et enseigner les savoirs fondamentaux (français, mathématiques, sciences, ...)
    • Adapter le déroulement des apprentissages selon les difficultés des élèves
    • Mesurer les progrès dans l'apprentissage de l'élève
    • Définir un objectif d'apprentissages et établir la programmation des activités pédagogiques
    • Organiser l'espace pédagogique de la classe
    • Collecter des informations et préparer la leçon en séance (fiche de préparation, méthode d'apprentissage)
    • Accueillir les élèves à leur arrivée en classe
    • Vérifier la tenue d'une classe
    • Informer les familles, les équipes pédagogiques sur les modalités d'évaluation, résultats, difficultés ou comportements de l'enfant
    • Surveiller la ponctualité, l'assiduité des élèves aux cours, contrôler les justificatifs et informer les parents
    • Surveiller les élèves lors d'interclasses, activités périscolaires, internat et repas
    • Traiter l'information (collecter, classer et mettre à jour)

    Sources : Devenirenseignant.fr et Pôle Emploi, Fiches IMT

    Missions des directeurs d’écoles primaires
    • Assurer le pilotage pédagogique
    • Organiser et assurer le fonctionnement de l’école
    • Assurer les relations avec les parents et les partenaires.

    Sources : Devenirenseignant.fr et Oriane.fr

    Missions des instituteurs spécialisés
    • Mêmes missions que le professeur des écoles
    • Enseigner une discipline à un groupe de personnes
    • Participer à l'élaboration du projet pédagogique de l'établissement
    • Intervenir auprès d'enfants en situation de handicap
    • Intervenir auprès de publics ayant des difficultés scolaires graves

    Sources : Devenirenseignant.fr et Oriane.fr

  • Les secteurs concernés

    Transversalité de la profession
    Top 5 des secteurs d’activités employeurs
    Sources : ACOSS, Centre d’analyse stratégique. Traitement Défi métiers

    Cette famille professionnelle est particulièrement concentrée dans un secteur d’activité : l’enseignement.
    Les professeurs des écoles peuvent ainsi travailler dans les écoles primaires et maternelles, des centres d’enseignement à distance ou encore des établissements d'enseignement spécialisé.
    Ils peuvent encore enseigner dans des établissements sanitaires accueillant des enfants et adolescents ne pouvant fréquenter l'école en raison de leur maladie, en établissements de type pénitentiaire ou en établissements pour mineurs et en milieu hospitalier ou pénitentiaire.
    La Dares estime à plus de 35 000 le nombre de postes à pourvoir, entre 2018 et 2022 en région Ile-de-France, pour la famille professionnelle des enseignants, qui comprend les professeurs des écoles, mais aussi les enseignants du second degré ( Il s’agit surtout de 27 000 départs en fin de carrière ainsi que de 8 000 créations nettes).

  • Les marchés du travail

    Caractéristiques des actifs en emploi

    Une population féminine dans les âges intermédiaires
    78 143
    Actifs en
    Ile-de-France

    Répartition Homme/Femme (en %)

    Répartition H/F
    INSEE RP 2018

    Répartition des âges (en %)

    Répartition par âge
    INSEE RP 2018

    Les professeurs des écoles franciliens représentent 19% des français de la même FAP. Cette part correspond à la moyenne, les professeurs des écoles ne sont pas sur ou sous représentés par rapport à l’ensemble des familles professionnelles.
    Plus de huit professeurs des écoles sur 10 sont des femmes, ce qui en fait l’une des familles professionnelles les plus féminines. Comme les autres pays occidentaux, la France connaît un taux de féminisation grandissant de ses enseignants depuis soixante ans. Ainsi, en France, dans l'enseignement primaire, la part des femmes était de 65% en 1954. Il s’établit désormais à 85% et atteint même 91% dans l'enseignement privé.
    Près de deux tiers des professeurs des écoles ont entre 30 et 49 ans : ce qui est plus important que pour l’ensemble des familles professionnelles.
    La part des moins de 30 ans, parmi les professeurs des écoles franciliens est en revanche moins élevée que pour l’ensemble des familles professionnelles (6 points de moins). Cela peut s’expliquer notamment par le fait que l’entrée dans la vie active se fait tardivement pour ces jeunes diplômés.
    Les plus de 50 ans sont un quart, et légèrement en-dessous de la part des actifs franciliens, toutes FAP confondues.
    La répartition des professeurs des écoles selon leur département de résidence est assez homogène, allant de 11% en Seine-Saint-Denis à 14% dans les Yvelines. Notons une légère sous-représentation des professeurs des écoles à Paris (14% contre 20% toutes FAP confondues). Cette répartition est typique des métiers de la sphère présentielle.
    Entre 2012 et 2017, les effectifs de professeurs des écoles franciliens ont augmenté, passant d’environ 86 000 à 90 000.

    Des professeurs des écoles en grande majorité très diplômés

    Niveau de diplômes (en %)

    Diplômes
    INSEE RP 2018

    Plus de 90% des professeurs des écoles sont très diplômés (niveau supérieur au Bac). Ce métier suppose en effet de poursuivre des études supérieures. Ainsi, pour devenir professeur des écoles, la voie principale est le concours de recrutement de professeur des écoles (CRPE) organisé par le ministère de l’Éducation nationale. Ce concours est ouvert aux étudiants inscrits en M1, en M2 ou aux titulaires d’un master 2 (bac + 5).

    Une très grande majorité de fonctionnaires à temps plein

    Les professeurs des écoles sont en grande majorité fonctionnaires de l’Education nationale. Même lorsqu’ils travaillent dans des écoles privées, ils sont rémunérés par ce Ministère. Les autres, très minoritaires, sont contractuels.
    Pour répondre aux enjeux de recrutement des professeurs des écoles dans certaines académies (c’est notamment le cas à Versailles et Créteil depuis 2017), des contrats en alternance sont parfois proposés dès la 1ère année de master métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF). Les étudiants ont ainsi un double statut : étudiant en formation initiale à l'ESPE et contractuel rémunéré par le rectorat.
     
    Les professeurs des écoles comptent 13% de personnes travaillant à temps partiel. Cette part est légèrement inférieure à celle de l’ensemble des FAP d’Ile-de-France et à celle des professeurs des écoles français. On peut formuler l’hypothèse que le coût de la vie en Ile-de-France, et notamment à Paris et en petite couronne, et le salaire des professeurs les découragent davantage à passer à temps partiel.
    Le travail de professeur des écoles ne se limite pas à la présence en classe. Même si les emplois du temps peuvent différer d'une école à l'autre, il doit assurer 24 heures d'enseignement hebdomadaires et 108 heures annuelles de travaux en équipe au sein d'un cycle d'enseignement, d'activités pédagogiques complémentaires et de participation aux conseils d'écoles. À cela s'ajoute le temps de préparation des cours, les corrections des productions des élèves et le suivi des relations avec les parents d'élèves.

    Conditions d'emploi

    INSEE RP 2018
    12 % 14 %
    INSEE RP 2018

    Caractéristiques des demandeurs d’emploi

    La demande d’emploi est une notion peu pertinente pour ces personnels recrutés essentiellement sur concours
    1 867
    Demandeurs d'emploi enregistrés dans cette famille professionnelle
    Part des DE inscrits depuis plus d’un an (en%)
    DIRECCTE 2020
    Taux d’écoulement
    53%
    49%
    DIRECCTE 2020

    L’Ile-de-France comptait près de 1 300 professeurs des écoles demandeurs d’emploi en 2018. Ce faible effectif s’explique par le fait qu’une fois leur concours obtenu et leur formation terminée, ces professionnels sont affectés à une ou plusieurs écoles. Même les candidats souhaitant devenir professeurs des écoles contractuels s’adressent en général directement aux académies scolaires, sans passer par Pôle emploi.
    Ils peuvent toutefois aussi s’inscrire à Pôle emploi pour bénéficier de leur allocation chômage. Ils sont inscrits en tant que demandeurs d’emploi même s’ils savent bien que ce n’est pas par ce biais qu’ils trouveront un poste. Le faible effectif est aussi dû au fait que le concours régule le nombre de personnes pouvant se déclarer professeurs des écoles. Et normalement le nombre de postes et le nombre de reçus au concours doivent être proches. Il s’agit peut-être aussi de personnes qui ont changé de région, qui sont remplaçants, qui se sont arrêtés de travailler momentanément, … .
    Les caractéristiques des demandeurs d’emploi en termes de sexe, d’âge et de niveau de diplôme sont globalement identiques à celles des actifs occupés. La durée moyenne de chômage de cette famille professionnelle est légèrement plus faible que la moyenne régionale (8,2 mois contre 9,1). Le taux d’écoulement est quasi-identique à la moyenne (56% contre 60% pour l’ensemble des familles professionnelles en Ile-de-France).

    Les offres d'emploi et projets de recrutement

    Moins de 1 000 emplois proposés, mais à des postes permanents

    Durée des emplois proposés (en %)

    386
    DIRECCTE 2020

    En 2018, Pôle emploi a diffusé un peu moins de 1 000 offres d’emploi pour l’Ile-de-France, ce qui est relativement peu, l’essentiel des recrutements passant par l’Education nationale.  Dans cette catégorie, Pôle emploi présente des annonces d’emplois pour du soutien scolaire qui, qu’ils soient en CDI ou en CDD, correspondent à du temps partiel.
    Près de trois quarts de ces offres sont des emplois de plus de 6 mois. Cette proportion est supérieure à celle de l’ensemble des offres toutes familles professionnelles confondues (environ deux tiers).

  • Les enjeux pour la profession et leurs impacts sur les métiers

    Professeurs des écoles : des difficultés de recrutement et les réponses politiques apportées pour tenter d’y remédier
    Enjeux par dimension

    La région Ile-de-France est composée des académies de Paris, Versailles (qui comprend le Val d’Oise, les Yvelines, les Hauts-de-Seine et l’Essonne) et de Créteil (Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne et Val de Marne). Paris propose peu de postes pour, proportionnellement, beaucoup de candidats. En revanche, Créteil et Versailles sont les académies qui affichent le plus grand nombre de postes à pourvoir en France. Mais faute de candidats au niveau attendu, plusieurs postes n’ont pas été pourvus, malgré la création d’un concours externe complémentaire organisé pour la deuxième année consécutive (source : devenirenseignant.fr).
    Plusieurs académies françaises ont les mêmes difficultés de recrutement et globalement, la profession souffre d’un déficit d’attractivité, que le syndicat de professeurs des écoles, SNUipp FSU, explique par une rémunération insuffisante et des conditions d’entrée et d’exercice du métier difficiles. Ainsi, rémunéré dès son année en alternance, un professeur des écoles débute à 2 000 euros brut mensuels une fois titularisé (source : devenirenseignant.fr). Le point d’indice, l'indicateur permettant de calculer le salaire brut des fonctionnaires, n'a pas été revalorisé depuis 2010, à l'exception d'une légère hausse en 2017.  En outre, le temps de travail est relativement élevé : d’après l’enquête Emploi du temps de l’Insee, les enseignants du premier degré exerçant à temps complet disaient travailler en moyenne 44 heures par semaine en 2010.
    Face à ces difficultés, le ministre de l’Éducation a annoncé en août 2019 que les rémunérations annuelles des enseignants seraient augmentées de 300 € brut par an en moyenne en 2020. Plus globalement, afin de remédier à cette crise des recrutements, dès la rentrée 2019, un parcours de préprofessionnalisation de trois ans est proposé aux étudiants à partir de la licence (L2). Il doit permettre une entrée progressive dans le métier de professeur, par un accompagnement et une prise de responsabilités adaptés. Ce dispositif permet d’accompagner financièrement les étudiants en leur offrant la possibilité d’un contrat de trois ans, cumulable avec la bourse, afin de sécuriser leur parcours jusqu’au passage des concours de recrutement. Autre mesure annoncée, qui concerne 50 000 enseignants en France : la prime des professeurs en Rep + (Réseaux d’éducation prioritaire renforcés) passée de 1 000 à 2 000 € cette année (source : « Hausse des salaires : pourquoi l'annonce de Blanquer irrite les professeurs », l’Express, 29 août 2019).
    La question salariale est une revendication de longue date chez les professeurs, qui s’estiment mal payés par rapport à nos voisins européens. Ainsi, selon un rapport de l’OCDE, le salaire des professeurs est de 7 % inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE en début de carrière (source : « Regards sur l'éducation 2019 », OCDE).
    Suite à l’annonce de revalorisation salariale de 300 euros, le SNUipp-FSU a expliqué qu’au 1er janvier 2020, le gain pour les professeurs des écoles des écoles se situerait entre 0 et 30 euros par mois en fonction de leur échelon. Ils considèrent que cela reste insuffisant (source : SNUipp-FSU).
    Des besoins en emplois supplémentaires ?
    Le dédoublement des classes de CP et CE1 en France, mis en place dès 2017, visait à l’élévation du niveau général des élèves. Il s’est traduit par la création de 10 800 classes à effectif réduit de CP et de CE1 en REP+ et REP. En septembre 2019, ce dédoublement devait bénéficier à 300 000 élèves. Le ministre de l'Éducation avait annoncé en 2017 la création de 2 500 postes d'enseignants pour passer à 12 élèves par classe dans les CP des zones d'éducation prioritaire renforcée. Il s'agit en réalité d'un redéploiement qui affecte d'autres dispositifs (source : « Dédoublements des classes de CP : les postes de la discorde », le Figaro, 26 juin 2017).
    En 2019, l’âge d’instruction obligatoire est également passé de 6 ans à 3 ans. Selon les statistiques du ministère, 98 % des 3 ans vont déjà à l'école. Ce taux frôle même les 100 % à partir de 4 ans. Cette obligation de scolarisation représenterait, d’après le ministère, 20 000 enfants supplémentaires. Sur la base de vingt-cinq élèves par classe (moyenne constatée en maternelle), accueillir 20 000 élèves de plus conduirait à créer au moins 800 postes d’enseignants. Pour les finances publiques, accueillir davantage d’élèves ne devrait pas poser de problème, car les prévisions d’effectifs en maternelle sont en forte baisse, ce qui devrait suffire à « absorber » le surplus d’enfants de 3 ans (« Que va changer l’instruction obligatoire à 3 ans ? », Le Monde, 14 février 2019).
    En effet, on observe en Ile-de-France une baisse du nombre d’élèves liée à une baisse des naissances : le taux de fécondité est en baisse depuis 2014 (2,04 à 1,94 en IDF), ainsi que le taux de natalité (-1 point en Ile-de-France entre 2014 et 2018). Entre 2012 et 2017, le nombre de naissances a ainsi diminué de 5 000 en Ile-de-France.

  • Les formations

    La voie des concours pour être titularisé professeur des écoles
    Part des actifs de la FAP issue des différentes spécialités de formation
    INSEE EEC 2018

    Près des trois quarts des jeunes actifs franciliens sont issus de formations liées à l’enseignement et à la formation.
    Pour devenir professeur des écoles, il convient en effet, après une licence, de suivre la formation du master MEEF (master métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation). Depuis sa création, en 2013, ce master concerne tous les futurs enseignants, qu'ils se destinent à exercer en maternelle, à l'école élémentaire, au collège ou au lycée, ainsi que les futurs conseillers principaux d'éducation (CPE). Cette formation intègre à la fois des enseignements orientés vers la pratique du métier et une préparation au concours de recrutement des enseignants. Ces derniers sont organisés en fin de première année de master. Pour enseigner à l'école primaire, il faut ainsi avoir réussi le concours de recrutement du CRPE.
    Six concours du CRPE peuvent être organisés, pour des profils différents (source : devenirenseignant.fr) :

    • Le CRPE externe s'adresse aux étudiants inscrits en master 1 ou master 2 ainsi qu'aux personnes qui remplissent les conditions pour s'inscrire en deuxième année de Master et celles qui détiennent déjà un diplôme de master (ou un équivalent).
    • Le CRPE externe spécial s'adresse aux mêmes personnes que le CRPE externe. Sa particularité est d'avoir deux épreuves supplémentaires portant chacune sur une langue régionale.
    • Le troisième CRPE est accessible à tous ceux qui ont au moins cinq ans d'expérience professionnelle dans le secteur privé, sans condition de diplôme.
    • Le second CRPE interne concerne certaines personnes qui ont déjà travaillé dans la fonction publique, qui peuvent justifier de trois ans d'expérience dans un service public et qui détiennent une licence (ou équivalent).
    • Le second CRPE interne spécial s'adresse aux mêmes personnes que le second CRPE interne. Sa particularité est d'avoir deux épreuves supplémentaires portant chacune sur une langue régionale.
    • Le premier CRPE interne est réservé aux instituteurs titulaires qui justifient de trois années de services effectifs.

    Une fois reçus au concours, les lauréats sont nommés professeurs des écoles stagiaires et affectés dans un des départements de l'académie dans laquelle ils ont été recrutés. Pendant une année scolaire, ils suivent une formation en alternance rémunérée dans le cadre de leur deuxième année de master MEEF, rythmée par un stage à mi-temps devant élèves dans une école et par des cours. Ils bénéficient tout au long de leur formation en alternance d’un dispositif d’accompagnement.
    Il est également possible d’accéder à l’emploi de professeur des écoles sans passer par la voie des concours, par voie contractuelle. En général, le candidat adresse sa candidature à l’Académie scolaire. Il doit être titulaire, a minima, d’une licence, disposer d’une qualification en secourisme et natation et avoir un casier judiciaire vierge. Sous réserve des conditions d’éligibilité, ils peuvent ensuite se porter candidat aux concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) par la voie externe ou celle du second concours interne.
    Les maîtres des établissements d'enseignement privés sous contrat passent des concours et exercent des fonctions d'enseignement comparables à ceux et celles de leurs homologues de l'enseignement public, dans un cadre réglementaire spécifique prévu par le code de l'éducation pour leur recrutement et leur formation.

  • Sources bibliographiques et de données

    Bibliographie
    • « Améliorer la formation initiale des professeurs des écoles de la réforme de la formation des enseignants », Comité national de suivi, juillet 2018
    • Bilan social du Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse, Enseignement scolaire, 2017-18, ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance – DEPP
    • « L’état de l’école », Ministère de l’Education nationale, octobre 2019.
    • « Prévisions d’effectifs d’élèves du premier degré : après la stabilisation de 2016, les effectifs devraient baisser en 2017 et 2018 », DEPP, Note d'information - N° 03 - mars 2017
    • Repères & références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche 2019, INSEE rentrée sept. 2013
    • « Instruction obligatoire dès 3 ans : qu’est-ce que cela va changer ? », Le Parisien, 28 mars 2018.
    Source des données