Plombiers, chauffagistes

Plombiers, chauffagistes

Part de l'Ile-de-France dans l'emploi national

16 %
111 189
Actifs en emploi
en France
Dont
17 392
Actifs en emploi
en Ile-de-France

Évolution des effectifs franciliens 2013-2018

-9 %

Une famille professionnelle sous représentée en Ile-de-France et de fortes difficultés de recrutement déclarées par les entre-prises sur ces métiers

"De nouvelles pratiques et de fortes attentes pour ces mé-tiers verdissants"

  • Les activités et leurs évolutions

    Une famille professionnelle dont l’activité nécessite un strict respect des normes de sécurité et des habilitations spécifiques selon les équipements à manipuler
    Positionnement des métiers
    Source : Pôle emploi, répertoire ROME​

    L’activité des professionnels de cette famille de métiers consiste à poser, régler ou réparer tous les éléments d'équipements sanitaires et de chauffage (gaz, fuel, charbon, bois, solaire ...) en respectant les règles de sécurité. Plus à la marge, le plombier-chauffagiste peut aussi intervenir pour monter des systèmes de ventilation et climatisation à usage domestique ou pour l’entretien et la maintenance des piscines.

    A noter, les plombiers chauffagistes qualifiés représentent près des deux tiers des actifs de cette famille. Les artisans plombiers chauffagistes, quant à eux, représentent un peu plus du tiers et sont particulièrement sous-représentés au sein de la région Ile-de-France (leur part dans l’emploi national s’élève ainsi à 13% alors que la moyenne tous métiers est d’environ 20%).

    Il est possible d’envisager une mobilité professionnelle hors de cette famille de métiers afin d’évoluer vers davantage de travaux de maintenance et d’entretien en tous locaux. Cela peut impliquer une plus forte polyvalence dans les tâches à effectuer. Certains professionnels peuvent faire le choix de s’orienter vers des métiers de la vente en plomberie sanitaire. En effet, leurs connaissances techniques peuvent constituer un réel atout pour répondre aux attentes d’une clientèle de plus en plus exigeante et informée (souhaitant réduire sa consommation d’énergie, par exemple, etc.).

    Activités au cœur de la profession
    • Démonter une ancienne installation
    • Connaître les normes de sécurité liées au gaz et les règles et consignes de sécurité
    • Poser des éléments sanitaires
    • Installer des équipements de chauffage
    • Réaliser des travaux de raccordement aux appareils de chauffage et éléments sanitaires ; Poser des tuyauteries ; Creuser des saignées
    • Installer une pente d'écoulement et tester l'étanchéité d'une pente d'écoulement
    • Réaliser un diagnostic de panne ou de dysfonctionnement d'installation
    • Changer une pièce défectueuse et/ ou réparer une pièce défectueuse
    • Vérifier les pressions et températures, les échanges de chaleur, ... et ajuster les réglages
    …activités en complément et compétences spécifiques
    • Poser un chauffage solaire
    • Réaliser la maintenance et l’entretien d'une piscine et ses équipements
    • Réaliser des interventions nécessitant une habilitation particulière (soudure Gaz ; attestation d'aptitude à la manipulation des fluides frigorigènes, etc.)
    • Réaliser un raccordement de réseau
    • Utiliser un engin nécessitant une habilitation (Plates-formes élévatrices mobiles de personnes ou PEMP)
    • Installer un plancher chauffant
    • Installer une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC)
  • Les secteurs concernés

    Une activité qui s’exerce essentiellement au sein d’entreprises du bâtiment mais pas seulement…
    Top 5 des secteurs d’activités employeurs
    Sources : ACOSS, Centre d’analyse stratégique. Traitement Défi métiers

    Ces professionnels exercent leur métier directement sur des chantiers ou au sein d'entreprises du bâtiment ou d'entreprises artisanales. Ils peuvent parfois être en contact direct avec des clients. Le secteur de la construction est le principal secteur employeur de cette famille de métiers avec huit professionnels sur dix. Plus à la marge, l’administration publique emploie moins d’un plombier-chauffagiste sur dix. Les perspectives d’activités apparaissent favorables dans la plupart des secteurs employeurs (stables, voire en hausse dans certains services administratifs ainsi que dans les activités pour la santé humaine, c’est-à-dire les établissements hospitaliers).

    Si l’on s’en tient aux estimations de la Dares concernant les ouvriers qualifiés du second œuvre du bâtiment (famille profesionnelle élargie), il y aurait environ 9 600 postes à pourvoir en Ile-de-France entre 2018 et 2022. Ces derniers seraient essentiellement liés aux départs en retraite. Mais on peut penser que pour la famille professionnelle des plombiers-chauffagistes des créations d’emplois sont à venir, impulsées par l’activité de rénovation thermique et plus globalement la performance énergétique des bâtiments.

  • Les marchés du travail

    Caractéristiques des actifs en emploi

    Des métiers quasi exclusivement exercés par des hommes…
    17 392
    Actifs en
    Ile-de-France

    Répartition Homme/Femme (en %)

    Répartition H/F
    INSEE RP 2018

    Répartition des âges (en %)

    Répartition par âge
    INSEE RP 2018

    Alors que la part des femmes dans l’emploi régional avoisine les 50% toutes familles confondues, celle des plombiers-chauffagistes est quasi exclusivement masculine (seulement 2 femmes pour 100 professionnels de cette famille).

    La part des jeunes de moins de 30 ans (près d’un quart) est supérieure de 3 points à celle observée toutes familles confondues. La moitié des effectifs plombiers-chauffagistes est âgée de 30 à 49 ans (identique à la moyenne francilienne).

    Une famille professionnelle qui accueille une importante part de salariés de nationalité étrangère en région Ile-de-France

    La part de salariés de nationalité étrangère est supérieure de 10 points à la moyenne observée tous métiers confondus (près d’un quart des actifs de cette famille professionnelle sont de nationalités étrangères contre 13% tous métiers confondus). Il s’agit d’une spécificité francilienne car au niveau national cette part demeure la même que celle observée tous métiers confondus (part inférieure à 10%).

    En termes de lieux de résidence, les plombiers-chauffagistes sont plus présents en Seine-Saint-Denis, ainsi qu’en Seine-et-Marne (chacun de ces départements héberge près de deux professionnels sur dix). A contrario, moins d’un d’entre eux sur dix habitent dans le département des Hauts-de-Seine, de même pour Paris.

    Près de neuf actifs sur dix appartenant à cette FAP ont un niveau de diplôme inférieur ou égal au baccalauréat

    Niveau de diplômes (en %)

    Diplômes
    INSEE RP 2018

    Représentant la moitié des actifs de cette famille professionnelle, le niveau CAP/ BEP domine. Néanmoins, tout âge confondu, les niveaux de formation sont assez variés puisqu’il y a quasiment autant d’actifs qui ont le baccalauréat que d’actifs n’ayant aucun diplôme dans cette famille de métiers.

    On observe cependant des différences selon l’âge. En effet, le niveau de diplôme a globalement progressé au cours des dernières décennies. Ainsi, près de trois jeunes de moins de 30 ans sur dix appartenant à cette FAP détiennent le diplôme du baccalauréat contre seulement un sur dix pour les plus de 50 ans.

    Les progrès de la domotique, les nouveaux systèmes de chauffage et autres innovations visant notamment à réduire la consommation d’eau et d’énergie doivent être intégrés par les professionnels ce qui implique des connaissances techniques plus complexes et participe à l’élévation du niveau de diplôme.

    En Ile-de-France, environ un plombier-chauffagiste sur deux occupe un emploi en CDI

    Conditions d'emploi

    INSEE RP 2018
    5 % 14 %
    INSEE RP 2018

    Près de quatre plombier-chauffagistes sur dix exercent en tant qu’indépendants. Les contrats en CDI représentent un peu plus d’un poste sur deux. L’apprentissage et le recours à l’intérim semblent très peu développés chez ces professionnels.

    Selon les données de la DARES de 2014 au niveau national, le turnover est très faible dans cette profession (proche des 20% contre 62 % en moyenne dans l’ensemble des métiers).

    *Données au niveau FAP87 pour la famille professionnelle élargie

    Très peu de travail à temps partiel au sein de cette famille de métiers

    L’activité de ces actifs peut s'exercer aussi bien en semaine que le week-end. Elle est parfois soumise à des astreintes.

    L’accessibilité des installations implique parfois une certaine pénibilité dans les gestes et postures à adopter. L’activité peut nécessiter également le port de charges lourdes.

    Le travail à temps partiel est particulièrement rare au sein de cette famille professionnelle très masculine. Ainsi, la part des temps complets avoisine les 95% aussi bien en Ile-de-France qu’à l’échelle nationale.

    Caractéristiques des demandeurs d’emploi

    Des demandeurs d’emploi en moyenne plus jeunes et plus diplômés que les actifs en emploi
    4 356
    Demandeurs d'emploi enregistrés dans cette famille professionnelle
    Part des DE inscrits depuis plus d’un an (en%)
    DIRECCTE 2020
    Taux d’écoulement
    55%
    49%
    DIRECCTE 2020

    Le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à près de 4 200 en 2018. Un tiers des demandeurs d’emploi sont âgés de moins de 30 ans (soit une part supérieure de 10 points à celle de l’ensemble des actifs de la famille professionnelle). Conformément à la répartition par genre des actifs, les femmes sont peu présentes parmi les demandeurs d’emploi.

    En moyenne, le niveau de formation des demandeurs d’emploi est plus élevé que celui des actifs en emploi : seulement un demandeur d’emploi sur dix à un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat contre trois sur dix pour les actifs en emploi.

    Environ un tiers des demandeurs d’emploi sont inscrits depuis plus d’un an (part inférieure de 6 points à celle observée toutes familles confondues en Ile-de-France). Le taux d’écoulement de la demande est proche de celui observé en moyenne francilienne. Ainsi, six demandeurs d’emploi sur dix appartenant à cette famille de métiers sont sortis des fichiers de Pôle emploi au cours des 12 mois étudiés. En moyenne, en 2018, les plombiers-chauffagistes restent 8 à 9 mois au chômage pour retrouver un emploi, soit une durée comparable à la moyenne tous métiers confondus).

    Les offres d'emploi et projets de recrutement

    Plus d’un tiers des emplois proposés dans cette FAP ont une durée inférieure à 6 mois

    Durée des emplois proposés (en %)

    2 399
    DIRECCTE 2020

    Le nombre d’offres d’emploi est assez élevé pour cette famille professionnelle, avec plus de 2 500 offres enregistrées en 2018 pour la région Ile-de-France. En moyenne, la durée des emplois proposés est inférieure à la durée moyenne observée en Ile-de-France. Ainsi, les offres d’une durée de plus de 6 mois représentent environ six offres sur dix contre près de sept offres sur dix en moyenne francilienne.

    De très fortes difficultés déclarées par les recruteurs

    Pour cette famille professionnelle, les données de l’enquête Besoins de main d’œuvre 2019 (BMO) témoignent de fortes difficultés de recrutement : les entreprises interrogées anticipent des difficultés de recrutement sur 78% des projets déclarés pour l’année 2019 (renforcement des difficultés depuis 2016 où seulement un projet sur deux était jugé difficile). Ces difficultés résultent d’une augmentation des besoins des entreprises sur ces métiers avec un nombre de projets de recrutement en hausse constante depuis 2015 (les projets ont plus que doublé en 4 ans pour atteindre près de 3000 projets en 2019).

  • Les enjeux pour la profession et leurs impacts sur les métiers

    Des métiers dont l’activité est dynamisée par les évolutions réglementaires en matière de performance énergétique des bâtiments
    Enjeux par dimension

    Depuis plusieurs années, cette famille professionnelle observe un « verdissement » de ses métiers. On parle de métiers verdissants car la finalité de ses métiers n’est pas environnementale mais ils se doivent d’intégrer de nouvelles connaissances et techniques pour prendre en compte la dimension environnementale dans le geste métier notamment. Ainsi, cette famille professionnelle est fortement impactée par les évolutions du marché et de la réglementation sur la performance énergétique des bâtiments (exemples donnés par l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte : la RT 2012 actuellement en vigueur et à horizon 2020, BEPOS qui deviendra un standard obligatoire ; réglementation en matière de gestion des déchets bâtiments et D3E - déchets électriques et électroniques ; normes environnementales NF EN ISO 14031 ; etc.). Ces évolutions visent à optimiser les installations de chauffage dans un souci d'économie d’énergie et de performance dans un contexte où le prix de l’énergie augmente régulièrement. En parallèle, les ménages et les entreprises sont de plus en plus soucieux à l’égard de leur impact environnemental mais aussi vis-à-vis de leurs dépenses. Ils cherchent ainsi à réduire leur consommation d’énergie et d’eau en acquérant de nouveaux équipements tout en modifiant leurs comportements. De son côté, la transition numérique à l’œuvre favorise le développement des objets connectés permettant de suivre et de contrôler ce type de consommation (équipements intelligents intégrant des capteurs de présence, de température, etc.).

    Ces professionnels doivent notamment assurer l'installation de matériels jugés plus performants sur le plan environnemental tels que les pompes à chaleur ou les chaudières à condensation. De nouvelles techniques de plomberie doivent également être maîtrisées (usage de tuyaux en polyéthylène réticulé -PER, par exemple, qui s’est particulièrement développé avec la hausse du prix du cuivre). De plus, la relation client prend de plus en plus d’importance face au renforcement des attentes de la clientèle en matière de performance environnementale. Les évolutions en cours permettent notamment d’enrichir l’offre de prestations assurées par les plombiers-chauffagistes en s’appuyant sur les outils de la domotique et équipements intelligents (développement des services de maintenance préventive, par exemple).

    Les défis à relever sont importants tout comme les menaces auxquelles ces professionnels doivent faire face. D’une part, il apparaît désormais essentiel de pouvoir développer et mettre à jour régulièrement ses connaissances des nouveaux équipements ainsi que de nouvelles pratiques d'installation, d'entretien et de réglage pour une utilisation optimale de leurs performances énergétiques via une formation tout au long de la vie. Les personnes peu diplômées ou sans diplômes risquent de rencontrer de plus en plus de difficultés pour trouver un emploi au sein de la FAP. D’autre part, les exigences accrues des clients dans un contexte d’augmentation croissante du prix des énergies obligent de plus en plus les professionnels à intégrer la dimension d’engagement de performance dans leurs prestations, ce qui suppose une approche plus globale des performances du bâtiment afin de fournir les conseils adaptés (disposer des dernières informations en matière de dispositifs d’aide à la rénovation énergétique et de systèmes domotiques mais aussi maîtriser les protocoles de communication entre les équipements, etc.). Enfin, comme il est précisé dans la dernière actualisation du CEP Bâtiment, le métier de plombier évolue vers un métier de génie sanitaire (installation de dispositifs de purification d’eau et de surveillance de la qualité de l’eau). Il apparaît donc important de disposer de connaissances d’expert sur ce type de dispositifs pour répondre à la clientèle.

  • Les formations

    Un lien fort entre la formation et l’emploi pour les jeunes actifs de cette famille professionnelle
    Part des actifs de la FAP issue des différentes spécialités de formation
    INSEE EEC 2018

    En région Ile-de-France comme au niveau national, les jeunes actifs de cette profession sont principalement issus de trois types de spécialités de formations : bâtiment (environ 40%), énergie et génie climatique (moins de 20% en Ile-de-France contre plus de 30% au niveau France entière) et électricité/ électronique (près de 10% au niveau régional contre environ 5% au niveau national). Néanmoins, en Ile-de-France, environ un jeune actif sur cinq inséré au sein de cette famille de métiers a suivi une formation qui ne semble pas avoir un lien direct avec le métier exercé mais relevant du domaine de la gestion, de l’économie ou des sciences humaines (contre moins d’un sur dix à l’échelle nationale).

    Ces emplois sont accessibles avec un CAP/BEP en plomberie, installation sanitaire et thermique. Certains postes sont également ouverts aux personnes ayant une expérience professionnelle dans ce secteur sans diplôme particulier. Les postes d’encadrement requièrent généralement un diplôme de niveau Bac (Bac professionnel, Brevet Professionnel). Le renforcement de la réglementation thermique, la complexification des équipements et les exigences accrues de la clientèle pourraient induire une élévation des niveaux de diplômes des professionnels.

  • Sources bibliographiques et de données

    Bibliographie
    • Bref, n° 321, mai 2014, BABET Charline, DARES, Portraits statistiques des métiers, 1982-2014, numéro 19, mars 2016
    • Dans quels métiers s’insèrent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ? Sophie Gonnard et Itto Mousset, sous la direction de Béatrice Pardini, Collection Franciliens, Défi Métiers, septembre 2018
    • Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte, Rapport d’activité 2018, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Commissariat général au Développement durable, Document de travailn°44, juillet 2019.
    • Contrat d’étude prospective Bâtiment Ile-de-France, 2019-2024, Les besoins en emplois et compétences liés aux travaux du grand Paris, aux Jeux Olympiques et Paralympiques et aux enjeux de transition énergétique, Les organisations professionnelles du Bâtiment (CAPEB, FFB, Fédération   Île-de-France   Centre   SCOP   BTP), la DIRECCTE d’Île-de-France et CONSTRUCTYS Île-de-France (actualisation du CEP Bâtiment 2014). http://idf.direccte.gouv.fr/
    Source des données
    • Outil dynamique des bassins, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr
    • Outil dynamique des salaires, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr
    • INSEE, Enquête emploi continue, année médiane 2015 
    • INSEE, données du recensement, RP 2017
    • DARES, traitement direccte Ile-de-France
    • DARES, données de prospective par FAP87, 2018-2022
    • Pôle emploi, Crédoc, Enquête Besoin de main d’œuvre, 2020
    • Enquête IVA (Insertion dans la vie active), dispositif national piloté par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, données Ile-de-France via l’enquête réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la région, les trois académies franciliennes, la DRIAAF, la DRONISEP et Défi-métiers.