Maîtrise des magasins

Maîtrise des magasins

Part de l'Ile-de-France dans l'emploi national

18 %
428 764
Actifs en emploi
en France
Dont
77 880
Actifs en emploi
en Ile-de-France

Évolution des effectifs franciliens 2013-2018

-5 %

Une famille professionnelle qui tend vers la parité entre les hommes et les femmes et qui est de plus en plus ouverte aux jeunes

Des professionnels directement impactés par les mutations en cours au sein du secteur du commerce

  • Les activités et leurs évolutions

    Il s’agit, d’une part, de chefs d’entreprise non salariés du commerce, travaillant seuls ou employant moins de 10 salariés. Et d’autre  part, de  salariés d’entreprise, responsables d’un petit magasin (moins de 400 m2 de surface de vente) ou d’un secteur de magasin de grande surface. Ils assurent soit les mêmes fonctions qu’un petit commerçant, soit un ensemble de tâches d’administration, de contrôle et d’animation des ventes.

    Positionnement des appellations ROME
    Positionnement des métiers
    Source : Pôle emploi, répertoire ROME​

    Cette FAP regroupe les responsables de magasin employant moins de dix salariés, les grossistes, ainsi que les chefs de rayon, marchandiseurs, animateurs commerciaux dans une grande surface. Ils peuvent diriger des magasins traditionnels ou des libres-services, conseiller la clientèle en s’appuyant sur leur connaissance des produits commercialisés. Certains sont salariés d’entreprise, responsables d’un petit magasin (moins de 400 m2 de surface de vente) ou d’un secteur de magasin de grande surface (au moins 400 m2 de surface de vente). Ils peuvent être ainsi amenés, dans certains cas, à participer à l’achat des produits ou à l’administration commerciale des entreprises.

    Les Chefs de petites surfaces de vente (salariés ou mandataires) sont le plus représentés au sein de cette FAP (un emploi sur cinq). On peut également noter la forte spécialisation relative de l’Ile-de-France concernant les animateurs commerciaux des magasins de vente et marchandiseurs (non-cadres). En effet, ces emplois semblent davantage concentrés en région Ile-de-France car bien qu’ils représentent 17% des emplois de cette FAP dans la région, ils pèsent pour 32% de l’emploi national sur ce métier.

    Cette famille professionnelle regroupe les activités de management de rayons, ainsi que l’encadrement du personnel de caisses et le marchandisage. S’agissant des activités de management de rayon, on distingue les activités selon le type de produits vendus (Management/gestion de rayon produits alimentaires ; Management/gestion de rayon produits non alimentaires).

    La diversité des tâches à effectuer est très importante au sein de la profession :
    • Assurer le suivi des objectifs commerciaux et des résultats
    • Assurer le management d’équipe
    • Gérer/ superviser l’animation commerciale de son (ses) rayon(s) (accueil ; conseil ; écoute, etc.)
    • Gérer les achats : Veiller au réapprovisionnement et à la gestion des stocks et négocier les prix d'achat des produits (en concertation avec sa hiérarchie)
    • Assurer l’organisation des ventes : s’assurer de la mise en rayon des produits, contrôler les produits, organiser et superviser leur stockage, mais aussi prévoir et organiser les inventaires, assurer la bonne tenue du rayon (mise en valeur et disponibilité des produits, etc.)
    • Veiller au respect de la réglementation en matière de sécurité et d’hygiène
    Un contexte concurrentiel qui favorise le développement de nouvelles compétences
    • Assurer une veille concurrentielle
    • Maîtriser les outils de reporting (suivi des indicateurs de performance, suivi de la fréquentation du magasin…)
    • Innover /Être force de proposition en matière de services à la clientèle, d’offres promotionnelles, etc.
    • Optimiser certaines tâches en s’appuyant sur les outils du numérique pour développer davantage la relation client
  • Les secteurs concernés

    La transversalité de la profession
    Top 5 des secteurs d’activités employeurs
    Sources : ACOSS, Centre d’analyse stratégique. Traitement Défi métiers

    En Ile-de-France, le secteur du commerce emploie plus de huit actifs sur dix appartenant à cette famille professionnelle. Nous pouvons rappeler ici que le commerce est l’un des principaux secteurs employeurs de la région. Les effectifs de cette FAP ont chuté dans les années 1990 avec le développement des supermarchés, des grandes surfaces spécialisées ou encore l’essor des réseaux d’enseignes. Les petits commerçants à leur compte ont dû faire face au développement de nouveaux formats de points de vente et à une intensification de la concurrence. Malgré une hausse des effectifs dans les années 2000, le niveau de l’emploi reste inférieur à celui affiché il y a 30 ans. Les efforts des distributeurs effectués en matière de services (click and collect, drive, livraison à domicile…) et de conseil, ainsi qu’en termes d’opérations commerciales et de fidélisation contribuent néanmoins à soutenir l’activité des professionnels de cette FAP. Par ailleurs, la dynamique du commerce en région Ile-de-France est également favorisée par les flux touristiques, la notoriété du « made in France » et des produits de beauté/luxe

  • Les marchés du travail

    Caractéristiques des actifs en emploi

    Une moyenne d’âge de la profession en baisse, tout particulièrement en Ile-de-France
    77 880
    Actifs en
    Ile-de-France

    Répartition Homme/Femme (en %)

    Répartition H/F
    INSEE RP 2018

    Répartition des âges (en %)

    Répartition par âge
    INSEE RP 2018

    La répartition des salariés selon le genre est proche de la parité pour cette famille professionnelle (part des femmes s’élevant à 47% en région Ile-de-France contre 49% à l’échelle nationale). Un résultat que l’on peut souligner car une large part des emplois de cette famille concerne des fonctions techniques ou d’encadrement plus « traditionnellement » attribuées à des hommes.

    On observe toutefois des variations significatives de cette part selon l’âge qui illustrent le phénomène de féminisation de la profession. Ces variations sont particulièrement fortes en région Ile-de-France : les femmes représentent ainsi 56% des emplois de cette FAP chez les moins de 30 ans mais seulement 40% chez les plus de 50 ans (contre respectivement 53% et 44% au niveau national).

    Concernant l’âge des actifs appartenant à cette FAP, comme la DARES a pu le souligner dans son dernier portrait statistique de 2015, au niveau national la profession demeure un peu plus âgée que l’ensemble de la population en emploi, mais le départ de nombreux petits commerçants indépendants s’est toutefois accompagné d’une réduction de la part des 50 ans ou plus par rapport au début des années 1980.

    A noter, par ailleurs, la spécificité de la région Ile-de-France pour laquelle la part des moins de 30 ans est désormais comparable à celle observée toutes familles de métiers confondues, tandis qu’au niveau national cette tranche d’âge avoisine seulement les 15% pour cette FAP.

    La répartition des actifs au lieu de résidence apparaît plutôt équilibrée (chaque département concentre plus ou moins 10% des actifs de cette FAP) avec la spécificité de Paris (proche de celle observée toutes FAP confondues) qui représente plus de deux actifs de la profession sur dix.

    Les deux tiers des actifs de cette FAP ont un niveau de diplôme égal ou supérieur au bac en région Ile-de-France

    Niveau de diplômes (en %)

    Diplômes
    INSEE RP 2018

    La proportion de non diplômés a fortement diminué au cours des dernières années : environ deux actifs sur dix appartenant à cette FAP n’ont pas de diplôme au-delà du brevet des collèges (un sur dix seulement parmi les actifs de moins de 30 ans, soit une part comparable à celle observée toutes FAP confondues en région francilienne).

    La profession n’échappe pas à la tendance à l’élévation du niveau de diplôme : près des deux tiers de l’ensemble des actifs de cette FAP ont un niveau de diplôme égal ou supérieur au bac contre huit actifs sur dix âgés de moins de 30 ans.

    Les niveaux de formation exigés à l’embauche sont, par ailleurs, très divers selon la taille du magasin et le type de métier exercé.

    Près de neuf professionnels sur dix travaillant dans cette FAP ont la nationalité française ce qui correspond à la moyenne observée en Ile-de France toutes FAP confondues

    Plus des trois quarts des actifs de la profession déclarent travailler le week-end

    Afin de s’adapter aux exigences des consommateurs qui souhaitent pouvoir faire leurs achats en tout lieu (développement des points de vente dans les zones de flux telles que les gares, aéroports, etc…) et à tout moment de la semaine, les actifs de cette famille professionnelle sont nombreux à travailler le week-end. Ainsi, comme le précise le rapport de la DARES : « Les responsables de magasin et intermédiaires du commerce* sont nombreux à exercer les samedis (77%) ou dimanches (40 %), et 62 % des professionnels travaillant à temps complet déclarent travailler plus de 40 heures par semaine ».

    Par ailleurs, le responsable de magasins se doit d’arriver avant l’ouverture du magasin à la clientèle afin de gérer certains préparatifs comme c’est le cas également pour les vendeurs. Ils rangent aussi le soir après la fermeture ce qui contraint à avoir des horaires souvent « élastiques ».

    *Données au niveau FAP87 pour la famille professionnelle élargie

    Une part très importante de non salariés

    Cette famille professionnelle affiche une part d’emplois salariés beaucoup plus faible que celle observée pour l’ensemble des FAP. En effet, les responsables de magasins travaillant à leur compte/ en indépendant sont très nombreux (environ quatre sur dix en région Ile-de-France contre près d’un sur deux au niveau national).

    Peu d’actifs disposent d’un contrat à durée déterminée au sein de cette FAP (part bien inférieure à celle observée toutes FAP confondues et ce aussi bien en région Ile-de-France qu’au niveau national).

    Les responsables de magasin occupent principalement des postes à temps plein. Environ un actif de cette FAP sur dix travaille à temps partiel (part comparable à celle observée toutes familles professionnelles confondues).

    Remarque : Les données de la DARES* témoignent d’un turnover en forte progression depuis 2011 mais qui demeure faible dans la profession par rapport à la moyenne toutes FAP confondues.

    *Données au niveau FAP87 pour la famille professionnelle élargie

    Conditions d'emploi

    INSEE RP 2018
    12 % 14 %
    INSEE RP 2018

    Caractéristiques des demandeurs d’emploi

    Un nombre de demandeurs d’emploi relativement faible rapporté au nombre d’emplois de cette FAP en région Ile-de-France
    1 843
    Demandeurs d'emploi enregistrés dans cette famille professionnelle
    Part des DE inscrits depuis plus d’un an (en%)
    DIRECCTE 2020
    Taux d’écoulement
    46%
    49%
    DIRECCTE 2020

    Cette famille professionnelle compte relativement peu de demandeurs d’emploi en 2018 par rapport au volume d’actifs qui exercent ces métiers. La part de ceux inscrits depuis plus d’un an à Pôle emploi demeure légèrement inférieure à la moyenne régionale tous métiers confondus.

    Le taux d’écoulement de la demande est proche de celui observé toutes FAP confondues. Près de six demandeurs d’emploi sur dix appartenant à cette FAP sont sortis des fichiers de Pôle emploi au cours des 12 mois étudiés.

    A noter également, au sein de cette FAP le niveau de formation des demandeurs d’emploi est, en moyenne, supérieur à celui des actifs en emploi (niveau de diplôme égal ou supérieur au Bac pour plus des trois quarts des demandeurs d’emploi de cette FAP contre près des deux tiers chez les actifs en emploi appartenant à cette FAP).

    Les offres d'emploi et projets de recrutement

    Durée des emplois proposés : Une part de contrats courts relativement élevée dans les offres d’emplois proposées au sein de cette FAP

    Durée des emplois proposés (en %)

    1 845
    DIRECCTE 2020

    En 2018, le nombre d’offres d’emploi est supérieur au nombre de demandes d’emploi ce qui est synonyme de tensions sur le marché du travail.

    Près des trois quarts des offres d’emploi portent sur des contrats de plus de six mois (contre près des deux tiers pour l’ensemble des métiers).

    L’emploi en CDD semblent se développer au sein de cette famille professionnelle puisque en 2018 plus d’un quart des offres d’emploi de cette FAP reposent sur un CDD de moins de 6 mois.

    Les projets de recrutement recensés via l’enquête en Besoin de main d’œuvre (BMO) de Pôle Emploi semblent orientés à la hausse au cours des dernières années ce qui va dans le sens des estimations annoncées par la Dares. En effet, la Dares a estimé les perspectives d’emploi entre 2018 et 2022 pour chaque région. Ainsi, au cours de cette période, 17 300 postes devraient être à pourvoir en Ile-de-France pour cette FAP*.

    *Données disponibles en FAP87 (périmètre élargi) incluant également les intermédiaires du commerce.

  • Les enjeux pour la profession et leurs impacts sur les métiers

    De nouvelles aptitudes à développer face aux mutations qui s’opèrent au sein du commerce
    Enjeux par dimension

    Les professionnels de cette FAP doivent faire face à différents changements qui s’opèrent au sein du secteur du commerce mais aussi des transformations d’ordre sociétal et réglementaires. En effet, la FAP « Maîtrise des magasins » est impactée par la transformation numérique qui se traduit notamment par une intensification de la concurrence (développement du e-commerce et des places de marché, etc…), mais aussi par la montée du digital en boutique (vendeurs équipés de tablettes, présence d’écran tactile pour communiquer de l’information au client…). De plus, les attentes et comportements de consommation ont évolué au cours des dernières années. Les consommateurs sont en demande d’une offre de produits et services toujours plus personnalisée/ individualisée. Dans le même temps, la transformation de la ville s’opère : désertification de certains centres commerciaux mais aussi désertification de certains centres-villes en lien notamment avec un cout du foncier excessif ; développement de nouveaux formats de points de vente dans les zones de flux (gares, aéroports…). Enfin, les responsables de magasins, managers de rayons et leurs équipes sont soumis à des normes toujours plus contraignantes en matière de sécurité et d’hygiène alimentaire. Autant de changements qui sont source d’opportunités mais également de menaces.

     

    En lien avec la transformation numérique, de nouveaux outils (progiciels de gestion intégrés, outils de reporting, optimisation des stocks/ gestion des rayons, etc.) devraient permettre aux responsables de magasin et managers de rayon d’être davantage disponibles auprès de leurs équipes et de la clientèle mais aussi d’effectuer un suivi renforcé des indicateurs de performance économique et commerciale (données collectées au jour le jour sur la fréquentation des clients, les ventes réalisées…). Par ailleurs, face aux exigences des consommateurs en matière de qualité des produits et services, les professionnels de cette FAP se doivent de mettre l’accent sur la qualité des conseils apportés au consommateur. Cela peut se traduire notamment par l’affichage d’information sur l’origine du produit, des mises en situation du produit, des offres « en bouquet » incluant des services associés au produit...). On peut également souligner l’importance accordée au « made in France » par les touristes et également le dynamisme que devrait insuffler les JOP de 2024 en région Ile-de-France. Afin de maintenir cette image de qualité du « made in France », les professionnels de cette FAP doivent mettre l’accent sur les qualités d’écoute et de conseil, ainsi que leur niveau d’expertise sur les produits vendus.

     

    Cependant, le commerce connecté et la digitalisation des points de vente engendrent de nouvelles tâches (développement des outils marketing digitaux permettant la mise en œuvre d’actions commerciales ciblées, par exemple), mais aussi de nouveaux métiers, et donc de nouvelles compétences. Les professionnels qui ne pourraient pas bénéficier de formations adéquates auront plus de difficultés à faire face à ces évolutions comme la montée de la stratégie marketing du multi canal (développement de la vente en ligne...). De plus, face au phénomène d’intensification de la concurrence, les compétences en matière de veille concurrentielle peuvent s’avérer utiles, voire indispensables. Les responsables de magasins doivent être capable d’intégrer les tendances de consommation à leur offre (souhait de co-construction, préférence pour les produits locaux, …) et d’identifier les segments porteurs (Bio, Sport et Bien être…). Ils doivent également redoubler d’effort pour innover en matière de services et d’opération commerciale afin de différencier leur offre et de fidéliser la clientèle. Enfin, certains nouveaux modes de consommation pourraient affecter à la baisse l’activité des commerçants. En effet, le développement du shopping collaboratif vise notamment à inciter à consommer différemment et favorise l’économie circulaire, la seconde vie des objets via notamment les plateformes de vente en ligne de particulier à particulier.

  • Les formations

    Un lien relativement fort entre le métier exercé et le domaine de formation pour cette famille professionnelle
    Part des actifs de la FAP issue des différentes spécialités de formation
    INSEE EEC 2018

    Selon les données de l’enquête emploi concernant les spécialités de formations (NSF) suivies par les actifs qui sont depuis moins de 10 ans sur le marché du travail, à l’échelle nationale près de la moitié des jeunes actifs de cette FAP sont issus d’une formation en commerce/ vente. L’hétérogénéité des autres spécialités de formations est néanmoins plus marquée en région Ile-de-France comme le confirme par ailleurs les données de l’enquête IVA.

    Les principaux diplômes visant ce métier sont principalement le BTS Management commercial opérationnel (ex BTS Management des unités commerciales) et plus à la marge la licence pro commerce spécialité distribution/ management de rayon, DUT Techniques de commercialisation, le titre professionnel responsable de rayon, le titre professionnel manager d’univers marchand, et celui de Gestionnaire d’unité commerciale option généraliste.

  • Sources bibliographiques et de données

    Bibliographie
    • L’Observatoire Prospectif du commerce, Portrait de région, Le Commerce en Ile-de-France, 2018
    • APEC : Référentiel des métiers du secteur du commerce de détail et de la distribution, mars 2011
    • BABET Charline, DARES, Portraits statistiques des métiers, 1982-2014, numéro 19, mars 2016
    • Dans quels métiers s’insèrent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ? Sophie Gonnard et Itto Mousset, sous la direction de Béatrice Pardini, Collection Franciliens, Défi Métiers, septembre 2018
    • L’évolution des commerces à Paris, Inventaire des commerces 2017 et évolutions 2014-2017, APUR, Mars 2018.
    • Une nouvelle politique pour le commerce, comment préserver l’emploi ? Conseil du Commerce de France, CDCF, Juin 2016
    • Le paysage commercial du Grand Paris : entre stabilité et mutation sectorielle, n°201 - mars 2018
    Source des données
    • Outil Dynamique des bassins, Défi métiers, https://www.defi-metiers.fr/tdb-bassins-emploi-formation
    • Outil Dynamique des salaires, Défi métiers https://www.defi-metiers.fr/observatoire-salaires
    • INSEE, Enquête emploi continue, année médiane 2015
    • INSEE, données du recensement, RP 2016
    • DARES, traitement Direccte Ile-de-France
    • DARES, données de prospective par FAP87, 2018-2022
    • Pôle emploi, Crédoc. Enquête Besoin de main d’œuvre, 2019
    • Enquête IVA (Insertion dans la vie active), dispositif national piloté par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, données Ile-de-France via l’enquête réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la région, les trois académies franciliennes, la DRIAAF, la DRONISEP et Défi-métiers