Caissiers

Caissiers

Part de l'Ile-de-France dans l'emploi national

18 %
202 707
Actifs en emploi
en France
Dont
36 449
Actifs en emploi
en Ile-de-France

Évolution des effectifs franciliens 2013-2018

-20 %

Une forte baisse des effectifs en emploi pour cette FAP au cours des dernières années

« Une famille professionnelle confrontée aux défis de la transition numérique »

  • Les activités et leurs évolutions

    Utilisation croissante des outils digitaux et contact permanent avec la clientèle
    Positionnement des métiers
    Source : Pôle emploi, répertoire ROME​

    Les professionnels de cette FAP réalisent l'enregistrement des ventes et l'encaissement de produits, d'articles (vêtements, alimentation, carburant, ...) ou de services (péages d'autoroute, parking, ...). Ils peuvent parfois être amenés à effectuer le réassort des produits en magasin. Ils sont en contact avec la clientèle et différents intervenants (responsable de caisses, directeur de magasin, etc.).

    Les emplois de caissiers sont largement ouverts aux étudiants et aux jeunes. C’est pourquoi une grande part des actifs occupant ces emplois intègreront d’autres FAP sans lien particulier avec le métier de caissier. Néanmoins, des évolutions sont possibles vers des métiers de l’accueil et du renseignement de la clientèle, ou vers plus de mise en rayon.

    On peut également penser que le développement des services de livraison à domicile, du drive ou encore les services de click and collect (mode d'achat par lequel un consommateur commande dans un premier temps son produit en ligne sur Internet et effectue dans un second temps le retrait de son achat en point de vente) des enseignes de distribution offrent également des possibilités d’évoluer vers des métiers du magasinage et de la logistique (N1103 – Magasinage et préparation de commandes).

    Activités au cœur de la profession
    • Utiliser la caisse enregistreuse et/ ou caisse informatisée
    •     Accueillir le client et enregistrer la vente d'articles (lecture de codes-barres, saisie des prix, ...)
    •     Enlever/désactiver les antivols des articles
    •     Effectuer les opérations d'encaissement
    •     Renseigner le client sur les services complémentaires à la vente (remise, livraison, crédit gratuit, carte de fidélité, ...) et recueillir ses remarques (accueil, prix, temps d'attente, ...) afin de les transmettre au responsable de caisses/ manager
    •     Vérifier le fonds de caisse à la prise de poste et effectuer le comptage à la fermeture de la caisse
    Activités en complément ou spécifiques
    •     Effectuer la mise en rayon et le réassort des produits, des articles en magasin
    •     Réserver des places et éditer des billets (spectacle, évènements sportifs, ...)
    •     Utilisation de logiciels de réservation
    •     Suivre l'état des stocks, identifier les besoins en approvisionnement et établir les commandes
    •     Utilisation de logiciels de gestion de stocks
    •     Réceptionner les marchandises, les produits et contrôler la conformité de la livraison
    •     Effectuer le service de carburant à la pompe
    •     Vérifier les conditions de livraison du carburant (niveau de cuve, transvasement, ...)
    •    Connaître les procédures de secours et règles et consignes de sécurité ainsi que la réglementation des produits inflammables
    •    Disposer de connaissances des éléments de base en mécanique automobile 
    •   Effectuer l'entretien de premier niveau et le nettoyage d’un véhicule
  • Les secteurs concernés

    Quatre caissiers sur cinq travaillent dans le secteur du commerce
    Top 5 des secteurs d’activités employeurs
    Sources : ACOSS, Centre d’analyse stratégique. Traitement Défi métiers

    L'activité des professionnels de cette FAP s'exerce au sein de grandes surfaces (alimentaires, spécialisées, de bricolage), de magasins (habillement, musique, ...), mais aussi dans le domaine de la culture et des loisirs disposant de billetteries (théâtre, cinéma, ...), ou encore les lieux de péage (parking, autoroute, ...) et les stations-service. Ainsi, les principaux secteurs employeurs sont le commerce/ la grande distribution, le secteur des loisirs et spectacles et le transport et la logistique. On observe toutefois qu’en Ile-de-France le métier s’exerce un peu moins qu’ailleurs dans le secteur du commerce.

    Près de huit actifs sur dix de cette famille professionnelle occupent un emploi dans le secteur du commerce. Sur la période récente, les effectifs du secteur stagnent. En effet, après avoir connu une forte progression du début des années 1990 au milieu des années 2000 portée par le développement des grandes et moyennes surfaces (alimentation, vêtements, bricolage, articles de sports etc.), et le dynamisme du hard-discount, ce secteur a perdu des emplois durant la période de crise économique. Le métier de caissier notamment souffre du développement de l’automatisation des caisses dans la grande distribution comme l’anticipait le rapport de la DARES en 2015.

    Si l’on s’en tient aux estimations de la Dares, il y aurait 5 200 postes à pourvoir en Ile-de-France pour la famille professionnelle élargie (R0Z : Caissiers et employés de libre-service) entre 2018 et 2022. Ces derniers seraient essentiellement liés aux départs en retraite (seulement 300 créations d’emploi envisagées dans cette famille professionnelle contre 4 900 départs en retraite).

  • Les marchés du travail

    Caractéristiques des actifs en emploi

    Des métiers qui demeurent très féminisés malgré une part de femmes plus faible chez les moins de 30 ans
    36 449
    Actifs en
    Ile-de-France

    Répartition Homme/Femme (en %)

    Répartition H/F
    INSEE RP 2018

    Répartition des âges (en %)

    Répartition par âge
    INSEE RP 2018

    Les caissiers sont majoritairement des femmes. Ainsi, en région francilienne, huit actifs sur dix sont des femmes dans cette FAP (contre près de neuf sur dix à l’échelle nationale). La structure par âge montre que la part des femmes est moins élevée chez les jeunes, ce qui pourrait traduire davantage de mixité H/F parmi les nouvelles générations (phénomène plus marqué en Ile-de-France).

    Un métier ouvert aux jeunes avec une part importante d’étudiants

    La structure par âge des actifs de cette famille professionnelle diffère fortement de la moyenne des métiers franciliens :  42% de jeunes de moins de 30 ans (contre 20% tous métiers confondus), la part des 30-49 est de 40% (contre 52% tous métiers confondus) et les actifs de plus de 50 ans représentent près de 18% (contre 28%).

    Dans ses portraits statistiques de 2015, la DARES précise qu’au niveau national « 38 % des salariés ont moins de 30 ans, dont plus d’un cinquième simultanément élève ou étudiant ».

    Cette famille de métiers accueille plus de 20% de salariés de nationalité étrangère, ce qui est plus important que dans la moyenne des métiers (13%).

    En termes de lieux de résidence, les caissiers et employés de libre-service sont répartis de manière assez homogène dans tous les départements d’Ile-de-France (plus ou moins 11%). Ils sont toutefois légèrement plus présents en Seine-Saint-Denis (18%) ainsi qu’en Seine-et-Marne (14%).

    Des métiers accessibles aux personnes sans qualification malgré une tendance à l’élévation des qualifications

    Niveau de diplômes (en %)

    Diplômes
    INSEE RP 2018

    Les niveaux de formation sont variés aussi bien chez les jeunes que chez les plus de 30 ans : Près de trois caissiers sur dix n’ont aucun diplôme (métiers accessibles sans qualification permettant notamment une insertion des jeunes peu ou pas diplômés sur le marché du travail), deux sur dix ont un CAP ou un BEP, et près d’un tiers ont un baccalauréat ou un brevet professionnel.

    La tendance à l’élévation du niveau de diplôme se poursuit dans cette famille professionnelle : les deux tiers des moins de 30 ans ont un diplôme de niveau égal ou supérieur au Bac contre la moitié toutes catégories d’âges confondues. Désormais, moins de deux actifs de moins de 30 ans de cette FAP sur dix ne possèdent aucun diplôme ou le seul brevet des collèges (environ trois sur dix toutes catégories d’âges confondues). Déjà souligné en 2011 par l’INSEE et l’OREF Ile-de-France, l’accès aux métiers non qualifiés - comme c’est le cas pour le métier de caissier - semble de plus en plus difficile pour les peu diplômés en Ile-de-France. Le développement des outils du numérique dans la profession est notamment un facteur qui induit plus de technicité et donc une élévation du niveau de diplôme.

    Près de neuf actifs sur dix occupent un emploi en CDI

    Conditions d'emploi

    INSEE RP 2018
    38 % 14 %
    INSEE RP 2018

    Les contrats à durée déterminée ne concernent qu’un actif sur dix au sein de cette FAP. La part importante des emplois occupés en CDI masque néanmoins une forte mobilité. Ainsi, selon les données de la DARES de 2014 au niveau national, le turnover est de 186 % au sein de cette FAP*, contre 62 % en moyenne dans l’ensemble des métiers. Ce taux très élevé peut être mis en lien avec la part importante des jeunes au sein de cette FAP (étudiants ou jeunes en insertion). Par ailleurs, on peut néanmoins supposer que les évolutions en cours permettront de réduire la pénibilité de certaines tâches (automatisation des tâches les plus répétitives notamment) et contribueront ainsi à réduire ce taux de rotation.

    Un travail à temps partiel très présent au sein de cette FAP mais moins marqué en Ile-de-France

    Au sein de cette FAP, quatre actifs franciliens en emploi sur dix travaillent à temps partiel.

    Comme le souligne la DARES dans son rapport, « les caissiers et employés de libre-service sont soumis à des horaires partiels et décalés. Neuf sur dix déclarent travailler le samedi, plus du tiers travaille le dimanche et 43 % exercent à temps partiel, souvent imposé ».

    Le travail à temps partiel (moins élevé qu’à l’échelle nationale) combiné à la part importante des jeunes témoigne aussi de la présence des étudiants qui occupent ce type d’emploi afin de financer leurs études.

    *Données au niveau FAP87 pour la famille professionnelle élargie

    Caractéristiques des demandeurs d’emploi

    Une plus forte part de diplômés du supérieur chez les demandeurs d’emploi
    11 256
    Demandeurs d'emploi enregistrés dans cette famille professionnelle
    Part des DE inscrits depuis plus d’un an (en%)
    DIRECCTE 2020
    Taux d’écoulement
    53%
    49%
    DIRECCTE 2020

    Le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à près de 10 200 en 2018. Neuf demandeurs d’emploi sur dix sont des femmes dans cette FAP tandis qu’elles représentent huit actifs en emploi sur dix. Elles sont donc légèrement surreprésentées parmi les demandeurs d’emploi.

    Les plus de 50 ans représentent 15% des demandeurs d’emploi de cette FAP en région Ile-de-France, tandis que les jeunes représentent 35% des demandeurs d’emploi. Ainsi, la répartition des demandeurs d’emploi selon l’âge est conforme à la structure par âge de la FAP.

    Le niveau de formation des demandeurs d’emploi est comparable à celui des actifs en emploi. Néanmoins, on observe une plus forte part de diplômés du supérieur chez les demandeurs d’emploi (32% contre 20% pour les actifs).

    Plus d’un tiers des demandeurs d’emploi sont inscrits depuis plus d’un an, ce qui est moins que ce qu’on observe toutes FAP confondues en Ile-de-France (part inférieure de 6 points). Le taux d’écoulement de la demande est proche de celui observé toutes FAP confondues. Ainsi, six demandeurs d’emploi sur dix appartenant à cette FAP sont sortis des fichiers de Pôle emploi au cours des 12 mois étudiés. En moyenne, en 2018, les caissiers restent 7 mois au chômage (contre 9 mois tous métiers confondus).

    Les offres d'emploi et projets de recrutement

    Près des trois quarts des emplois proposés dans cette FAP ont une durée de plus de 6 mois

    Durée des emplois proposés (en %)

    1 732
    DIRECCTE 2020

    Dans près de trois cas sur dix, les offres d’emploi proposés concernent un emploi de courte durée (de moins de six mois)

    Le nombre d’offres d’emploi est relativement élevé pour cette FAP, avec plus de 6 000 offres enregistrées en 2018. Les offres d’une durée de plus de 6 mois représentent la part la plus importante des offres d’emploi (près des trois quarts des offres au sein de cette FAP contre environ les deux tiers des offres toutes FAP confondues).

    A noter, pour le métier de caissiers, les données de l’enquête Besoins de main d’œuvre 2019 (BMO) font état d’un nombre de projets de recrutement en hausse entre 2018 et 2019 pour la région Ile-de-France. En effet, ce nombre oscillait entre 3500 et 4200 projets depuis 2013, tandis qu’il atteint 5800 en 2019 (soit une hausse de 35% en un an). Cette hausse est à interpréter avec prudence car on raisonne ici en nombre de projets et non en nombre de postes. Elle peut ainsi s’expliquer par un plus fort taux de rotation sur un poste (projets en vue d’un remplacement), par un recours aux emplois saisonniers, etc. Une hausse du nombre de projets de recrutement n’est donc par forcément synonyme de création d’emplois. Les difficultés de recrutement semblent relativement faibles sur les projets anticipés par les entreprises.

  • Les enjeux pour la profession et leurs impacts sur les métiers

    De nouvelles capacités à développer en lien avec l’usage croissant des nouvelles technologies dans la profession
    Enjeux par dimension

    Cette famille professionnelle est directement impactée par les changements de son environnement aussi bien économique, sociologique que numérique et démographique. En effet, les nouvelles tendances de consommation ont favorisé le développement de nouveaux formats de vente (dans les zones de transit telles que les gares, aéroports, etc…) pour répondre aux attentes des consommateurs en termes de gain de temps (pouvoir acheter en tous lieux et à n’importe quel moment de la journée, etc.). Les technologies numériques accélèrent les mutations à l’œuvre en permettant de réduire le temps d’attente au passage en caisse. Ainsi, au cours des dernières années, l’automatisation des lignes de caisses s’est développée dans la plupart des enseignes de la grande distribution. Certains concepts récents misent essentiellement sur les caisses automatiques ou technologies RFID (pour radio fréquence identification). Grâce aux puces RFID, les clients s’orientent vers un pôle de caisses disposant de bacs lecteurs RFID remplaçant ainsi l’étape du scan des produits. Des données récentes collectées par certains instituts d’études montrent que les Français sont très réceptifs à un encaissement autonome mais plutôt pour des courses spécifiques (petits paniers d’achats ou catégories de produits répondant à des missions de courses bien précises, produits de dépannage, alcool en soirée, etc.).

    Les caissiers sont ainsi directement impactés par le développement des technologies numériques. Si certains soulignent l’opportunité de réduire la pénibilité des tâches les plus répétitives grâce à ces technologies, les caissiers sont actuellement en première ligne pour accompagner les clients dans l’utilisation des nouveaux dispositifs de paiement (« scannettes » en magasin, paiement via le mobile, etc.). Ils doivent aussi être présents en cas de dysfonctionnements techniques ou d’ordre humain provoqués par les clients. Ce type d’intervention requièrent notamment une grande disponibilité et un sens du service. Les changements à l’œuvre induisent donc de nouvelles capacités, voire des profils spécifiques pour travailler sur les caisses libre-service (CLS). Par ailleurs, la transition démographique à l’œuvre et le vieillissement de la population qu’elle induit devrait se traduire par une clientèle des séniors de plus en plus importante et donc de nouveaux besoins à intégrer dans la stratégie des distributeurs. Dans cette optique, certains d’entre eux proposent plusieurs types d’encaissement afin de s’adapter aux types de courses des clients et à leurs besoins. Des « bla bla bla caisse » ont vu le jour pour les clients les moins pressés qui ont envie de discuter.

    Les professionnels de cette FAP doivent ainsi relever de nombreux défis imposés par les évolutions en cours. Il apparaît désormais essentiel de pouvoir développer ses connaissances dans l’usage des technologies numériques et d’intégrer les nouveaux outils disponibles via une formation tout au long de la vie. Les personnes peu diplômées ou sans diplôme risquent de rencontrer de plus en plus de difficultés pour trouver un emploi. Certaines tendances de consommation pèsent, par ailleurs, sur la fréquentation des commerces et donc sur l’emploi dans ce secteur : développement du commerce en ligne ou volonté de supprimer certains intermédiaires et d’acheter directement chez le producteur, mais aussi volonté de lutter contre la surconsommation (défiance envers la grande distribution, etc…).

  • Les formations

    Des spécialités de formations très variées au sein de cette famille professionnelle
    Part des actifs de la FAP issue des différentes spécialités de formation
    INSEE EEC 2018

    Il n’y a pas de formation particulière pour exercer le métier de caissier. Néanmoins, il faut avoir le sens du contact et ne pas avoir une aversion pour les chiffres.

    Les jeunes actifs de cette profession sont issus de spécialités de formations très variées. Ceci s’explique notamment par la présence d’étudiants qui travaillent pour financer leurs études. En région Ile-de-France, cette diversité des spécialités de formation est particulièrement marquée puisque on observe quasiment la même part de jeunes actifs issus de formations en échange/ gestion, spécialités littéraires ou artistiques, sanitaires et sociales, comptabilité et gestion et commerce/ vente (part égale à plus ou moins 10% pour chacune de ces spécialités). A noter, au niveau France entière, la spécialité commerce/ vente se détache des autres spécialités de formation représentant à elle seule près de 20% des jeunes actifs de cette FAP.

    Par ailleurs, en Ile-de-France la part des non diplômés est bien supérieure à celle observée au niveau nationale (un jeune actif sur dix en Ile-de-France contre un sur vingt au niveau national).

  • Sources bibliographiques et de données

    Bibliographie
    • Bref, n° 321, mai 2014, BABET Charline, DARES, Portraits statistiques des métiers, 1982-2014, numéro 19, mars 2016
    • Dans quels métiers s’insèrent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ? Sophie Gonnard et Itto Mousset, sous la direction de Béatrice Pardini, Collection Franciliens, Défi Métiers, septembre 2018
    • 5 chiffres à connaître sur les caisses libre-service, lsa-conso, 16/07/2019
    Source des données
    • Outil dynamique des bassins, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr
    • Outil dynamique des salaires, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr
    • INSEE, Enquête emploi continue, année médiane 2015 
    • INSEE, données du recensement, RP 2016
    • DARES, traitement direccte Ile-de-France
    • DARES, données de prospective par FAP87, 2018-2022
    • Pôle emploi, Crédoc, Enquête Besoin de main d’œuvre, 2019
    • Enquête IVA (Insertion dans la vie active), dispositif national piloté par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, données Ile-de-France via l’enquête réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la région, les trois académies franciliennes, la DRIAAF, la DRONISEP et Défi-métiers.