Aides à domicile et aides ménagères

Aides à domicile et aides ménagères

Part de l'Ile-de-France dans l'emploi national

12 %
498 360
Actifs en emploi
en France
Dont
60 131
Actifs en emploi
en Ile-de-France

Évolution des effectifs franciliens 2013-2018

+3 %

Le métier d’aide à domicile devrait être celui qui connaîtra la plus forte création d’emplois (en volume) au cours des prochaines années.

Une famille professionnelle en très forte croissance

  • Les activités et leurs évolutions

    Ces professionnels réalisent différentes activités, centrées sur les personnes prises en charge et le leur lieu de vie. Afin d’assurer leur bien-être, ils entretiennent leur cadre de vie et les accompagnent dans la réalisation d’activités au quotidien.

    Une évolution axée sur le social et le « care »
    Positionnement des métiers
    Source : Pôle emploi, répertoire ROME​

    Les professionnels de cette famille sont rattachés aux deux activités du ROME « assistance auprès d’adultes » et « intervention sociale et familiale », centrées sur l’accompagnement d’un public fragile ou dépendant (personnes âgées, personnes handicapées). Cet accompagnement a pour objectif de favoriser le maintien dans le lieu de vie par une assistance sur le volet social (échange, stimulation…) et par le confort de la personne (hygiène corporelle, entretien du lieu de vie…).
    Les frontières entre les métiers de ces deux ROME et d’autres sont parfois fines voire poreuses. Ainsi, les professionnels de la famille des « Aides à domicile, aides ménagères » peuvent également exercer de « l’accompagnement médicosocial » ou des « soins d’hygiène, de confort du patient ». Ces deux dernières activités peuvent a minima être considérées comme des spécialisations possibles, sinon comme des évolutions. En effet, elles nécessitent la possession des diplômes d’Etat d’aide-soignant ou d’aide médico-psychologique plus valorisés que les diplômes menant à la famille professionnelle des « Aides à domicile, aides ménagères » (bien que de même niveau).
    Ces professionnels peuvent également réaliser des activités similaires dans des établissements hospitaliers.
    D’autres évolutions sont possibles, même si elles se réalisent sur le temps long. Un aide à domicile peut ainsi se diriger vers « l’action sociale » et devenir technicien de l’intervention sociale et familiale ou, à termes, assistant de service social, via l’obtention des diplômes d’Etat rattachés à ces métiers. Une autre évolution davantage portée sur le management permettrait d’accéder au « management de structure de santé, sociale ou pénitentiaire » en tant que responsable de secteur. Ces évolutions sont cependant limitées par l’écart de qualifications entre ces différentes fonctions et la proportion restreinte d’encadrants dans ces activités.

    Des activités diverses centrées sur la personne accompagnée et son lieu de vie

    L’entretien du cadre de vie et l’accompagnement social de la personne se recoupent bien souvent et l’aide à domicile travaillant auprès d’une personne en perte d’autonomie aura un large éventail d’activités à réaliser :

    • Assurer l’entretien de l’intérieur de l’habitat
    • Faire les courses, les repas et éventuellement aider à l’alimentation
    • Assurer une aide à l’hygiène et au confort de la personne accompagnée en cas de qualification adéquate
    • Aider la personne physiquement (lever, coucher, marche) à la même condition
    • Soutenir et stimuler la personne socialement et intellectuellement
    • Apporter une aide administrative et organisationnelle
    Des tâches plus complexes, des technologies à intégrer

    Les mutations actuelles et futures peuvent conduire ces professionnels à réaliser de nouvelles tâches en raison de besoins nouveaux (évolutions technologiques) ou de manque d’effectif sur des activités liées (transition démographique) :

    • Accroître l’aide aux démarches administratives et organisationnelles, notamment sous forme numérique
    • Réaliser des tâches d’hygiène plus complexes voire de soins en cas d’absence de l’équipe paramédicale
    • Assister la personne dans l’usage d’éventuelles solutions techniques (rideaux automatiques, lavabo réglable) ou domotiques (activation d’alarme en cas de sortie, suivi hydrique)
    • Assurer le suivi de la personne en coordination avec les différents intervenants et proches

    La réalisation de soins et de la toilette (à différencier de l’aide à la toilette) ne sont théoriquement pas du ressort des aides à domicile, même de ceux diplômés. Cependant, les difficultés de recrutement sur des métiers (aide-soignant notamment) et dans des secteurs en tension contribuent à un « glissement des tâches » les faisant réaliser quelques actes normalement réservés aux aides-soignants.
    Les activités incluant l’usage des technologies et du numérique sont amenées à se développer. Sans devenir prépondérantes, elles vont cependant nécessiter un premier niveau de maîtrise dans ces domaines (utiliser une tablette, communiquer avec d’autres professionnels, aider la personne à utiliser des technologies…). 

  • Les secteurs concernés

    Une très forte concentration des professionnels dans le médico-social
    Top 5 des secteurs d’activités employeurs
    Sources : ACOSS, Centre d’analyse stratégique. Traitement Défi métiers

    Le secteur de « l’hébergement médico-social et social et action sociale sans hébergement » (qui englobe notamment l’aide à domicile et les Ehpad) regroupe près des ¾ des professionnels de cette famille malgré une proportion légèrement moindre qu’au niveau national. Si 90% des effectifs sont répartis au sein de cinq secteurs d’activité, cette famille professionnelle est également présente dans d’autres domaines (activités pour la santé humaine, hébergement et restauration…). Elle devrait bénéficier des fortes dynamiques du médico-social, des activités des ménages employeurs et du service à la personne (inclus dans les « autres activités de service »), qui concentrent actuellement plus de 80% de ses effectifs.

  • Les marchés du travail

    Caractéristiques des actifs en emploi

    Des effectifs quasi-exclusivement féminins, plus âgés que la moyenne régionale
    60 131
    Actifs en
    Ile-de-France

    Répartition Homme/Femme (en %)

    Répartition H/F
    INSEE RP 2018

    Répartition des âges (en %)

    Répartition par âge
    INSEE RP 2018

    On retrouve 60 000 aides à domicile et aides ménagères en Ile-de-France. Cette famille professionnelle y est sous-représentée, puisque la région n'en concentre que 12%,  contre 20% de l’ensemble des actifs. La répartition des besoins en professionnels sur l’ensemble du territoire national, mais également la relative jeunesse de la région francilienne et son coût du foncier plus élevé expliqueraient cette sous-représentation.
     
    La famille professionnelle est très largement féminine (93%, contre 49% de l’ensemble des actifs occupés) et se caractérise par une part importante de professionnels âgés (40% de 50 ans et plus, alors qu’ils ne sont que 28% de l’ensemble des professionnels) mais également par un manque d’attractivité auprès des moins de 30 ans, près de quatre fois moins nombreux que les « seniors » (11% contre 20% de l’ensemble des actifs occupés). Cela s’explique notamment par un nombre conséquent de professionnels en reconversion après une période de chômage ou d’inactivité (chiffres DREES, enquête école).
     
     

    Un très fort taux de travail à temps partiel, un faible niveau de qualification

    Niveau de diplômes (en %)

    Diplômes
    INSEE RP 2018

    Les moins de 30 ans sont plus diplômés que le reste des professionnels, avec 19 points de moins d’actifs ne possédant pas de diplôme ou un diplôme de niveau 3 et moins (inférieur au CAP). Cette hausse est principalement visible sur le niveau bac (+12 points). Elle pourrait provenir notamment de l’essor de diplômes récents comme le bac professionnel « accompagnement, soins et services à la personne » (ASSP), créé en 2011 et qui comptait 3 300 inscrits en seconde en 2018 (source : MENESR-DGESIP-DGRI / SIES). La professionnalisation à l’œuvre dans les secteurs employeurs (notamment le secteur médico-social et celui des particuliers-employeurs) explique également ces écarts sur les niveaux CAP-BEP et BAC.
    La part des aides à domicile et aides ménagères travaillant à temps partiel est trois fois plus élevée que celle du reste des professionnels franciliens, du fait de la nature des activités et des secteurs (notamment celui des particuliers employeurs). Ce très fort taux est cependant inférieur à celui au niveau national (de 15 points). Cette différence peut provenir d’une demande de main-d’œuvre plus importante en Ile-de-France qu’ailleurs. D’autre part, la mobilité entre plusieurs employeurs/personnes prises en charge est facilitée par le réseau de transport existant et la très forte densité de population (la plus importante de France). Ces professionnels étant dans la majorité des cas amenés à travailler auprès de plusieurs personnes dans une même journée, ces deux facteurs limitent (relativement) le temps partiel. Avec 82% d’actifs occupés en CDI, le taux de CDI est inférieur à celui des salariés franciliens (87%), alors que la part des professionnels en CDD est presque deux fois plus élevée (15% contre 8%).

    Une surreprésentation des actifs résidant en Seine-Saint-Denis

    Par rapport à l’ensemble des professionnels franciliens, ceux de cette famille professionnelle résident plus souvent en Seine-Saint-Denis et moins souvent à Paris. Leur salaire mensuel brut moyen (de 1 500€ en début de carrière à 1 800€)[1] pourrait expliquer leur plus faible présence dans les départements aux prix de l’immobilier les plus élevés (Paris et les Hauts-de-Seine dans une moindre mesure). Près des trois quarts des professionnels de la FAP travaillent cependant dans leur département de résidence.


    [1] Informations obtenues via les fiches métiers de la Branche de l’aide à domicile, fiches métiers Fédésap, et les offres d’emploi sur Indeed. Voir également l'Observatoire dynamique des salaires de Défi métiers.

     

    Une part de travailleurs étrangers particulièrement élevée au sein de cette profession, notamment dans la région francilienne

    Plus d’un tiers des aides à domicile sont de nationalité étrangère. Les travailleurs étrangers sont surreprésentés que ce soit par rapport aux autres familles professionnelles en Ile-de-France (2,5 fois plus) ou à ces mêmes professionnels au niveau national (près de 4 fois plus). Cela s’explique par une très forte demande de main-d’œuvre pour laquelle il n’est pas nécessaire d’avoir de certification française (pour la majorité des activités à réaliser) et par un territoire cosmopolite.Des demandeurs d’emploi âgés, et plus diplômés que les actifs occupés

    Conditions d'emploi

    INSEE RP 2018
    45 % 14 %
    INSEE RP 2018

    Caractéristiques des demandeurs d’emploi

    Des demandeurs d’emploi plus âgés et diplômés que les actifs occupés
    16 827
    Demandeurs d'emploi enregistrés dans cette famille professionnelle
    Part des DE inscrits depuis plus d’un an (en%)
    DIRECCTE 2020
    Taux d’écoulement
    50%
    49%
    DIRECCTE 2020

    La grande majorité des demandeurs d’emploi de cette famille professionnelle sont des femmes (96% contre 94% des actifs occupés de la famille professionnelle). Ils sont également plus âgés que la moyenne des demandeurs d’emploi franciliens. En effet, parmi eux, la part des moins de 30 ans est plus faible que parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi franciliens (16% contre 25%) et à l’inverse celle des 50 ans ou plus y est plus élevée (38% contre 27%). Les demandeurs d’emploi liés à la famille professionnelle sont plus souvent diplômés du bac ou du supérieur que les actifs occupés, notamment chez les plus jeunes : 70% des moins de 30 ans sont titulaires au moins du bac contre 43% parmi les actifs occupés de la FAP.  
    La durée moyenne de chômage de cette famille professionnelle est légèrement plus faible que la moyenne régionale (8,7 mois contre 9,1). Si le taux d’écoulement est quasi-identique à la moyenne, il est cependant meilleur parmi les plus de 30 ans (0,59 contre 0,55), l’âge se révélant être moins un facteur discriminant sur ces métiers en tension que sur l’ensemble du marché du travail. Au contraire, il est perçu comme garantissant une expérience et un savoir-être recherchés.

    Les offres d'emploi et projets de recrutement

    Une très forte offre d'emploi sur le métier

    Durée des emplois proposés (en %)

    9 981
    DIRECCTE 2020

    Le nombre d’offres d’emploi était légèrement supérieur à la demande en 2018. Il en résulte un taux de tension positif (1,04, contre 0,8 toutes FAP confondus) qui traduit certaines difficultés de recrutement pour ces professionnels, d’autant que les offres d’emploi ne passent pas toutes par Pôle emploi (presse spécialisée dans le médico-social, bouche à oreille…). Dans l’’enquête BMO, les employeurs anticipent près de 8 de recrutements sur 10 difficiles sur cette FAP en 2019 (contre un sur deux toutes FAP confondues), soit une hausse de près de 20 points par rapport à 2017. Sur la même période, le nombre de projets de recrutement est passé de 8000 à 9000. Le très fort recours au temps partiel vient nuancer ce constat d’offres d’emploi ne pouvant être pourvu par un nombre plus faible de demandes (un demandeur d’emploi pouvant occuper plusieurs emplois à temps partiel). Les offres d’emploi portent sur des durées plus longues que la moyenne, avec une très large majorité d’emplois de 6 mois ou plus et un nombre marginal d’offres de moins d’un mois.Au centre des problématiques des métiers, l’évolution démographique et épidémiologique, et les politiques de prises en charge

  • Les enjeux pour la profession et leurs impacts sur les métiers

    Au centre des problématiques des métiers, l’évolution démographique et épidémiologique, et les politiques de prises en charge
    Enjeux par dimension

    Les effectifs de cette famille professionnelle augmentent considérablement ces dernières années, tendance qui devrait se prolonger vues les perspectives d’emploi très favorables dans les activités médico-social et auprès des particuliers employeurs. Leurs activités sont stimulées par le vieillissement de la population et la politique de renforcement du maintien à domicile au détriment de l’hébergement en Ehpad. Le métier d’aide à domicile devrait en effet être celui qui connaîtra la plus forte création d’emplois (en volume et en créations nettes comme totales) au cours des prochaines années[1].
    Ils devront également intégrer les technologies et solutions techniques se développant auprès des personnes fragiles (à domicile comme en institution) dans leurs activités. Bien que ces technologies puissent être un facteur de développement des aptitudes et d’évolution professionnelle, elles peuvent également devenir une barrière à l’emploi pour un public n’ayant pas toujours les connaissances nécessaires à leurs utilisations.
    Les activités de la famille professionnelle sont fortement liées aux politiques publiques, qui financent en grande partie les secteurs (financement des heures d’intervention dans le médico-social, crédits d’impôts pour les particuliers employeurs, employeur public). Les évolutions de ces financements impacteraient l’emploi et les conditions de travail de ces professionnels. En effet, moins de temps financé à consacrer aux personnes accompagnées induirait l’accélération d’une cadence de travail déjà importante, au détriment de la qualité de l’intervention et de la santé du professionnel.  


    [1] FRANCE STRATEGIE, DARES, Les métiers en 2022, Rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications, avril 2015, p.105

     

  • Les formations

    Des voies d’accès variées, une spécialité de formation principale
    Part des actifs de la FAP issue des différentes spécialités de formation
    INSEE EEC 2018

    Au niveau national, 30% des professionnels en emploi depuis moins de 10 ans ont suivi une formation rattachée aux « spécialités plurivalentes sanitaires et sociales » et 15% dans le « travail social ». Ces taux sont inversés au niveau régional. Les autres spécialités sont variées et pas ou peu en lien avec la famille professionnelle (formations généralistes, santé, commerce, comptabilité, secrétariat…).  L’intensité moyenne[1] du lien emploi-formation peut s’expliquer par la non-réglementation des métiers, le faible niveau de qualification demandé et par la prépondérance du savoir-être plutôt que du savoir-faire dans leurs activités. Cependant, un important resserrement de ce lien est à l’œuvre depuis une dizaine d’année[2].


    [1] OMONT Laure (INSEE Ile-de-France), BEN MEZIAN MORAD, GONNARD Sophie (Défi métiers) « En Ile-de-France, un lien plus faible entre la formation suivie et l'emploi exercé pour les jeunes dans les métiers peu qualifiés », INSEE Ile-de-France Analyses, n°49, décembre 2016, p.2

    [2] GONNARD Sophie, MOUSSET Itto, PARDINI Béatrice (sous la direction de) « Dans quels métiers s’insèrent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ? », Rapport d’étude, Défi métiers, septembre 2018, p.10 et 11

     

    Un développement des formations dans une logique de professionnalisation

    Cette famille professionnelle reste accessible sans diplôme (7% des actifs en emploi depuis moins de 10 ans) et permet ainsi une (ré)insertion sur le marché du travail. La hausse des besoins sur des activités réglementées (notamment l’assistance auprès de personnes dépendantes) a cependant entraîné une forte professionnalisation du secteur, avec le développement des VAE et la création de titres et diplômes ad hoc.
    Parmi ces derniers, le diplôme d’Etat d’Accompagnant Educatif et Social option « à domicile » (DE AES, anciennement DE AVS, niveau 3 - CAP), le Titre professionnel Assistant de Vie aux Familles (TP ADVF, niveau 3, créé en 2003) ou encore le Bac pro ASSP (niveau 4, 2011)sont les plus fréquemment rencontrés. La Branche professionnelle des salariés des particuliers employeurs dispose également de certifications de niveau 3 à destination de ces professionnels avec les titres de branche « Employé familial » et « Assistant de vie dépendance » qui vont dans le sens d’une professionnalisation des métiers précédemment évoquée. Cette politique de professionnalisation passe notamment par la formation d’actifs en emploi (d’après les chiffres de la DRJSCS, la moitié des diplômés du DE AVS l’étaient via la VAE avant sa fusion avec le DE AMP).
    Les formations de secourisme (Prévention et Secours Civiques de niveau 1) ou de sécurité alimentaire (HACCP) sont également appréciées et facilitent l’insertion de professionnels non diplômés.

  • Sources bibliographiques et de données

    Bibliographie

    Outil dynamique des bassins, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr 
    Outil dynamique des salaires, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr 
    INSEE, Enquête emploi continue, année médiane 2015   
    INSEE, données du recensement, RP 2016  
    DARES, traitement direccte Ile-de-France  
    DARES, données de prospective par FAP87, 2018-2022  
    Pôle emploi, Crédoc, Enquête Besoin de main d’œuvre, 2019  
    Enquête IVA (Insertion dans la vie active), dispositif national piloté par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, données Ile-de-France via l’enquête réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la région, les trois académies franciliennes, la DRIAAF, la DRONISEP et Défi-métiers. 

     

    Source des données

    Outil dynamique des bassins, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr 
    Outil dynamique des salaires, Défi Métiers, https://www.defi-metiers.fr 
    INSEE, Enquête emploi continue, année médiane 2015   
    INSEE, données du recensement, RP 2016  
    DARES, traitement direccte Ile-de-France  
    DARES, données de prospective par FAP87, 2018-2022  
    Pôle emploi, Crédoc, Enquête Besoin de main d’œuvre, 2019  
    Enquête IVA (Insertion dans la vie active), dispositif national piloté par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, données Ile-de-France via l’enquête réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la région, les trois académies franciliennes, la DRIAAF, la DRONISEP et Défi-métiers.