Les métiers des industries du textile et de l'habillement

Mis à jour le 27 Mars 2017

Les métiers des industries du textile et de l'habillement © Fotolia Héritières d'une longue tradition manufacturière française, les industries du textile et de l'habillement ont dû se réorganiser pour faire face à la concurrence étrangère.

Introduction

En 2013, selon l'Observatoire des métiers mode-textiles-cuir, l'industrie textile française comptait 2 175 entreprises employant environ 61 000 salariés, tandis que l'industrie de l'habillement regroupait 1 150 entreprises et environ 37 500 salariés. Les deux secteurs, composés pour 87 % d'entreprises de moins de 50 salariés, ont dégagé plus de 20 milliards d'euros en 2012 (dont plus de 7,3 milliards réalisés à l'international pour l'habillement).

Considérablement affaiblies par la concurrence internationale, notamment chinoise, les industries françaises du textile et de l'habillement ont perdu une part considérable de leurs effectifs depuis les années 80. Pour assurer leur survie, les deux secteurs se sont réorganisés en délocalisant souvent leurs productions les moins « qualifiées » afin de se concentrer sur des activités à forte valeur ajoutée.

Cette métamorphose a modifié la structure de l'emploi. Selon l'Opcalia textile-mode-cuir (Forthac), les ouvriers ne sont plus que 45 % dans le textile en 2013 (pour 21 % d'employés, 17 % de techniciens et 15 % d'ingénieurs et cadres), et seulement 22 % dans l'habillement (pour 49 % d'employés, 14 % de techniciens et 14 % d'ingénieurs et cadres).

La restructuration du secteur porte ses fruits sur le plan économique. Selon l'institut français de la mode (IFM), en 2013 comme en 2014, les chiffres d'affaires des producteurs français de vêtements "chaîne et trame" et de textile ont progressé.

A noter également : la forte proportion des femmes (49 % dans le textile et 75 % dans l'habillement), alors que celles-ci sont habituellement peu représentées dans l'industrie.

Les entreprises franciliennes surtout implantées dans la Capitale

Comme dans le reste du pays, les industries franciliennes du textile et de l'habillement ont connu de profondes restructurations, perdant plus de 60 % de leurs effectifs entre 1990 et 2009. Selon l'Insee et le Crocis, l'Ile-de-France occupe néanmoins toujours une place prépondérante en hébergeant près d'un établissement sur deux exerçant dans ce secteur. En 2012, 28 100 personnes travaillaient pour un établissement francilien du textile et de l'habillement.

En Ile-de-France, la majorité des effectifs sont employés dans la fabrication de vêtements. Paris, capitale historique de la mode, a longtemps concentré une grande partie des activités dans ce domaine. Cependant, les quartiers historiquement spécialisés dans la confection (Le Sentier et Sedaine-Popincourt), se vident peu à peu de leurs entreprises au profit de la Seine-Saint-Denis (93), notamment les villes d'Aubervilliers (marché du Cifa), de Pantin et de Montreuil.

Les activités concernées

L'industrie textile regroupe les activités de production de fils et tissus destinés à l'habillement, mais également la fabrication d'articles non vestimentaires ou d'articles à mailles (linge de maison, tapis, bas, pulls etc.), ainsi que celle de « textiles techniques » (vêtements de protection, linge médical, housses de sièges de voitures, etc.).

L'industrie de l'habillement regroupe toutes les activités concourant à la transformation des matières premières (tissus, peaux, etc.) en vêtement. Cela recouvre la confection en prêt-à-porter ou sur mesure de tous types d'habits (hommes / femmes / enfants ; de loisir / de travail, etc.) et d'accessoires.

Les opportunités actuelles et à venir

Pour résister à la mondialisation, l’habillement a souvent dû délocaliser sa production bas et moyen de gamme pour ne conserver que le haut de gamme et les activités de conception et de prototypage. Dans le même temps, l'industrie du textile misait sur l'innovation et la réactivité pour se démarquer de ses concurrents.

Dans le secteur de l'habillement, le marché du vêtement professionnel est celui qui affiche l'évolution la plus positive avec un volume des ventes progressant en France de 4 à 6 % par an selon l'Observatoire des métiers mode-textiles-cuir. L'avenir du textile réside de son côté en partie dans la fabrication de fibres techniques, reposant sur des efforts importants en R&D. La France est le deuxième producteur européen de textiles techniques et cette activité affiche une croissance de 4 % par an.

Les entreprises des deux industries sont à la recherche de personnel de plus en plus qualifié et polyvalent. Sur les postes de cadres, les ingénieurs sont en nombre croissant, sur des fonctions de production, mais également de commercialisation, de logistique ou de qualité.

Repères chiffrés

Infographie 1 : Répartition des entreprises des secteurs du textile et de l'habillement en France

Répartition des entreprises des secteurs du textile et de l'habillement en France
Observatoire des métiers mode textiles cuir, 2011 – traitement Défi métiers

Infographie 2 : Répartition du chiffre d'affaires des entreprises de l'habillement

Le secteur habillement en bref, Observatoire mode textiles cuir - traitement Défi métiers

Infographie 3 : Evolution de l'emploi salarié en Ile-de-France de 1990 à 2009

Evolution de l'emploi salarié en Ile-de-France de 1990 à 2009
industrie-iledefrance.org - traitement Défi métiers

Tags : industrie textile | habillement | Ile-de-France | mutations économiques