Les métiers de l’électricité-électronique

Mis à jour le 01 Juin 2016

Les métiers de l’électricité-électronique © Fotolia L'électricité et l'électronique sont des secteurs stratégiques de l’économie française. Ils offrent des opportunités d’emploi en Ile-de-France, sur des métiers de plus en plus qualifiés.

Introduction

Eclairage, électroménager, voiture, téléphonie mobile, etc. : l’électricité et l’électronique accompagnent toutes les activités de la vie quotidienne. En 2015, les industries de ces deux secteurs regroupent près de 3 000 entreprises employant près de 420 000 salariés selon la Fieec (Fédération industries de l’électricité, de l’électronique et de la communication).

La filière de l’électronucléaire, principale productrice d’électricité, génère également 150 000 emplois directs autour de l’exploitation et de la maintenance des 58 réacteurs nucléaires du territoire (Comité stratégique de la filière nucléaire, juin 2012).

A cette branche industrielle s'ajoutent, selon la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), plus de 75 000 artisans travaillant dans l’installation d’équipements électrique et électronique en 2013 pour le secteur du BTP.

Une forte proportion de cadres dans l’industrie francilienne

En Ile-de-France, la désindustrialisation progressive n’a pas épargné l’électricité et l’électronique. L’industrie des deux secteurs a été touchée par de nombreuses restructurations, ainsi que par des délocalisations de sa production et de sa recherche vers l’étranger ou vers d’autres régions. Malgré un recul marqué de son emploi depuis les années 90, l’industrie francilienne des équipements électriques et électroniques représentait encore un effectif de plus de 82 200 salariés en 2013 selon les données de l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale). La région, qui abrite les sièges de grandes entreprises (notamment dans le département des Hauts-de-Seine) et d’importants centres de recherche, offre toujours de nombreuses opportunités pour des postes hautement qualifiés de cadres,  d’ingénieurs et de chercheurs.

Dans le secteur de la construction, les travaux d’installation électrique représentent pour leur part en Ile-de-France un volume de plus de 4 300 établissements et un effectif de près de 35 000 salariés (Données Acoss 2014). Même si de grands groupes sont implantés sur le territoire régional, la majorité des entreprises du secteur sont de très petites structures, souvent sans salariés.

Les activités concernées

Electricité et électronique regroupent des activités se situant à la croisée de nombreux secteurs. Leurs salariés interviennent notamment dans la production et la distribution d’énergie, les industries de l’électricité et de l’électronique (composants et biens d’équipements à destination du grand public ou des professionnels), les entreprises du BTP et les télécommunications. Une part des professionnels de l'électricité-électronique travaille également dans le commerce de gros et de détail, et la réparation et maintenance d’équipements.

Des fiches et des vidéos sur différents métiers de l'électricité et de l'électronique sont consultables sur www.lesmetiers.net, un site animé par Défi métiers.

Les opportunités actuelles et à venir

En France, la fabrication de composants et d’équipements électriques et électroniques a dû affronter une concurrence étrangère, notamment asiatique, croissante. Le pays conserve néanmoins des atouts forts sur le plan technologique grâce à un investissement important dans la recherche et développement (8 % du chiffre d’affaires annuel investi dans la R&D).

Fortement innovantes, les industries électriques et électroniques sont impliquées dans le développement de solutions pour répondre aux grands enjeux actuels : transition énergétique (développement des énergies renouvelables, amélioration des infrastructures électriques, production d’équipements participant à l’efficacité énergétique des bâtiments ou des transports), santé et allongement des durées de vie (équipements de santé, télésanté), sécurité, ou encore objets connectés. Elles participent également au Plan « très haut débit » qui prévoit de déployer la fibre optique sur l’ensemble du territoire à l’horizon 2022.

La réponse à ces défis exige des effectifs renforcés : la filière pourrait créer de 30 000 à 50 000 emplois d’ici à 2020 (dont 20 000 pour le déploiement de la fibre optique). En Ile-de-France plus qu’ailleurs, ces créations sont amenées à bénéficier en priorité aux profils de cadres, ingénieurs et techniciens qualifiés.

Les professionnels de l’électricité et de la maintenance disposent également d’opportunités d’emploi dans le BTP. Après plusieurs années de crise, une reprise des constructions individuelles est attendue pour 2016, ainsi qu’une augmentation des chantiers de rénovation énergétique. L'Ile-de-France affiche en outre un déficit de jeunes formés dans les spécialités de la branche pour faire face aux départs à la retraite.

Pour les électriciens du BTP, la tendance est également à une hausse des qualifications en raison de la complexification des tâches liée aux nouveaux enjeux de la construction de bâtiments, tels que l’efficacité énergétique ou la domotique.

Repères chiffrés

Infographie 1 : Répartition du chiffre d’affaires des industries de l’électricité, de l’électronique et de la communication par secteur en 2012

Répartition du chiffre d’affaires des industries de l’électricité, de l’électronique et de la communication par secteur en 2012
Source : rapport d’activité 2015 de la Fieec - traitement Défi métiers.

Infographie 2 : Equipement électrique et électrodomotique : évolution des effectifs salariés dans les entreprises de moins de 20 salariés

Equipement électrique et électrodomotique : évolution des effectifs salariés dans les entreprises de moins de 20 salariés
Source : les chiffres clés de l’artisanat du Bâtiment 2015, Capeb - traitement Défi métiers

Tags : industrie | bâtiment | électricité | électronique