Les métiers de la propreté

Mis à jour le 16 Octobre 2017

Les métiers de la propreté © Fotolia Les entreprises du secteur de la propreté recrutent. Si les agents sans qualification restent majoritaires, le secteur se professionnalise offrant des opportunités pour les nouveaux diplômés.

Introduction

La Propreté est une activité de service aux entreprises et aux collectivités. Les entreprises de propreté interviennent dans des environnements très diversifiés : bureaux, immeubles d’habitation, commerces, hôpitaux, usines, établissements scolaires, hôtels, etc.

Le secteur de la Propreté emploie en 2015 plus de 485 288 personnes en France. Les femmes représentent 66 % des effectifs.

Selon la Fep, Fédération des entreprises de propreté et services associés, on dénombre en France plus de 45 000 entreprises de propreté. Dans ce secteur, les grandes entreprises de nettoyage côtoient les PME familiales. Le statut d’auto-entrepreneur est également très répandu : en 2015, on dénombre 24 503 auto-entrepreneurs dans le secteur de la propreté.

L’emploi dans le secteur de la propreté a augmenté de plus de 20 % en 10 ans, représentant plus de 87 000 emplois supplémentaires. En revanche, l’effectif salarié tous secteurs confondus peine à retrouver son niveau d’avant-crise.

Un secteur très dynamique en Ile-de-France

Plus d’un tiers des salariés du secteur de la propreté exercent en Ile-de-France. La région francilienne concentre à elle seule 26,5 % des entreprises de la branche et 33,1 % des salariés (Source : chiffres-clés Fep Ile-de-France 2017).

Du fait de la concentration importante de locaux à prendre en charge (bureaux, collectivités, immeubles, etc.) et du très grand nombre de sociétés utilisatrices de services associés, le secteur de la propreté francilien est particulièrement dynamique.

Plus de de 9 salariés franciliens de la Propreté sur 10 sont des ouvriers non qualifiés et plus de la moitié est âgée de plus de 45 ans.

Les activités concernées

Les entreprises de propreté assurent 3 catégories d’activité :

  • le nettoyage classique (nettoyage de bureaux, de commerce, d'immeubles d'habitation) ;
  • le nettoyage spécialisé (nettoyage dans le secteur de la santé, de l'agroalimentaire, de la restauration, du nucléaire) ;
  • Depuis peu, des services associés comme la gestion des stocks ou l’entretien technique du bâtiment et des espaces verts sont proposés en complément.

L’activité de nettoyage de bureaux représente près de 40 % du chiffre d’affaires (CA) du secteur en 2014, selon la Fep. Les activités de nettoyage dans les industries et la santé comptent respectivement pour 13 % et 5 % du CA. Les services associés continuent de se développer. La part des services associés dans le chiffre d’affaires des entreprises a augmenté de 2 points entre 2012 et 2014 pour atteindre 7 %.

Les opportunités actuelles et à venir

Le secteur de la propreté offre de réelles opportunités d'emplois évolutifs à des jeunes, du niveau CAP à bac + 5 : de l'agent qualifié en ultrapropreté au poste de manager chargé du développement commercial. Si, selon l’Insee 90 %, des embauches se font en CDD ou en intérim, le taux de pérennisation des contrats est élevé : 83 % des salariés du secteur de la propreté sont employés en CDI.

Le secteur emploie une majorité de personnes sans qualification, mais tend à se professionnaliser. Il faut noter que l’offre de formation a été multipliée par deux en 10 ans. Depuis 2007, la branche a lancé une dynamique de montée en qualification en créant 8 CQP (Certificats de Qualification Professionnelle) : Agent machiniste classique ; Agent d'entretien et de rénovation en propreté ; Laveur de vitres spécialisé travaux en hauteur ; Chef d’équipe propreté ; Agent de maintenance multi-techniques immobilières ; Chef d'équipe propreté et maintenance multi-techniques immobilières ; Chef de site(s) ; Responsable de secteur.

Ces CQP sont proposés dans plus de 70 organismes de formation agréés en France. Ils représentent 2 000 certifications délivrées annuellement.

Bon à savoir : en Ile-de-France, l’Inhni (à Villejuif) propose l’ensemble des CQP du secteur de la propreté.

En parallèle, en 2016, plus de 5 000 jeunes suivaient une formation initiale (sous voie scolaire ou en alternance) dans le secteur de la propreté. Toutefois, en dépit des débouchés qu'il offre, le secteur de la Propreté attire encore peu les jeunes. Les entreprises rencontrent des difficultés à recruter, notamment pour les postes à responsabilité.

Repères chiffrés

Infographie 1 : Evolution du nombre d'établissements et de salariés dans le secteur de la Propreté en Ile-de-France

Nombre d'établissements et de salariés dans le secteur francilien de la Propreté
Source : chiffres-clés Fep Ile-de-France 2017 (Accos - base 100 en 2010)

Infographie 2 : Nombre d'établissements et de salariés par département en Ile-de-France

Source : chiffres-clés Fep Ile-de-France 2017

Tags : propreté | hygiène | métiers verts | environnement | emplois non qualifiés