Vers quels métiers les Franciliens sortant de la voie professionnelle s’orientent-ils ?

Par : Sophie Gonnard et Itto Mousset, sous la direction de Béatrice Pardini (Défi métiers) - Septembre 2018

Vers quels métiers s’orientent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ? © Fotolia L’analyse de Défi métiers porte sur les premiers pas dans la vie active des lycéens sortants de la voie professionnelle. Elle apporte un éclairage sur la diversité du lien entre formation et emploi selon le niveau et la spécialité de formation.

Cette étude s’appuie sur les enquêtes IVA (Insertion dans la Vie Active) 2015 et 2016 qui permettent de connaître la situation des jeunes 7 mois après leur sortie de formation. Non seulement elle renseigne sur les métiers et les emplois occupés par les sortants mais elle éclaire aussi certaines pratiques des employeurs qui, selon les métiers, recourent à des jeunes d’horizons de formations plus ou moins variés. Elle fournit ainsi aux acteurs de l’emploi, de la formation et de l’orientation des éléments d’aide à la décision.

Selon les formations, les métiers exercés par les sortants de la voie professionnelle sont plus ou moins diversifiés et en rapport avec la formation suivie. La spécialité Santé est celle pour laquelle le lien emploi – formation est le plus étroit. Les formations de cette spécialité mènent à quelques métiers bien identifiés dont l’accès est règlementé. Pour d’autres, au contraire, les métiers d’insertion sont nombreux et ne correspondent pas toujours aux métiers visés par la formation. C’est particulièrement le cas pour l‘Electricité, électronique, spécialité de formation la plus suivie dans le domaine de la production. Ainsi, augmenter le nombre de formés dans cette spécialité ne conduirait pas nécessairement à accroître le nombre de jeunes électriciens.

Une poignée de métiers jouent un rôle clé dans l’accès à l’emploi en accueillant près de quatre jeunes sortants sur dix. Ce sont des métiers pour lesquels les employeurs recourent aisément à la main d’œuvre juvénile : vendeurs, serveurs, caissiers, professionnels de l’animation socioculturelle et surveillants.

L’étude révèle également des conditions d’emploi très variables selon les formations avec davantage d’emplois en intérim pour les sortants des formations de l’industrie et de Transport-manutention-magasinage et davantage de temps partiel pour les sortants des formations des services.

 

Dans quels métiers s’insèrent les sortants de la voie professionnelle en Ile-de-France ?

Tags : insertion | formation professionnelle | IVA | jeunes | RCO