Emploi d'avenir

Mis à jour le 05 Avril 2017

Emploi d'avenir © Fotolia Créé en 2012, l’Emploi d’avenir constitue une seconde chance pour le jeune peu ou pas qualifié. En 2015, 6 600 jeunes sont entrés en Emploi d’avenir auprès d’employeurs franciliens.

Objectifs

Les Emplois d'avenir sont destinés à aider des jeunes très éloignés de l'emploi, en raison de leur faible niveau de qualification ou de leur origine géographique, à accéder à une insertion professionnelle durable.

Bénéficiaires

Le bénéficiaire doit être âgé de 16 à 25 ans (moins de 30 ans s’il est travailleur handicapé), sans emploi, et remplir l'une des conditions suivantes :

  • ne détenir aucun diplôme de formation initiale ;
  • être titulaire d'un CAP/ BEP et avoir été en recherche d'emploi au moins 6 mois durant les 12 derniers mois.

L'accent est mis sur les zones où les jeunes sont plus nombreux à rencontrer des difficultés d’insertion : Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), Zones de revitalisation rurale (ZRR), départements et collectivités d’outre-mer (DOM), Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon.

Employeurs

Le dispositif s'adresse en priorité au secteur non-marchand. Les principaux employeurs concernés sont les associations, les organismes à but non lucratif, les établissements publics, les collectivités territoriales. Toutefois, d’autres employeurs, à l'exception de l'État et des employeurs particuliers, peuvent proposer des Emplois d'avenir.

A noter, si l'employeur est public, l'Emploi d'avenir est nécessairement conclu pour une durée déterminée.

Modalités d'inscription

Les Missions locales (Cap emploi pour les travailleurs handicapés) sont en charge de la mise en œuvre des Emplois d'avenir. Elles renseignent et mettent en relation les jeunes à la recherche d'un emploi et les employeurs souhaitant recruter un Emploi d'avenir, en veillant à l'adéquation des profils des candidats et des postes proposés. Pôle emploi peut aussi intervenir dans cette mise en œuvre.
 
Avant la signature du contrat de travail, l'employeur formalise dans une convention les actions d'accompagnement (tutorat) et de formation prévues dans le cadre de l'Emploi d'avenir et les modalités du suivi personnalisé. Cette convention est signée par le candidat, l'employeur et le référent de la Mission locale ou du Cap emploi.

Contenu du dispositif

L'Emploi d'avenir est conclu, pour une durée indéterminée (CDI) ou pour une déterminée (CDD), sous la forme d'un contrat unique d'insertion - Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CUI-CAE) dans le secteur non-marchand, ou d'un Contrat unique d'insertion-contrat initiative emploi (CUI-CIE) dans le secteur marchand.
 
Le jeune est suivi par un référent de la Mission locale (ou du Cap emploi) et accompagné par un tuteur volontaire de la structure qui l'emploie. Les trois parties se rencontrent régulièrement pour faire le point sur son intégration.
 
Des actions de formation sont mises en place par l’employeur, organisées en priorité durant le temps de travail. Elles sont reconnues au terme de l'Emploi d'avenir par :

  • une attestation de formation ou d'expérience professionnelle ;
  • une Validation des acquis de l'expérience (VAE) ;
  • un diplôme ou une certification inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Durée du dispositif

L'Emploi d'avenir est un poste à temps plein de 35 heures ou, au minimum un mi-temps (17h30) lorsque la situation le justifie.
 
L'aide relative à l'Emploi d'avenir est accordée à l’employeur pour une durée allant de un à trois ans. Afin de permettre au bénéficiaire d'achever une action de formation professionnelle, elle peut être prolongée à titre dérogatoire au-delà de la durée maximale de trois ans et jusqu'à cinq ans au maximum.

Rémunération et accompagnement social

Le titulaire d’un Emploi d’avenir est un salarié à part entière. A ce titre, il bénéficie de toutes les dispositions légales et conventionnelles attachées à ce statut. Il perçoit un salaire au moins égal au montant horaire du Smic.
Le salarié est rattaché au régime général de la Sécurité sociale ainsi qu’au régime de retraite complémentaire.

Financement

Etat

Le montant de l'aide versée mensuellement à l'employeur pour chaque Emploi d'avenir est de :

  • 75 % du Smic brut pour les employeurs du secteur non-marchand, public ou associatif qui bénéficient en outre de l'exonération de certaines taxes et cotisations sociales;
  • 47 % du Smic brut pour les entreprises d'insertion par l’activité économique ;
  • 35 % du Smic brut pour les employeurs du secteur marchand, industriel ou commercial.

Tags : jeunes | qualification | emploi | contrat aidé