Vers une nouvelle architecture des diplômes du travail social ?

12 Janvier 2015

Vers une nouvelle architecture des diplômes du travail social ? © Fotolia Dans le cadre des Etats généraux du travail social, un groupe de travail a émis des propositions de cadrage pour une nouvelle architecture des diplômes de travail social.

Dans le cadre des Etats généraux du travail social, un groupe de travail a été mandaté en janvier 2014 par la Commission professionnelle consultative (CPC) du travail social pour que soient proposés des scénarios d’évolution de l’architecture des diplômes de travail social relevant du code de l’action sociale et des familles (14 diplômes). Le rapport remis par ce groupe de travail a été validé par la CPC.
 
Ce document, présenté comme un « rapport d’orientation », comporte trois lignes directrices :

  • une proposition complète de qualification articulée au Cadre européen des certifications (CEC), au répertoire national des certifications professionnelles et aux grades universitaires ;
  • un diplôme par niveau de qualification « renforçant l’identité du travail social par la notion de socle commun de compétences, articulé avec des spécialités et des parcours optionnels ;
  • « une visée constante de professionnalisation construite sur le principe de l’alternance intégrative ».

Ainsi, le groupe de travail recommande de sortir de la logique d’un diplôme pour un métier et un emploi, afin de développer, reconnaître et promouvoir la qualification en travail social.
 
Le rapport souligne, parallèlement, une « forte convergence des différents acteurs sur les finalités du travail social et de l’intervention sociale», ainsi que la « nécessité de reconnaître l’existence d’une culture commune propre aux travailleurs sociaux ». La qualification doit, par conséquent, ouvrir sur « l’identité professionnelle » mais également permettre « une meilleure intégration aux différents niveaux du CEC et au cadre du LMD ».
 
L’offre diplômante doit être aussi accessible pour tous à chacun des niveaux de qualification, et être adaptée aux enjeux de la formation tout au long de la vie afin de faciliter l’évolution des compétences et progressions professionnelles.
 
Quant à la proposition d’un diplôme par niveau de qualification, l’identification d’un socle commun de compétences favoriserait la « reconnaissance du travail social comme champ disciplinaire ». En complément du socle commun de compétences, la formation s’organiserait autour de deux spécialités : accompagnement social et accompagnement éducatif.
 
Enfin, « le parcours optionnel » viserait à donner une tonalité particulière ou une expertise plus affirmée à certaines compétences en les précisant, les approfondissant, les complétant ou les élargissant dans le but de faciliter la première insertion dans l’emploi.
 
Ces propositions devront être approfondies et mises à l’épreuve de l’opérationnalité, notamment dans le cadre des travaux de la CPC.
 
Télécharger le rapport
 
Dominique Ryan

Tags : Travail social | métiers | diplômes