Universités : quelle contribution à la formation continue ?

11 Octobre 2016

Universités : quelle contribution à la formation continue ? © Fotolia A l'occasion de la conférence de rentrée étudiante 2016, Alain Gonzalez, le président du réseau FCU, a précisé les évolutions nécessaires pour que l'université puisse répondre aux enjeux de la formation tout au long de la vie.

La conférence de rentrée étudiante 2016, qui s'est tenue le 20 septembre, a été l'occasion pour Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur, de souligner l'importance pour les établissements de s'inscrire dans la préparation de l'avenir. A côté des efforts réalisés pour la formation initiale, de nombreux chantiers se profilent : regroupements d'universités, investissements d'avenir, place du numérique.

L'innovation pédagogique en soutien à la diversification des cursus universitaires, notamment l'offre de formation professionnelle, est particulièrement attendue par les universités.

70 millions d'heures pédagogiques

Une note d'information de la Direction de l'évaluation et de la prospective et de la performance (Depp), publiée en octobre 2015, précisait les spécificités de la formation continue universitaire.

Au niveau national, la formation continue portée par les universités, les écoles et le Cnam, représente 427 millions d'euros, concerne 477 000 stagiaires, et est dispensée au travers de 70 millions d'heures pédagogiques.

Plus de la moitié des stagiaires inscrits préparent un diplôme national ou universitaire. La durée moyenne de stage est de 105 heures.

Les seules universités représentent 64 % du chiffre d'affaires national, 76 % du nombre de stagiaires et 54 % de l'ensemble des heures.

La contribution des entreprises y est plus forte (51 %) que pour les écoles et le Cnam. Le public est composé de salariés (35%), demandeurs d'emploi (12 %) particuliers (45%) et actifs non salariés (8%).

Les 17 universités franciliennes contribuent, elles, à hauteur de 23 % du chiffre d'affaires national, forment 25 % des stagiaires et assurent 22 % des heures pédagogiques.

Prendre en compte le besoin des entreprises

Interrogé par l'Université ouverte des compétences (UODC), Alain Gonzalez, président du réseau Formation continue universitaire (FCU) et directeur de Formation continue à l'Université Pierre et Marie Curie, dessine le chemin à parcourir par les services de formation continue des universités, dans leur rôle de passeurs, pour accompagner les transitions professionnelles, les évolutions de la formation (blocs de compétences, place du numérique, etc.) et redonner leur place aux parcours individualisés.

Il préconise de prendre en compte également les besoins des entreprises (temps de formation, ingénierie de réponses aux besoins économiques, etc.) pour construire une offre adaptée.

Ces améliorations pourraient permettre, à terme, de faire évoluer le poids de la formation continue, encore bien marginal dans le budget total des universités(2 %), pour le porter à 5 %.

Pour aller plus loin :

Note d'information n°36 de la Depp

Interview d'Alain Gonzalez

Christine Barret-Labre

Tags : formation continue | université | innovation