Une POEC pour les migrants issus des campements illicites d’Ile-de-France

04 Juillet 2018

Une POEC pour les migrants issus des campements illicites d’Ile-de-France © Fotolia Uniformation a mis en place des parcours de Préparation opérationnelle à l'emploi collective (POEC) pour des migrants intra-européens issus des campements illicites d’Ile-de-France.

Initié par Jérôme Normand, sous-préfet en charge des campements illicites en Ile-de-France, ce projet a été soutenu et financé par Uniformation, le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), Pôle emploi et la Mairie de Paris.

Quatre sessions de formation de Préparation opérationnelle à l’emploi collective (POEC) ont été ouvertes, avec le soutien d’un réseau d’associations (Les Enfants du Canal, ACINA, la plateforme AIOS, Habitats solidaires, Emmaüs solidarité, D’ici et d’ailleurs, Intermèdes Robinson, La rose des vents, Secours catholique, etc.) qui ont accompagné, repéré et suivi les bénéficiaires. Grâce à ce réseau associatif, 160 candidatures de personnes volontaires ont été recueillies dont 51 ont été retenues pour participer au programme.

Selon l’une des formatrices pré-professionnalisation, pré-insertion à l’Afpa : « la motivation [des bénéficiaires] est là pour faire honneur à cette action (...). Ils sont très contents et très heureux de partir en stage tout en ayant acquis de très bonnes bases en français, chose qui les motive à ne pas avoir peur de communiquer avec l’autre (…) ».

Déroulement de la POEC

Les quatre sessions de formation de quinze personnes ont été proposées entre octobre/novembre 2017 et décembre/janvier 2018, dans les centres de formation Afpa et Astrolabe. Les bénéficiaires devaient inscrits à Pôle emploi et posséder au minimum le niveau A1. Ils étaient par ailleurs accompagnés par la plateforme régionale AIOS (Accueil, information, orientation et suivi) et d’autres associations d’aide et d’orientation.

La formation comprenait 323 heures de cours de français langue étrangère, des modules de réflexion sur le projet professionnel des bénéficiaires, des temps d’échanges et de rencontres avec des Structures d'insertion par l'activité économique (SIAE). Une période de 70 heures de stage dans l’une de ces SIAE était aussi prévue pour valider ou non leur projet et leur faire découvrir un nouveau milieu professionnel. Chaque SIAE adhérentes à Uniformation a accepté, sur la base du volontariat, de prendre en stage une voire plusieurs personnes. L'objectif était non seulement d'aider les bénéficiaires à prétendre à un emploi en SIAE mais aussi de leur offrir un accompagnement socio-professionnel pour lever les freins à l’emploi et faciliter leur insertion.

Emmanuelle Vignerot

Tags : migrants | apprentissage du français | SIAE | insertion socio-professionnelle