Une évaluation du Service militaire volontaire vient de paraître

21 Novembre 2017

© Service militaire volontaire Cette étude a été demandée par Monsieur Thierry Tuot, membre du Conseil d’Etat, afin de mesurer l’efficacité du dispositif Service militaire volontaire (SMV) encore en expérimentation.

Cette étude présente les résultats d’une évaluation d’impact du Service militaire volontaire. L’évaluation porte sur la deuxième année de mise en œuvre du SMV avec un suivi de près de 500 jeunes incorporés. Elle consiste à comparer ces jeunes incorporés avec des jeunes volontaires non incorporés, interrogés à l’entrée puis six mois plus tard.

L’expérimentation du Service militaire volontaire a été lancée en 2015 par l’Armée de Terre. L’objectif est de tenter d’apporter une réponse globale aux problèmes d’insertion des jeunes, en fédérant tous les acteurs publics et privés en complémentarité avec l’ensemble des dispositifs existants, notamment la Garantie Jeune ou l’Epide. Ciblé sur des jeunes identifiés comme décrocheurs, qui ne sont ni en formation initiale, ni en formation professionnelle, ni en emploi, le SMV s’inscrit dans la responsabilité sociale des armées et est conforme à une logique de sécurité intérieure.

Au sein des dispositifs intensifs ciblés sur les jeunes décrocheurs, le Service militaire volontaire occupe une position originale. C’est sans doute l’un des programmes d’accompagnement et de formation les plus intensifs. Il combine une remise à niveau scolaire, une formation militaire initiale et un enseignement professionnel ciblé sur un petit nombre de métiers à fort débouchés professionnels locaux. Les jeunes sont hébergés dans un centre militaire et ils reçoivent par ailleurs une rémunération, de 313 € nets par mois.

L’évaluation du programme repose sur l’exploitation d’un dispositif d’enquêtes auprès des jeunes baptisé DESTINIE (pour Dispositif d’enquête de suivi des trajectoires d’insertion, d’inactivité et d’emploi).

Les jeunes issus du SMV affichaient, dans cette première évaluation, une proportion plus forte de sorties volontaires et positives vers l’emploi. Plus de 50 % des jeunes étaient en emploi immédiatement à la sortie du SMV alors qu’au sein de l’ensemble des jeunes en difficulté d’insertion la proportion de ceux qui occupe un emploi, même instable et à temps partiel, n’était que de 14 %.

Parmi les effets significatifs et positifs du SMV, on trouve l’obtention d’un nouveau diplôme au cours des six derniers mois, sachant que le permis de conduire ou la réussite au Caces sont explicitement évoqués comme n’étant pas des diplômes. L’évaluation met aussi en évidence une réduction du nombre de difficultés rencontrées pour trouver un emploi et un effet positif sur l’estime de soi, mesuré à partir du test de Rosenberg. Enfin, un impact positif sur le comportement électoral, sous la forme d’une hausse du taux de participation aux élections, pour les jeunes bénéficiaires du SMV (élections présidentielles et législatives de 2017) a été constaté.

Pour en savoir plus, consulter l’évaluation

Emmanuelle Vignerot

Tags : service militaire volontaire | conseil d'Etat | évaluation