Un plan d’investissement pour former 2 millions de personnes peu qualifiées

03 Octobre 2017

© Christophe Simon (AFP) Le Grand plan d’investissement 2018-2022 présenté fin septembre par le Gouvernement consacre 15 milliards d’euros pour former un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs.

Le Grand plan d’investissement présenté le 25 septembre par le Premier ministre doit répondre à quatre priorités : la transition écologique (budget : 20 milliards d’euros), la compétitivité de l’innovation (13 milliards), la transformation digitale de l’État (9 milliards) et, bien sûr, une société de compétences par la formation professionnelle (15 milliards).

Ce dernier volet, intitulé « Plan d’investissement compétences » (PIC), aura pour objectif de former deux millions de demandeurs d’emploi et de jeunes peu qualifiés et éloignés du marché du travail dans les cinq ans à venir. Il sera porté par le ministère du Travail, en coopération avec les Régions.

« Le Grand plan d’investissement est une composante essentielle de la transformation du pays que nous voulons mener. Le Gouvernement s'engage dans un Plan d'investissement public résolument ambitieux afin d’assurer une croissance durable et inclusive pour accompagner les réformes qui libéreront les initiatives », a déclaré le Premier ministre. Dans ce cadre, un marché public national portant sur 250 000 formations à distance sera lancé, 330 000 jeunes pourront bénéficier d’une préparation aux dispositifs d’apprentissage et d’alternance et la Garantie jeunes sera confortée. Pensé par l’économiste Jean Pisani-Ferry, ce plan quinquennal vise à accompagner les futures réformes de la formation et de l’assurance chômage avec pour objectif 300 000 chômeurs de moins.

Aujourd’hui, le taux de chômage des Français sans diplôme est de 18 %, contre 6 % pour les Français ayant un diplôme Bac + 2 et équivalent. Le PIC veut ainsi s’attaquer au chômage de masse.

Afin de proposer des formations de qualité et d’atteindre des taux de retour à l’emploi élevés, trois conditions devront être remplies : la priorité à des formations longues et qualifiantes, susceptibles d’améliorer durablement l’accès des bénéficiaires à l’emploi ; un accompagnement individualisé des personnes admises en formation, en amont et en aval de la formation elle-même ; une transformation du système de formation professionnelle.

Quelques exemples des mesures :

  • rendre l’apprentissage plus attractif pour les entreprises et pour les jeunes, en préparant la transition du système scolaire vers le monde du travail par une meilleure information des jeunes, une meilleure réactivité et une co-construction de l’offre de formation en lien avec les besoins des entreprises ;
  • accompagner les personnes les plus fragiles pendant leur formation afin de prévenir les décrochages, d’anticiper la recherche d’emploi post-formation en capitalisant sur les acquis et, le cas échéant, d’effectuer un travail de médiation entre le formateur et le formé ;
  • développer un véritable système d’information de la formation professionnelle, ergonomique et efficace ;
  • développer les formations à distance, etc.

Télécharger le Grand plan d’investissement 2018-2022

Emmanuelle Vignerot

Tags : formation | jeune peu qualifié | demandeur d'emploi | insertion professionnelle | FOAD