Transition écologique : des emplois sous conditions

11 Juin 2015

Transition écologique : des emplois sous conditions © ARD/Gilles Coulon/Tendance Floue Le Cese prône une stratégie volontariste pour faire de la transition écologique une réelle opportunité pour l'emploi.

Les activités de l'économie verte emploient 5 100 000 personnes, soit 19 % de la population active. Dans un avis adopté le 26 mai, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) invite néanmoins à envisager un champ beaucoup plus large pour étudier les effets de la transition écologique sur l'emploi. Selon le Conseil en effet, les activités, quelles qu'elles soient, sont "toutes directement ou indirectement concernées par les mesures visant à changer en profondeur les façons de produire et de consommer".

Au delà du nombre d'emploi créés, le Cese souligne l'importance d'une approche qualitative des créations et transformations d'emplois induits par la transition écologique. Alors que ce processus n'en est encore qu'à ses débuts, et demeure donc difficile à évaluer, le Conseil préconise un "accompagnement social" de la transition écologique, reposant notamment sur la mobilisation de l'appareil de formation initiale et continue.

Nécessité d'une volonté politique de long terme

Les autorités publiques et les acteurs économiques et sociaux doivent tous ensemble s'impliquer dans l'anticipation des effets de la transition écologique sur l'emploi, avertit le Cese. Néanmoins, alors que cette transition vise des objectifs de long terme, il insiste également sur la condition de disposer de la part de l'Etat  d'une "volonté politique de long terme affirmée" et d'une "vision stratégique affirmée et constante".

Aujourd'hui, la politique menée dans le domaine de l'amélioration énergétique du bâtiment, avec la participation active de la profession, est celle "qui répond le mieux à cet impératif", analyse l'avis du Conseil.

La GPEC doit mieux intégrer l'objectif de transition écologique

Le Cese émet enfin une série de recommandations pour mieux accompagner les impacts de la transition écologique sur l'emploi. Dans son avis, le Conseil préconise ainsi que les grandes entreprises intègrent mieux l'objectif de transition écologique au sein de leur Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) et de leurs Plans de formation. Pour les petites et les moyennes entreprises, les branches professionnelles doivent renforcer leur rôle d'aide à la GPEC, estime le Cese.

L'avis fait également des propositions pour améliorer l'évaluation des emplois dans la transition écologique (création d'indicateurs "environnementaux" complétant les indicateurs de productivité du travail, prise en compte de la transition écologique dans les études prospectives des différents secteurs d'activité, etc.), ainsi que pour favoriser la concertation avec la société civile.

Consulter l'avis du Cese et sa synthèse.

Raphaëlle Pienne

 

Tags : transition écologique | mutations économiques