Stéphane Lardy est confirmé à la direction générale de France Compétences

01 Mars 2019

© Adobe Stock Stéphane Lardy prend ses fonctions de directeur général de France Compétences, ce vendredi 1er mars. Sa nomination a été officialisée par un décret du président de la République, publié au Journal officiel du 28 février.

Précédemment directeur adjoint du cabinet de la ministre du Travail, Stéphane Lardy a conduit la mission de préfiguration de France Compétences d’octobre à décembre 2018. Depuis la création de la nouvelle instance nationale de régulation, le 1er janvier 2019, il en assurait la direction générale par intérim. Sa candidature a reçu un avis favorable lors du premier conseil d’administration de France Compétences, qui s’est déroulé le 17 janvier.

Exécution des orientations stratégiques

À la tête de France Compétences, Stéphane Lardy est chargé d’exécuter la convention triennale d’objectifs et de performance qui doit être conclue avec l’Etat et de mettre en musique les orientations stratégiques fixées par la gouvernance quadripartite de l’établissement. Dans le cadre de ses fonctions, il a aussi pour mission de préparer et d’exécuter le budget de l’établissement et d’assurer la gestion du personnel. Le directeur général de France Compétences doit par ailleurs rendre compte de sa gestion auprès du conseil d’administration et du ministre chargé de la Formation professionnelle, ainsi que devant le Parlement.

Depuis sa création, l’établissement qui emploie près de 70 personnes, s’est doté de cinq directions métiers centrées sur ses missions clés : certification professionnelle, régulation, politique de financement, observation et évaluation, territoires et partenariats. Au niveau opérationnel, plusieurs chantiers sont lancés dont certains commencent à se concrétiser. Ainsi, la téléprocédure pour les demandes d’enregistrement des certifications professionnelles et des habilitations aux répertoires nationaux a été lancée début février.

Premières décisions stratégiques

Sur le plan stratégique, la nouvelle instance quadripartite a commencé à prendre des décisions importantes. Le 14 février, les membres du conseil d’administration ont ainsi fixé les taux de répartition des contributions légales des employeurs à la formation professionnelle et à l’alternance qui transiteront par France Compétences au titre de l’année 2019.

La prochaine réunion, le 7 mars, sera entre autres consacrée aux niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage fixés par les branches professionnelles. En cas d’incohérences ou de fortes disparités, la nouvelle instance de régulation sera amenée à recommander des valeurs pivots avec des marges de tolérance, comme l’expliquait Stéphane Lardy, lors de son intervention le 21 février, dans le cadre du cycle « Dessine-moi la réforme ! » organisé par Centre Inffo. Le conseil d’administration qui se réunit tous les mois aura ensuite à travailler sur l’appel d’offres en vue de sélectionner, pour quatre ans, les opérateurs qui délivreront, à partir de 2020, le Conseil en évolution professionnelle (CEP) aux actifs occupés du secteur privé.

Le parcours de Stéphane Lardy

Titulaire d’un doctorat de sociologie et de deux maîtrises en droit social et en sciences politiques, Stéphane Lardy a débuté sa carrière au sein de Force ouvrière. Entre 2007 et 2016, en tant que secrétaire confédéral chargé de l’emploi et de la formation, il a participé en tant que chef de file à plusieurs négociations interprofessionnelles. En 2016, il intègre l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avant de rejoindre, en mai 2017, le cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en tant que directeur adjoint.

Pour en savoir plus, consultez le décret

Estelle Durand (Centre Inffo pour Défi métiers)

Tags : France compétences | nomination | décret | CEP