Soins infirmiers : les diplômés franciliens s'insèrent localement et sans difficulté

12 Mars 2019

Soins infirmiers : les diplômés franciliens s'insèrent localement et sans difficulté © Burst Plus de 5 000 infirmiers diplômés sortent chaque année des centres de formation de la région Ile-de-France. Leur insertion professionnelle, le plus souvent en Ile-de-France, est rapide. Mais certains services sont délaissés.

En charge des formations paramédicales et sociales, la Région a confié à l’ORS Ile-de-France et à l’IAU Ile-de-France la réalisation d’une étude sur les parcours des infirmiers en Ile-de-France depuis leur inscription en Ifsi (Institut de formation en soins infirmiers) jusqu’au déroulement de leur carrière professionnelle.

De ce travail, qui intervient dans un contexte de restructuration de l’offre de formation au sein des 15 Groupements hospitaliers de territoire (GHT), plusieurs enseignements importants ressortent.

Une offre de formation attractive

Avec environ 5 700 étudiants inscrits en première année de formation infirmière en 2015, l’Ile-de-France se distingue des autres régions françaises par un fort déséquilibre entre l’afflux de nouveaux inscrits originaires d’autres régions (plus de 20 %) et un faible taux d’étudiants franciliens partis s’inscrire dans une autre région (4 %).

Des élèves infirmiers sont plus souvent issus de milieux sociaux modestes. Sur 10 étudiants, 6 bénéficient d’une prise en charge financière (aide du Conseil régional en premier lieu, Pôle emploi, etc.).

Des capacités de formation inférieures aux quotas

L’abandon des quotas à l’entrée des Ifsi à partir de 2019 devrait avoir un impact limité dans la mesure où, en Ile-de-France, le niveau des autorisations a toujours été contraint par le nombre de places effectivement disponibles. En 2017 par exemple, on dénombrait 5 947 places autorisées à l’entrée en formation, ce qui ne représentait que 91 % du quota.

Un premier emploi en Ile-de-France

Les jeunes diplômés formés en Ile-de-France s’insèrent rapidement sur le marché du travail, malgré la baisse des tensions sur le marché de l’emploi.

Leur premier emploi se situe le plus souvent en Ile-de-France (86 %), généralement dans un établissement de santé.

Plusieurs spécialités peinent cependant à attirer les jeunes professionnels, en particulier la psychiatrie, les Ehpad et les services d’urgence.

De même, les départements franciliens figurent parmi les moins dotés en infirmiers libéraux, malgré les incitations mises en œuvre dans les zones les plus carencées.

De nouvelles opportunités de carrière

Après les possibilités de spécialisation et l’universitarisation des formations, le cadre juridique nécessaire au déploiement des infirmiers de pratique avancée (IPA) a été mis en place fin 2018.

Cette nouvelle pratique devrait apporter aux infirmiers une nouvelle reconnaissance en termes de statut et de rémunération, permettant ainsi peut-être de relancer les évolutions de carrières « verticales » des infirmiers et de motiver les jeunes à emprunter cette voie. 

Télécharger le rapport « Le parcours des infirmiers en Ile-de-France, de la formation à l'exercice »

Patricia Holl

 

Tags : ifsi | profession infirmière | Ile-de-France