Signature de la première convention d’insertion par le travail Indépendant

19 Juillet 2019

Charles-Edouard Vincent, fondateur de Lulu dans ma rue, Mutiel Pénicaud, et une personnes travaillant pour Lulu dans ma rue. © Minsitère du Travail Le 15 juillet, Michel Cadot, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a signé la première convention établie sur le territoire national avec une Entreprise d’insertion par le travail indépendant (EITI).

La loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a créé les Entreprises d’insertion par le travail indépendant (EITI).

Ce dispositif, mis en œuvre à titre expérimental pour une durée de trois ans, a l’ambition de favoriser une dynamique d’insertion professionnelle via une activité d’entrepreneur individuel pour des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières.

Il s'agit de leur permettre d'exercer une activité professionnelle, tout en bénéficiant d'un service de mise en relation avec des clients et d'un accompagnement réalisé par l’EITI.

Selon le Gouvernement, l’insertion par le travail indépendant serait en effet un outil efficace permettant de valoriser à l’échelle locale les compétences multiples des travailleurs indépendants en leur offrant un cadre et un accompagnement sur mesure.

C’est avec l'entreprise « Lulu dans ma rue » que Michel Cadot, préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris, a choisi de signer, le 15 juillet dernier, en présence de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, la première convention EITI établie sur le territoire national.

Ce conventionnement permettra à la conciergerie de quartier, comme aux autres EITI, de bénéficier d'aides financières, imputées sur les crédits de l'IAE votés en loi de finances. A noter que seuls les contrats conclus avec des personnes agréées par Pôle emploi ouvriront droit à ces aides.

Un rapport d’évaluation sera remis au Parlement au plus tard six mois avant le terme de l’expérimentation. 

Cette évaluation dressera notamment le bilan de l’insertion professionnelle des bénéficiaires de l’expérimentation, de ses effets sur l’ouverture de l’insertion par l’activité économique au travail indépendant et de son efficience. Une analyse coût/ bénéfice permettra également d’apprécier la pertinence d'une généralisation du dispositif.

Patricia Holl

 

Tags : EITI | insertion | IAE | demandeurs d'emploi