Seniors : doper sa recherche d’emploi

26 Juin 2020

© Fotolia Pendant la crise sanitaire, Amélie Favre-Guittet, qui se définit comme une "entremetteuse RH", a peaufiné la digitalisation du programme BoostMeUp, plateforme d’aide à la recherche d’emploi des plus de 45 ans.

En ligne depuis le 18 mai, la plateforme permet aux seniors fragilisés par la crise, déjà écartés du marché du travail, de se préparer activement à la conquête du marché de l’emploi…

Parce que les outils et les techniques de la recherche d’emploi ont changé, parce que les seniors restent deux fois plus longtemps au chômage que les autres, et parce qu’elle croit dur comme fer que l’intergénérationnel est essentiel à la croissance des entreprises, Amélie Favre-Guittet a conçu un parcours accessible partout, grâce à un ordinateur, une tablette, un smartphone. Dix chapitres, découpés en vidéos courtes, abordent le projet professionnel, le marché de l’emploi, la réalité du recrutement, le CV, LinkedIn, la négociation du salaire, etc.

Une communauté en soutien

Entrecoupés de jeux, validant l’acquisition des compétences, et de "bulles de motivation pour que les gens gardent la niaque", le parcours n’est pas que ludique : des "devoirs" sont à faire, une centaine d’outils sont disponibles (fiches à télécharger, infographies, exercices et devoirs, modèles de CV en PPT ou Word, etc.).

Une communauté auto-aidante sur la plateforme Slack est disponible à vie. "Le digital ne fait pas tout, la communauté permet de motiver les troupes et je vois les petits nouveaux, inscrits depuis le 18 mai, qui encouragent les autres", explique la fondatrice. Dans le monde d’avant, les participants au programme présentiel se rencontraient une fois par mois pour des moments conviviaux, aujourd’hui, une carte permet de repérer les participants et laisse ouvert le champ des possibles.

Le parcours est séquencé sur 35 jours, pour un coût de 1 € par jour : "Il faut donner une limite temporelle, pas question de se dire qu’on regardera cette vidéo demain, explique Amélie Favre-Guittet. Il faut se bouger, et accélérer sa recherche d’emploi".

Une très bonne insertion

Fondatrice de TryMeUp, une plateforme de mise en relation de start-up en mal de talents et de seniors expérimentés, Amélie Favre-Guittet échange avec les collectivités locales pour déployer son programme : la Maison de l’emploi des Rives de Seine pourrait proposer le parcours à ses bénéficiaires. Elle rêve de créer "une chaîne de la solidarité" avec d’autres structures, de Pôle emploi à Cojob, une plateforme qui fédère et anime des collectifs de chercheurs d’emploi partout en France.

"La crise sanitaire a laissé sur le carreau des milliers de candidats qui se pensaient à l’abri avec un emploi en CDI et qui, aujourd’hui, ne savent pas comment rebondir", dit Amélie Favre-Guittet. "Nous proposons notre expérience : 25 ans de recrutement et conseil RH, insertion et prospection pour aider les seniors". Le programme en présentiel revendique un taux d’insertion dans l’emploi de 80 %.

Christelle Destombes (Centre Inffo pour Défi métiers)

Tags : seniors | retour à l’emploi | inclusion