Risques de chômage technologique : quels enjeux pour la formation ?

10 Octobre 2017

Risques de chômage technologique : quels enjeux pour la formation ? © Fotolia Une note du Cedefop analyse les enjeux en matière de compétences et de formation induits par la mutation technologique du travail.

« La question d’une société numérique sans emploi sera tranchée par l’intelligence humaine et non par l’intelligence artificielle » : telle est la conclusion d’une Note d’information (« Humains, machines, robots et compétences ») publiée en français le 19 septembre par le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop).

Certains publics sont plus exposés au déficit de compétences numériques

« Une proportion inquiétante de la population active dans l’Union Européenne est exclue de l’économie numérique », constate le Cedefop. Ne pas avoir besoin de compétences en TIC dans son travail concerne ainsi 56 % des employés dans les professions peu qualifiées, 33 % dans l’agriculture et 25 % dans les services et la vente.

Certains groupes, utilisant peu les technologies numériques à leurs postes de travail, sont ainsi plus exposés au risque de déficit de compétences numériques. Les publics davantage exposés à ce risque sont les femmes, les seniors et les personnes les moins éduquées. Mais il concerne aussi les spécialistes, qui occupent des postes exigeant des compétences poussées et qui doivent constamment mettre à jour leurs compétences.

Privilégier l’apprentissage non formel et informel

Les emplois exigeant des compétences poussées en TIC demandent des compétences allant au-delà du numérique (compétences de bases, transversales et comportementales), rappelle également la note du Cedefop. Aussi, des réponses politiques sont-elles demandées pour faire face à la nécessité de la hausse des qualifications des travailleurs induite par la mutation technologique du travail.

Face à cet enjeu, le Cedefop préconise de favoriser l’apprentissage non formel et informel des compétences numériques, notamment en milieu de travail et en particulier au sein des petites entreprises, et de faciliter et généraliser la validation des compétences numériques acquises dans ce contexte.

Le Cedefop estime aussi que « la formation aux compétences numériques, associées aux autres compétences clés, devrait cibler les groupes spécifiques qui se trouvent du mauvais côté de la fracture numérique ». Pour concrétiser ces objectifs, le centre européen appelle à de nouvelles formes de partenariats entre employeurs, partenaires sociaux, établissements éducatifs et pouvoirs publics.

Télécharger la Note d’information du Cedefop.

Raphaëlle Pienne

Tags : compétences | numérique | nouvelles technologies | adaptation