Retours sur des parcours de réussite de jeunes du Prij sortis de l’illettrisme

17 Septembre 2019

© Fotolia Défi métiers, en partenariat avec CDRIML, a mis en place une action de professionnalisation à destination de référents de parcours (conseillers insertion, éducateurs, coachs sportifs, etc.) du Plan régional d’insertion pour la jeunesse (Prij).

Défi métiers s’est emparé de la problématique de la lutte contre l’illettrisme en proposant d’aider les référents du Prij à repérer les jeunes en situation d’illettrisme.

Ainsi, le Carif-oref a organisé une action de professionnalisation sur l'illettrisme, découpée en sessions, dès avril dernier. Financée par la Direccte Ile-de-France, celle-ci était animée avec le Centre de ressources illettrisme et maîtrise de la langue (CDRIML).

Elle visait à :

  • développer, pour les référents parcours, une pratique d’accompagnement des jeunes. Professionnalisés sur la remédiation autour des savoirs de base, ils pourront ainsi mieux remplir leur mission ;
  • améliorer leur connaissance en matière de dispositifs pour une meilleure sécurisation des parcours des bénéficiaires ;
  • mettre en place un suivi personnalisé de l’action en vue de sa généralisation.

Lors des sessions, les référents ont pu être outillés pour identifier les difficultés des jeunes (problèmes d’expression, de compréhension et de mémorisation, stratégies d’évitement et de contournement). Ils se sont familiarisés avec les dispositifs et programmes contribuant à orienter les jeunes repérés en situation d’illettrisme en s'appuyant sur l'offre de formation francilienne et les cartographies de Défi métiers et du Réseau Alpha.

Les participants ont échangé sur leurs expériences et la manière dont ils accompagnent les jeunes vers des parcours de remise à niveau.

A titre d'exemple, la référente de l’association Fidamuris (Melun) a présenté le cas d’un jeune de 18 ans, ayant suivi un parcours "Classe pour l'inclusion scolaire" et qui est aujourd’hui en CAP Peintre-applicateur de revêtements. Avec ses collègues, elle a créé des outils (questionnaire d'évaluation du niveau en écriture, etc.) et mis en place des permanences à des horaires atypiques. La référente estime qu’il est souvent nécessaire de connaître l’environnement social du jeune pour lui garantir une zone de sécurité. Dans le cas présenté, cet environnement était un frein à la progression. Pour 90 % des jeunes suivis, les six premiers mois du parcours sont consacrés à la résolution de problèmes sociaux (logement, addiction, mobilité, santé, etc.). Sans cela, estime la référente, il est impossible de les amener à intégrer un processus d’insertion et donc de suivre, par exemple, une formation aux savoirs de base.

Par ailleurs, la référente a évoqué ce qui a été mis en œuvre pour sécuriser le parcours de ce jeune (obtention du code de la route, mise en relation avec l’Etablissement pour l'insertion dans l'emploi - Epide - pour évaluer son niveau, etc.) et fait part des difficultés rencontrées : absence de visibilité des acteurs du territoire, impossibilité de nouer des partenariats avec les structures locales, etc.

Dans la continuité de cette action de professionnalisation, un suivi personnalisé a été mis en place début septembre. Défi métiers a recueilli les besoins des référents du Prij pour les aider à mener à bien leur mission d’accompagnement des jeunes vers la sortie de l’illettrisme. Lors des évaluations, les référents ont souhaité poursuivre l’action par de l’accompagnement personnalisé, à travers des groupes d’échanges de pratiques ou par un accompagnement individuel.

De la même façon, un appui spécifique à la référente de la mission locale d'Evry a été mis en place par le Carif-Oref francilien afin de l’aider dans la construction d’un parcours de formation pour deux jeunes du Prij confrontés à des difficultés avec les savoirs de base. Ce parcours a vocation à être généralisé.

Faïssa Moustapha

Tags : illettrisme | savoirs de base | PRIJ | cartographie