Réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage : la feuille de route se précise

20 Octobre 2017

Réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage : la feuille de route se précise © Ministère du Travail Le 20 octobre, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a ouvert le bal des rencontres bilatérales entre les responsables des organisations syndicales et patronales et le ministère du Travail.

La première séquence d’entretiens entre le Premier ministre Édouard Philippe, la ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a permis de clarifier la méthode et de préciser le calendrier. La réforme de l’apprentissage fera l’objet d’une concertation présidée par Sylvie Brunet, présidente de la section travail et emploi du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et sera lancée dès la fin du mois d’octobre. La réforme de la formation professionnelle passera, quant à elle, par une négociation nationale interprofessionnelle qui démarrera début novembre.

Concertation sur l’apprentissage

Par un courrier du 10 octobre, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a confié à Sylvie Brunet la mission de présider la concertation qui se déroulera de fin octobre 2017 à fin janvier 2018 et réunira l’ensemble des acteurs de l’apprentissage, notamment les partenaires sociaux et les Régions. Ils travailleront sur les pistes d’amélioration d’un système dont l’efficacité fait consensus mais qui peine à se développer en France. Près de 420 000 jeunes de 16 à 25 ans sont en apprentissage, soit à peine 7 % de cette classe d’âge et deux fois moins qu’en Allemagne.

Les pistes évoquées par le gouvernement visent notamment à simplifier le système à destination des employeurs et à réfléchir sur la répartition des rôles entre l’Éducation nationale et les milieux professionnels. À l’issue de ces concertations, Sylvie Brunet remettra un rapport de synthèse mi-février.

Négociation sur la formation professionnelle

Mardi 17 octobre, Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO annonçait à la suite de sa réunion avec Édouard Philippe et les deux ministres Muriel Pénicaud et Jean-Michel Blanquer que l’exécutif voulait confier aux organisations patronales et syndicales le soin de mener une négociation sur la réforme de la formation professionnelle, levant ainsi les incertitudes sur la méthode.

Les partenaires sociaux recevront début novembre un document d’orientation encadrant ces négociations. Rappelons les trois grands axes privilégiés par le gouvernement : favoriser l’autonomie des individus dans leur formation tout au long de leur carrière, instaurer une plus grande transparence et évaluation de l’offre de formation et développer l’accès à la formation des travailleurs peu qualifiés et des demandeurs d’emploi.

Le gouvernement se fixe comme objectif le dépôt d’un projet de loi mi-avril pour une adoption définitive à l’été 2018.

Catherine Trocquemé (Centre Inffo pour Défi métiers)

 

Tags : apprentissage | réforme