Quel avenir pour les métiers de l’assurance ?

13 Juillet 2017

Quel avenir pour les métiers de l’assurance ? © Fotolia L'Observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance (OEMA) détaille dans son baromètre prospectif les changements à venir pour les différentes familles de métiers entre digitalisation, industrialisation et intelligence artificielle

« La période 2017-2022 devrait être marquée par une accélération et une diffusion de la transformation à l’ensemble des métiers de l’assurance », annonce l’OEMA dans son baromètre prospectif 2017. Avec le développement des assistants virtuels, les premiers pas de l’intelligence artificielle ou les perspectives de la blockchain, les lignes traditionnelles du partage homme/machine commencent à se brouiller », poursuit l’Observatoire.

L’impact du numérique

Si pour l’OMEA, il est difficile d'envisager les conséquences de l'introduction des dernières technologies sur le volume de l'emploi, les contenus des métiers « continueront de muter, avec un phénomène d'accélération ». A tel point que la machine pourrait peu à peu se substituer à l’homme… Le baromètre évoque la solution des assistants virtuels dans le domaine de la relation-client qui « visent à répondre tout le temps et immédiatement au client sans le recours à une intervention humaine ». Dans le domaine des outils de l’intelligence artificielle, il cite les analyseurs déjà testés dans certaines structures et qui « permettent de lire les mails envoyés par les clients, d'en extraire les intentions, d'en mesurer la priorité et de soumettre aux conseillers des projets de réponse pré-formatée ».

Les auteurs du baromètre considèrent que ces transformations, qui « agissent dans le sens d’une rationalisation », permettent également à l’activité de l’assurance de se « déployer sur de nouveaux territoires, en réponse aux attentes et demandes nouvelles émanant de la société. » Ils alertent toutefois sur la réussite de la mutation qui « reposera largement sur les politiques de transition qui seront déployées pour accompagner ses acteurs, dont une frange ne manquera pas d'exprimer une certaine forme de lassitude face à l'ampleur et la multiplication des changements ».

Accompagner les transformations

La révolution digitale devrait par ailleurs complexifier le champs d’intervention des salariés et étendre les territoires de leur responsabilité : « Il est de plus en plus demandé à chaque salarié d'adopter une perspective globale et systémique de l'ensemble de la chaîne d'activités (…). Les compétences techniques et relationnelles sont mises au service d’une intelligence des situations, devenues de plus en plus mouvantes et complexes ».

La formation doit évoluer pour accompagner ces transformations. De nouveaux dispositifs d’apprentissage émergent et mettent l’accent sur « le collectif, la réflexivité et l’exploration de solutions alternatives », à l'image  des « learning expeditions », durant lesquelles des salariés volontaires sont invités à aller voir comment cela se passe dans d’autres entreprises... Ces nouvelles techniques d’apprentissage veulent accompagner « une reconfiguration plus globale du rôle et des responsabilités de tous les acteurs dans l’organisation du travail et le management de l’activité ».

Jonathan Singaye

Tags : Défi métiers | prospective | baromètre prospectif | assurance