Pourquoi les seniors demandent-ils moins à se former que leurs collègues ?

24 Octobre 2019

Pourquoi les seniors demandent-ils moins à se former que leurs collègues ? © Burst Defi métiers est intervenu le 16 octobre dernier lors de l’évènement organisé par l’Apec et intitulé « les seniors ont du talent ». L’occasion de réviser quelques représentations sur leur manque d'intérêt à se former.

Au cours de la  matinée consacrée aux seniors, définis par leur âge de 45 ans et plus, quelques représentations sont passées en revue. Bien que les seniors doivent se maintenir en emploi et que les métiers se transforment de plus en plus vite, ils demandent moins que leurs collègues à se former. Pourtant, « l’ attitude ouverte à l’idée d’apprendre, nommée apprenance, varie non pas en fonction de l’âge mais selon le parcours et le projet de l’individu(1). Une étude avance que l’intérêt déclinant envers la formation professionnelle traduit plutôt un intérêt déclinant au travail(2). Autrement dit, pourquoi aller en formation quand on connaît par cœur son travail, quand on ne rencontre plus de nouvelles situations nécessitant de nouveaux apprentissages et quand on sait apprendre de façon informelle au gré des situations ? 

Reste à considérer qu’aller en formation peut se présenter aussi comme un risque car bien qu’en capacité d'apprendre, on n'apprend pas de la même façon à 50 ans qu’à 20 ans au point parfois d’avoir le sentiment de ne plus être capable d’apprendre. De plus, la fatigue est plus prégnante à un âge avancé, sans compter qu’on peut parfois moins bien entendre ou moins bien voir, ce qui perturbe les apprentissages. Enfin, dépourvus de perspectives professionnelles, les seniors privilégient les apprentissages choisis plutôt que contraints, qu’ils réalisent plutôt en dehors du travail et sans pression extérieure. 

A la réflexion, les seniors pourraient souhaiter aller en formation si d’une part, leur horizon professionnel n’était plus aussi étroit qu’aujourd’hui, et si d’autre part les conditions en formation étaient adaptées(3). C’est ainsi qu’organiser la mobilité professionnelle se présente comme une clé de sécurisation en emploi(4) considérant que les personnes apprennent dans de nouvelles situations. Au final, la question du rapport à la formation des seniors porte sur les conditions en emploi et en formation qu’on leur propose et non pas sur leur soi-disant manque d’appétence à se former, très variable d'une personne à l'autre cependant, car plus l’âge avance, plus un individu se distingue d’un autre du même âge.

Françoise Lemaire


(1) Collette S, Batal C, Carré P, Charbonnier O ( 2009), « L'atout senior: relations intergénérationnelles, performance, formation », Dunod
(2) Lemaire F. ( 2014) « Le rapport à la formation des senior/es en emploi , contribution à la théorie de l'apprenance tout au long de la vie », thèse dirigée par P. Carré
(3) Voir document du Cereq
(4) Comme Béhaghel (cité par Parlier, 2012, p.7) le suggère « c’est peut-être en amont qu’il convient d’agir (avant d’avoir atteint un âge avancé, en promouvant des carrières diversifiées qui habituent les travailleurs à un environnement changeant, et en diffusant des pratiques organisationnelles et technologiques mieux adaptées aux travailleurs âgés »

 

Tags : accès à la formation | seniors | apprentissage