Plan pauvreté : Emmanuel Macron s’engage à quintupler le nombre de Garanties jeunes

14 Septembre 2018

© Fotolia Le président de la République a dévoilé sa stratégie nationale de prévention de lutte contre la pauvreté, jeudi 13 septembre.

Principales mesures : la multiplication par cinq des Garanties jeunes et l’obligation de former jusqu’à 18 ans, dans l’optique de suivre et trouver une solution pour les décrocheurs scolaires.

« Je serai attentif à la situation des jeunes qui ne sont pas épargnés par la pauvreté, 20 % des jeunes sont pauvres, démarrent dans la vie avec des difficultés qui deviennent parfois irrattrapables, parce que 60 000 jeunes chaque année se retrouvent hors de tous les radars, ni à l’école, ni en l’emploi, et deviennent peu à peu des perdus de vue, chaque année, l’équivalent à peu près de Chambéry, au total, près de deux millions de jeunes sont dans notre pays dans cette situation peu ou prou », a expliqué Emmanuel Macron lors de son discours annonçant les dispositions de l’exécutif visant à réduire la pauvreté.

Jusqu’à 18 ans

Le chef de l’Etat a décidé la mise en place d’une obligation de formation jusqu’à 18 ans. « L’objectif est clair : aucun jeune de moins de 18 ans ne pourra se trouver sans solution et devra être, soit scolarisé, soit en formation, soit en emploi ; cette obligation de formation, qui entrera en vigueur à la rentrée 2020, se traduira, d’abord par un repérage massif de ces jeunes, le suivi par l’Education nationale de ceux qu’on appelle les décrocheurs scolaires, qui se fait aujourd’hui au mieux deux fois par an, se fera désormais en continu », a détaillé le président.

Prise de contact systématique avec ces jeunes par les Missions locales qui convoqueront les jeunes concernés ; obligation pour les Missions locales de proposer aux jeunes une solution que nous accompagnerons. Tel est le mode opératoire prévu par l’Elysée.

Deuxième chance

Dans la perspective de rendre crédible cette obligation, le président veut augmenter les propositions de scolarisation. Via notamment les Ecoles de la deuxième chance et en développant des formations dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences. Sans oublier l’apprentissage, au cœur de la loi relative à la liberté de choisir son avenir professionnel, promulguée le 5 septembre.

Garanties jeunes

Axe fort du volet formation de ce plan : l’extension de la Garantie Jeunes [1], qui bénéficiera à 500 000 jeunes, au lieu de 100 000 aujourd’hui.

Départements

Dans le même temps, le gouvernement contractualisera financièrement avec les départements pour qu’ils préparent mieux la sortie de ces jeunes et puissent être aidés à le faire. 50 millions d’euros seront mobilisés à cette fin, « afin que les départements continuent d’accompagner les 3 000 jeunes dont ils ont la charge et qui n’ont pas de solution, en les aidant à trouver une formation, en les accompagnant à la Mission locale, en les aidant à trouver une solution de logement durable, en les conduisant vers les dispositifs que je viens d’évoquer tout à l’heure », a expliqué le chef de l’Etat.

David Garcia (Centre Inffo pour Défi métiers)

Notes

[1] Ce dispositif offre aux 16-25 ans la garantie d’une intégration sociale et professionnelle grâce à un parcours intensif et personnalisé de formation et d’accès à l’emploi.

Tags : garantie jeunes | missions locales | jeunes | formation | école de la 2ème chance