Peut-on découper les diplômes en blocs de compétences ?

11 Mars 2016

Peut-on découper les diplômes en blocs de compétences ? © Fotolia Un rapport de l’Education nationale étudie les opportunités et les modalités de l’intégration de blocs de compétences dans les diplômes professionnels.

Est-il pertinent d’introduire des blocs de compétences dans les diplômes professionnels ? C’est la question sur laquelle se penchent, dans un rapport rendu public le 24 février, les inspections générales de l’éducation nationale (IGEN) et de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).  

Un moyen de fluidifier les parcours professionnels

Structurer les diplômes en blocs de compétences permettrait une mobilisation dans le cadre du Compte personnel de formation (CPF), comme cela a été prévu par la loi du 5 mars 2014, rappellent les rapporteurs. Mais au delà, ceux-ci y voient une opportunité pour renforcer la lisibilité des diplômes et fluidifier les parcours, dans le cadre de la formation continue.

L’introduction de blocs de compétences serait ainsi de nature à faciliter le droit au retour en formation et permettrait de développer les modalités d’accès au diplôme mixant formation initiale, formation continue et Validation des acquis de l’expérience (VAE). Cette approche permettrait également de faciliter la mobilité au sein d’une filière ou entre filières d’un même champ, avec des blocs de compétences communs entre différents diplômes.

Un chantier complexe

Avant d’envisager la restructuration des diplômes de l’Education nationale autour de la notion de blocs de compétences, de nombreux points devront néanmoins être résolus : que contiendront les blocs, comment seront-ils validés, comment assurer leur traçabilité, etc. ?

Pour mener ce chantier, les rapporteurs émettent une série de principes et de préconisations. Ils suggèrent notamment que la culture générale et les situations professionnelles soient étroitement associés aux blocs de compétences (en en faisant éventuellement l’objet d’autres « blocs » spécifiques), ainsi que la possibilité de faire reconnaître la validation d’un bloc par l’obtention d’un Certificat de qualification professionnelle (CQP).

Parmi les autres mesures leur semblant également nécessaires : accompagner les diplômes d’un portefeuille de compétences, mettre en place un système d’information qui permettrait de garantir pour une longue durée les blocs validés et d’assurer leur transférabilité, ou encore réformer la VAE pour l’ouvrir à une logique de blocs.

Consulter le rapport « L’introduction de blocs de compétences dans les diplômes professionnels »

Raphaëlle Pienne

Tags : formation | bloc de compétences