L'Ile-de-France face à d'importantes destructions d'emplois

28 Octobre 2020

L'Ile-de-France face à d'importantes destructions d'emplois © Fotolia Dans la continuité de la fin du premier trimestre 2020, l'activité francilienne a de nouveau été marquée au deuxième trimestre par l’épidémie de Covid-19 et par les contraintes sanitaires qui en ont découlé.

Restée preque à l’arrêt tant que les mesures sanitaires de confinement ont été appliquées, l’économie francilienne a ensuite redémarré mais son rebond est encore partiel aujourd’hui, voire inexistant dans certains secteurs, du fait du manque de visibilité entretenu par l’évolution de l’épidémie de Covid-19.

Ainsi, selon une étude que vient de publier le Crocis, dans l’industrie manufacturière, la fabrication de matériels de transport, notamment, est toujours en grande difficulté ; dans les services marchands, l’hôtellerie-restauration et, plus globalement, le tourisme, affichent des perspectives plus qu’incertaines. Dans le commerce, les soldes d’été ont été décevants. Dans le BTP, les entreprises de travaux publics sont très réservées quant à leur activité des prochains mois. 

L’emploi francilien recule de 2,4% sur un an

L’emploi salarié privé a diminué dans la région de 1,2 % sur un trimestre et de 2,4 % sur un an. Ainsi, après avoir perdu près de 102 000 emplois dès le début de l’année, la région capitale en a vu disparaître 59 190 supplémentaires au cours du printemps. 

Preque tous les secteurs ont été concernés par le repli, mais il est à noter que l’emploi dans la construction est reparti à la hausse par rapport au premier trimestre (+ 0,3 %) et est même resté favorablement orienté sur un an (+ 2,9 %).

Hausse de 19,5% du nombre des demandeurs d’emploi

Déjà reparti à la hausse en mars dernier, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A en Ile-de-France a continué à augmenter au cours du mois suivant ; ainsi, en avril 2020, il s’élevait dans la région à plus de 830 000. La fin du confinement a permis une réduction de ce volume (respectivement - 2,1 % et - 3,1 % sur un mois en mai et en juin) mais, en fin de trimestre, la hausse s’élevait encore à 19,5 % sur un an et le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A dans la région dépassait de plus de 400 000 unités ses points bas d’avant la récession de 2008-2009.

Forte chute de l’emploi intérimaire

L’emploi intérimaire en Ile-de-France subit une brutale chute depuis début 2020. Ainsi, après s’être déjà effondré de 21,2 % sur un mois et de 18,8 % sur un an en mars, il a ensuite chuté de 42,0 % sur un mois et de 54,2 % sur un an en avril ; le volume d’emplois intérimaires dans la région était alors tombé à 59 971 équivalents temps plein (contre 131 315 en février). Le marché s’est malgré tout redressé à partir de la sortie du confinement mais, en juin, le déficit était encore de 35,1 % par rapport aux niveaux d’avant le début de la crise sanitaire

Les créations d’entreprises en repli

Quelque 48 000 entreprises ont été créées en Ile-de-France au deuxième trimestre 2020 ; ce volume a représenté une nouvelle baisse (- 18,8 % par rapport au deuxième trimestre 2019) après celle déjà enregistrée au trimestre précédent (- 8,1 %). Le repli du printemps concerne à la fois les créations sous le régime du micro-entrepreneur (- 14,6 % après - 16,8 %) et les créations « classiques » (- 24,3 % après + 2,7 %).

Pour aller plus loin, télécharger le Tableau de bord économique de l’Ile-de-France (Crocis, octobre 2020

Patricia Holl

 

Tags : Ile-de--France | chiffres clés | économie | Covid19