Les secteurs qui recrutent les jeunes en 2019 (CIDJ)

01 Mars 2019

© Adobe Stock Le CIDJ a publié la septième édition de son « Guide des secteurs qui recrutent ».

« Le commerce est le premier secteur employeur de jeunes avec 19 % de jeunes actifs de moins de 25 ans, devant l’industrie (14 %) et l’hébergement-restauration. » C’est ce qu’indique le Guide 2019 des secteurs qui recrutent, réalisé par le CIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse) et présenté le 21 février dernier. Cette septième édition a vocation, selon Florence Devenne, directrice Veille et ressources, « à être utilisée par les professionnels du réseau Information jeunesse pour enrichir leurs connaissances », de même que par le grand public. 50 secteurs d’activité et 400 métiers qui recrutent y sont présentés. Jeunes diplômés du supérieur, jeunes sans qualification, candidats à l’alternance... chacun peut y trouver des pistes pour bien s’orienter professionnellement.

Vente et non-diplômés

« 15 % des jeunes sans diplôme travaillent dans le commerce et la vente », précise Michel Tardit, chargé de veille et coordinateur du guide, et ce en particulier dans les métiers de caissier, employé libre-service et vendeur. « On trouve dans ce secteur de nombreuses écoles d’entreprise. Nous avons souhaité mettre en avant les CQP [1] en place par la branche, et qui sont encore mal connus par le grand public », pointe-t-il. CQP employé de commerce, vendeur qualifié bricolage, vendeur automobile... Ils sont accessibles par la voie du contrat de professionnalisation et peuvent représenter une vraie opportunité.

Avec 250 000 projets de recrutement en 2018 [2], l’hôtellerie-restauration « recrute un quart des jeunes non diplômés », affirme-t-il. Le secteur se caractérise par un nombre important d’alternants : 33 500 apprentis et 12 200 bénéficiaires de contrats de professionnalisation. « Pourtant, il a du mal a attirer et à garder les jeunes. Il a vu le nombre de ses apprentis diminuer de 9 % depuis 2013 », dit-il.

Mauvaise image

Autre secteur porteur : la sécurité, notamment privée, où de nombreux CQP sont accessibles sans condition de diplôme. Par ailleurs, 2 400 postes de surveillants pénitentiaires sont à pourvoir par an jusqu’en 2022. « Malheureusement, le métier attire peu », explique Michel Tardit. Tout comme la propreté, un secteur pourtant dynamique qui, selon la branche, aurait 16 000 CDI à pourvoir. Plus de 6 000 jeunes sont actuellement en formation initiale dans ce domaine (CFA ou lycée professionnel), qui compte également huit CQP.

Sans surprise, les diplômés du supérieur s’insèrent plus facilement que les jeunes sans qualification, et c’est encore plus vrai pour les apprentis issus des grandes écoles. « 91% ont trouvé un emploi dans les six mois après l’obtention de leur diplôme », déclare Fabienne Devenne. L’informatique, le numérique, l’ingénierie et R&D ou encore l’industrie recherchent des talents. C’est le cas également de secteurs plus féminisés, tels la gestion et administration des entreprises, ou encore la banque et l’assurance. Par exemple, fin 2017, on dénombrait 8 700 alternants dans le secteur de la banque, dont 6 500 nouveaux alternants, un chiffre en augmentation de 20 % entre 2013 et 2017.

Aurélie Gerlach (Centre Inffo pour Défi métiers)

Notes

[1] Certificat de qualification professionnelle

[2] Selon l’enquête BMO menée par Pôle emploi

 

Tags : métiers et secteurs | insertion des jeunes | CIDJ