Les Emplois d’avenir facilitent l'accès à la certification

04 Novembre 2016

Les jeunes en Emploi d’avenir © Fotolia Depuis la création du dispositif par la loi du 26 octobre 2012, environ 300 000 jeunes sont entrés en Emploi d’avenir. Un an après la signature de leur contrat, trois jeunes sur quatre ont bénéficié d’une formation.

Afin de connaître les caractéristiques des jeunes embauchés en Emploi d’avenir, leurs parcours avant et après leur contrat, et décrire l’accompagnement et les formations dont ils bénéficient, la Dares a réalisé une enquête auprès d’un panel de 17 000 jeunes entrés en Emploi d’avenir entre octobre 2013 et mars 2014. 

Principalement destiné aux employeurs du secteur non marchand (secteur associatif, collectivités territoriales, etc.), le dispositif des Emplois d’avenir est également ouvert à certains secteurs d’activité du secteur marchand. L’objectif de ces contrats aidés est de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes peu ou pas qualifiés et ayant des difficultés d’accès à l’emploi.

L’accent, mis sur la montée en qualification, se traduit, notamment, par une obligation légale de formation des jeunes recrutés. La formation est suivie par un tuteur au sein de l’entreprise. Complétée par une mise en pratique et des apprentissages plus informels dans le cadre du travail, elle doit permettre aux bénéficiaires de développer leurs compétences.

Les jeunes formés ont passé 26 jours en moyenne en formation pendant la première année. L’accès à la formation est plus élevé dans le secteur non marchand (83 %, contre 58 % dans le secteur marchand).

Toutefois, la durée de formation varie fortement selon le niveau de qualification préparé, les métiers et le sexe des jeunes. Plus diplômées, les jeunes femmes accèdent moins souvent à une formation certifiante. Dans le secteur non marchand, seules 47 % d’entre elles y ont accédé, contre 58 % des hommes. L’écart est également important dans le secteur marchand (31 % des femmes contre 37 % des hommes).

Les formations certifiantes correspondent à un diplôme reconnu par l’Éducation nationale, un titre professionnel, un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP), une habilitation ou un permis. 47 % des jeunes ont suivi une telle formation pendant la première année de leur Emploi d’avenir, 52 % dans le secteur non marchand et 35 % dans le secteur marchand.

Ce panel de jeunes suivi par la Dares permettra également de mesurer le devenir de ces mêmes jeunes à l’issue du programme en les suivant jusqu’en 2018 et d’évaluer ainsi l’impact du passage en Emploi d’avenir sur leur carrière professionnelle.

Télécharger "Les jeunes en Emploi d’avenir : quel accès à la formation, pour quels bénéficiaires ?" (Dares Analyses n°056, octobre 2016)

Emmanuelle Vignerot
 

Tags : jeune | dispositif